Professeur à l'université

Enseignant de didactique à temps plein dans le cadre de l'agrégation à l'université.

Quel a été votre parcours professionnel ?

J'ai effectué une licence en sciences de l'éducation que j'ai complétée par l'agrégation. J'ai enseigné dans le secondaire supérieur durant un an. Puis, j'ai fait mon doctorat. Durant ce temps, j'ai donné cours en tant qu'assistant. Je donnais des cours de méthodologie du travail, des activités de remédiation, j'encadrais des travaux pratiques,... Finalement, après mon doctorat, j'ai eu la chance qu'une charge de cours s'est libérée et d'avoir été choisi pour l'occuper.

Un doctorant est-il un bon enseignant ?

Pas forcément. Un doctorant est compétent dans sa spécialité. Il n'est pas pour autant un spécialiste en pédagogie. De par ma licence en sciences de l'éducation et mon expérience d'un an dans une école secondaire, le monde de l'enseignement ne m'était pas inconnu. Je n'ai donc pas mis trop de temps à m'adapter. Mais c'est vrai que pour d'autres le passage ne se fait pas aussi facilement. Il n'est pas évident de se retrouver seul face à des auditoires de 400 étudiants, surtout en début de carrière.

Qu'est-ce qui vous a amené à devenir enseignant ?

J'ai toujours bien aimé cette profession. A l'entame de mes études, c'était le but que je voulais atteindre. Faire passer un message, contribuer à l'épanouissement intellectuel des étudiants,... Tout cela me passionnait. Et puis c'est un beau défi: je suis chargé de donner cours de didactique à des gens ayant des profils professionnels forts différents (des kinés, des historiens, des juristes,...). Or, la plupart d'entre eux n'ont, au départ, qu'un intérêt limité, et parfois même inexistant, pour cette matière. C'est à moi de les intéresser, de leur rendre la matière intéressante.

L'image du prof d'unif qui donne son cours de façon ex cathedra à un auditoire comprenant plusieurs centaines d'étudiants est-elle tronquée ?

C'est encore souvent le cas même s'il faut reconnaître que la profession bouge beaucoup. Les professeurs font de plus en plus d'efforts pour rendre leurs cours attrayants. De toute façon, si ce n'est pas le cas, l'auditoire se vide au fil des jours et des semaines. Le professeur est alors forcément obligé de se poser des questions.

Comment vous y prenez-vous pour capter l'attention de vos élèves dans l'auditoire ?

Il est impossible de se rendre compte si tous les élèves, sans exception, ont compris ou pas. Bien souvent, avant le cours, je prends quelques minutes pour répondre aux éventuelles questions sur la matière qui a été vue au cours précédent. Et lors des intercours, quelques étudiants ne manquent pas de venir me trouver pour me demander des explications. J'ai donc ainsi un certain retour. Afin de travailler efficacement, je veille aussi à ce qu'il n'y ait aucun chahut dans l'auditoire. Je suis intransigeant sur ce point.

Est-ce possible de bien donner cours à autant d'élèves ? 

Oui à condition d'être très bien préparé. Même si on connaît parfaitement sa matière, il faut compter au moins deux heures de préparation pour chaque "leçon". Quand on a une dizaine ou une vingtaine d'élèves, on peut encore se permettre de tâtonner, de faire des retours en arrière, aborder des thèmes déjà évoqués qui auraient été mal compris par 5 ou 6 élèves mais tout ceci n'est pas réalisable quand on s'adresse à des grands groupes. Il faut d'emblée être clair. Donc, la préparation doit être minutieuse. 

Je me tiens sans cesse au courant des derniers développements qui pourraient survenir dans ma spécialité. Je lis énormément. Comme le disait un de mes collègues: "Enseigner c'est d'abord lire". Je fais beaucoup de recherches pour enrichir mon cours. Un professeur d'université adapte son cours en fonction de l'évolution de sa discipline et non pas en fonction de ses élèves. C'est une des spécificités de l'enseignement universitaire.

Qu'est-ce qui vous déplaît dans votre profession d'enseignant ?

Les examens, surtout quand on a, comme moi, de grands groupes. Je dois corriger des centaines de copies en un temps très restreint. Je corrige à la chaîne! Vu le nombre, il m'est impossible de faire des examens oraux. Cela prendrait des semaines. L'étudiant doit donc me convaincre par écrit qu'il maîtrise la matière sans que je puisse l'aider en quoi que ce soit comme cela aurait pu être le cas lors d'un oral.

Un professeur d'université ne se contente pas d'enseigner ?

En effet. Il est engagé par l'université non seulement pour enseigner mais également pour faire de la recherche dans sa spécialité et rendre des "services à la communauté" à raison respectivement de 40%, 40% et 20% de notre temps. Il faut toutefois reconnaître que le volume "service" prend de plus en plus d'importance. Pour ma part, je suis sans cesse sollicité pour des conférences, séminaires, représenter l'université lors de colloques à l'extérieur mais aussi pour participer à des conseils de la faculté et des assemblées générales au sein même de mon unif. Concrètement, je dépasse très largement les 40h/semaine.

Tous les professeurs universitaires ont-ils fait un doctorat et travaillent-ils au sein de l'université ?

La plupart oui. Mais il peut aussi y avoir des non doctorants qui enseignent à l'université parce qu'ils sont reconnus comme des éminences dans leur spécialité. C'est ainsi que l'on peut voir des gens des médias donner quelques heures de cours.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.