René-Philippe Legrand,
Chef de projet informatique

Interview réalisée en mai 2009

Ingénieur en sciences de gestion et actif comme chef de projet depuis plus de 30 ans, René-Philippe Legrand considère cette fonction comme la plus belle du secteur informatique.

Quelles sont vos compétences professionnelles ?

Je suis consultant en management, en informatique et en organisation d’entreprise. Je suis aussi spécialisé dans la gestion de projets : faisabilité, réorganisation des procédures, suivi budgétaire et financier, responsabilité d’équipes, utilisation de MS- Project.


Au cours de ma carrière, j’ai aussi travaillé dans la direction commerciale (recherche de prospects, suivi d’une équipe, gestion clients, analyses, rédaction des offres et contrats) ainsi que dans l’expertise marketing (campagnes, valorisation de l’image de la société, organisations de séminaires thématiques, de colloques). J’ai travaillé pour Unysis, Bombardier, Merck, Solvay, Schneider, Bull, Trasys ou encore Alliance Consulting.

Par ailleurs, je donne des formations depuis 1997 en partenariat avec les services publics, des centres de compétence et des entreprises. J’enseigne aussi l’informatique de gestion à l’université de Mons (UMH). Enfin, je suis administrateur-gérant de RPConsult, une société de conseil, ingénierie informatique, coaching et formation en entreprises.

Quelles sont vos connaissances techniques ?

Je maîtrise l’informatique de gestion, les ERP ("Entreprise Ressource Planning" telles que SAP, Navision, SAGE, Compiere), CRM, l'e-business et les technologies de l’information (GPAO, GCL, SRM, solutions Open Source…).

Quel a été le premier projet que vous avez géré ?

En 1976, en tant qu’assistant à l’UMH, j’ai travaillé comme chef de projet sur une application "population" de la Ville de Charleroi en liaison avec le Registre National.

Pouvez-vous nous parler de cette fonction de "chef de projet" ?

La gestion de projet est l’une des préoccupations majeures de toutes les entreprises. Il s’agit d’une organisation méthodologique mise en œuvre pour que l’ouvrage réalisé par le maître d’œuvre (exécutant) réponde aux attentes du maître d’ouvrage (entreprise). C’est ce dernier qui fixe les besoins fonctionnels initiaux, le financement et le planning général. Le maître d’œuvre garantit quant à lui la bonne réalisation technique de la solution.
Le projet doit être livré dans les conditions de délai et de coût prévus initialement. Il doit assurer la coordination des acteurs et des tâches dans un souci d’efficacité et de rentabilité. C’est la raison pour laquelle le chef de projet est nommé au niveau de la maîtrise d’ouvrage afin d’être en relation permanente avec le chef de projet du côté de la maîtrise d’œuvre.

A quoi faut-il veiller au préalable avant de débuter la réalisation d’un projet ?

Il faut avoir obtenu l’accord et le soutien du Management de l’entreprise, avoir un budget suffisant, identifier clairement l’équipe (interne à l’entreprise et externe) qui mènera le projet, élaborer un planning (via l’outil MS-Project par exemple), choisir une bonne méthodologie de travail (bien identifier les différentes phases) et maîtriser parfaitement le projet, son cycle de vie (l’enchaînement des étapes et des validations) et son environnement.

Quelles sont les différentes phases d’un projet ?

- La phase préparatoire :
Elle commence d’abord par une étude d’opportunité : cela consiste à définir le périmètre du projet, identifier les besoins généraux et s’assurer que ces besoins correspondent à une attente de l'ensemble des utilisateurs cibles, et qu'ils prennent en compte les évolutions probables des besoins. Ensuite, elle se poursuit via une étude de faisabilité à la fois au niveau technique, économique et organisationnel : cela permet d’envisager plusieurs scénarii possibles qui permettront d’évaluer les risques. Une étude détaillée des processus majeurs permettra au maître d’ouvrage et à la maîtrise d’œuvre de s’accorder sur un document contractuel et aboutira à l’élaboration d’un cahier des charges. Enfin, l’étude technique est la phase d'adaptation de la conception à l'architecture technique retenue, tout en décrivant et documentant le fonctionnement de chaque unité du projet.
 
- La phase de réalisation :
Avant de se lancer dans la réalisation de l'ouvrage, il est nécessaire de prendre le temps de découper le projet en tâches afin de planifier l'exécution de ces tâches et de définir les ressources à mobiliser. Il revient au maître d'œuvre de mettre en place des procédures permettant de garantir la qualité du projet. Ensuite débute la réalisation proprement dite. Il s'agit de l'étape de développement de l'ouvrage. Il est important de prévoir durant cette phase des périodes de réunion pour faire un point régulier avec l’équipe sur l’avancement du projet. Il faut aussi penser à la rédaction de la documentation. En effet, celle-ci doit nécessairement accompagner l'ouvrage lors de la livraison. Elle constitue le référentiel de base. Enfin, vient la validation : lorsque l'ouvrage est réalisé, il convient que le maître d'œuvre s'assure qu'il répond bien au cahier des charges.

- La phase de fin de projet :
Elle se décline sur différents plans. Premièrement, la mise en production : s’assurer que l’ouvrage est conforme aux attentes des utilisateurs et faire en sorte que son installation et son utilisation se déroulent correctement. Deuxièmement, la capitalisation : faire un bilan du projet en capitalisant et en archivant. Cela permettra d’améliorer l'efficacité de la conduite pour les projets futurs. Et troisièmement, la maintenance : elle permet de maintenir un système en fonctionnement, en rectifiant les anomalies de l'ouvrage et en prenant en compte les demandes d'évolution (environnement, utilisateurs…).

Quelles sont les règles d’or de la réussite d’un projet ?

- Définir correctement les objectifs et les besoins
- Définir clairement les rôles et attributions de chacun
- Désigner un responsable unique : le chef de projet
- Adhérer les utilisateurs, en leur faisant valider la solution future
- S’appuyer sur un cadre méthodologique
- Mettre en place un système et des critères d’assurance qualité
- Organiser les structures de pilotage et de communication
- Découper le projet en étapes significatives, visibles, rentables et réalistes
- Organiser l’accompagnement de la mise en place de la solution
- Clôturer le projet : le bilan est indispensable pour progresser
- Mieux évaluer les enjeux et les risques des projets
- Faire fonctionner l'entreprise en mode projet
- Mettre en place des relations maître d'ouvrage - maître d'œuvre efficaces
- Se repérer dans ce qui doit être délégué
- Savoir  quels  ratios  principaux  conserver  à  l'esprit,  pour  contrôler  l'ensemble  du processus
- Disposer d'un système de pilotage adéquat
- Réussir l'acquisition des outils
- Utiliser au mieux les consultants externes.

Où retrouve-t-on les chefs de projet informatique ?

Des très grandes sociétés peuvent en avoir un au sein de leur personnel, mais la plupart du temps, elles font appel à un chef de projet d'une SSII (Société de Services et d'Ingénierie Informatique) qui intervient pour un projet ponctuel et qui est rémunéré en fonction de ses prestations.

Combien de temps dure un projet ?

La durée est variable : de quelques semaines à plusieurs mois. Personnellement, j’ai déjà travaillé sur un projet durant trois ans ! Par contre, certains peuvent ne demander que quelques semaines de travail. D’autres peuvent être initiés mais vite abandonnés, par exemple pour raisons financières. Il va de soi que cela est plutôt frustrant mais ce sont les risques du métier et il faut l’accepter.

Pourriez-vous nous citer des exemples de projets ?

La mise en place d'une ERP (Enterprise Resource Planning) dans une entreprise ou d'un outil de suivi de projet ou encore le choix d'un logiciel pour un environnement spécifique.

Comment sélectionnez-vous les projets ?

Je travaille depuis plusieurs années dans ce domaine et le bouche-à-oreille et le relationnel fonctionnent plutôt bien.

Quels points positifs relevez-vous de ce métier ?

Le premier consiste en la multiplicité et la diversité des projets. Chacun d'entre eux est différent et c’est à chaque fois un véritable défi de les mener à bien. Ensuite, il y a les contacts que l'on crée. On découvre à chaque fois un nouvel environnement, une nouvelle équipe, un nouveau cadre de travail… Pour moi, il s’agit de la fonction la plus motivante du secteur de l’informatique.

Et les points négatifs ?

Un projet demande un gros investissement personnel en temps. Il m’arrive très fréquemment de travailler le week-end mais, étant passionné par mon boulot, je ne considère pas cela comme une corvée.

Quelles sont les qualités essentielles pour exercer ce métier ?

Il faut avoir des qualités de leader. Comme le chef de projet travaille en équipe, il doit pouvoir motiver ses troupes. S’il est associé à une grande entreprise, l'équipe est déjà constituée. Si le chef de projet est externe, c'est à lui à composer son propre team. Personnellement, j'essaie toujours de trouver les meilleurs collaborateurs au cas par cas.

Est-ce réalisable de mener plusieurs projets à la fois ?

Il n'est pas pas évident de travailler sur deux gros projets en même temps mais cumuler un projet à grosse envergure et un autre à plus petite envergure n'est pas trop difficile. D’où l’importance de se faire seconder par des collaborateurs performants !

Auriez-vous une mise en garde ou un conseil à donner à une personne intéressée par cette fonction ?

On ne devient pas chef de projet du jour au lendemain. Il faut avoir une solide expérience dans le milieu de l'informatique et maîtriser parfaitement les connaissances techniques et les rouages d’une entreprise. Le plus souvent, le chef de projet a travaillé au préalable dans l'analyse ou dans la consultance. La connaissance des langues, de l’anglais surtout, est indispensable. Mais en Belgique, le néerlandais est aussi nécessaire et d'autres langues sont bienvenues.

Interview réalisée en 2009

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.