Rudy Léonet,
Journaliste culturel (critique musical) et product

Rudy Léonet, journaliste culturel (critique musical) et producteur à Radio 21. 

Radio 21 fête ses 21 ans et se porte bien. Cette radio hors-format, qui touche un large public, ne cesse de devancer les modes en matière musicale. Rudy Léonet, bien connu pour l'émission «Les 5 heures», qu'il présente le mercredi après-midi, a répondu à quelques questions sur son métier de journaliste culturel.

Comment le paysage radiophonique belge se structure-t-il ?

En gros, il y a le service public et les radios privées. Les radios privées se battent toutes plus ou moins sur le même créneau, quelle que soit la tranche d'âge. La RTBF a cinq chaînes avec chacune sa spécificité et ses missions. 

Quelles sont les voies qui mènent à la RTBF ?

Les examens pour les journalistes, les castings pour les animateurs, les candidatures spontanées aussi. Un stage débouche aussi parfois sur une proposition de collaboration.

En quoi votre métier consiste-t-il ? On ne connaît de votre travail que la face émergée, lors de votre passage à l'antenne, mais qu'en est-il de votre préparation en amont ? Vous serait-il possible de décrire une journée-type ?

J'écoute beaucoup de disques pour sélectionner ceux que je souhaite passer à l'antenne (moins de 30% de ce que je reçois). Il y a aussi beaucoup de contact avec les maisons de disques, les artistes et leurs représentants. Beaucoup de lecture pour s'informer. La phase de préparation est importante. C'est une culture en mouvement permanent, on n'en a jamais fait le tour. Tout est toujours à recommencer.

Vous êtes également producteur. En quoi cette autre fonction consiste-t-elle ?

C'est le moment où il faut prendre des décisions et tout organiser en équipe pour mettre en chantier les projets et les réaliser. Il faut établir des budgets, régler des problèmes de planning avec la technique, éventuellement aller en repérage sur les lieux de captation et établir des devis de production. C'est aussi prendre ses responsabilités pour qu'une idée devienne une réalité et donc un programme.

Quels sont vos parcours (scolaire et professionnel) ?

Après mes humanités, j'ai entrepris des études à l'IAD en section réalisation. En préparant mon mémoire, j'ai rencontré Marc Moulin, alors responsable de Radio Cité à la RTBF, qui, à l'issue de notre entretien, m'a proposé du travail : téléphoniste deux jours par semaine (sic) ! Mais j'avais un pied dans la place.

Quels sont les aspects les plus positifs de votre travail ?

Je m'amuse en travaillant.

Quels sont les aspects les plus négatifs ?

Même quand je n'ai pas le moral, il faut monter au créneau et divertir les auditeurs. Le spectacle doit continuer.

Ce métier est-il facilement conciliable avec une vie privée ?

Oui. C'est une drôle de question...

Quelles sont les qualités requises pour exercer votre profession ?

Être curieux et passionné. Avoir envie de faire partager ses enthousiasmes.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui souhaite se lancer dans l'aventure ?

Avoir D'ABORD des choses à dire et choisir ENSUITE la voie à suivre pour les dire.

Pourriez-vous me parler des conditions salariales (barèmes en début et en fin de carrière) et contractuelles (salariés, pigistes) ?

C'est compliqué. Il y a différentes formes de contrats : durée indéterminée, déterminée, saisonnier, cachet, prestations exceptionnelles... Tout dépend aussi du grade et de la fonction. L'ancienneté compte aussi. Dans le service public, il y a des barèmes. On ne paie pas les gens en fonction de leur notoriété ou de leur taux d'écoute.

Vos émissions sont diffusées sur le Web via le site de la RTBF. Qu'apporte ce nouveau média à la radio ?

On peut m'entendre partout. Je reçois des E-mails des quatre coins du monde. Souvent des Belges étudiant à l'étranger.

L'évolution de votre métier tend-elle vers une prise en charge de responsabilités techniques ?

Oui de plus en plus. Il faut être multi-fonction.

Comment voyez-vous la radio de demain ?

Elle passera probablement par Internet. Il n'y aura plus d'antenne, juste des modems.

Quel est votre meilleur souvenir professionnel ?

Des rencontres qui se sont transformées en amitiés. Le plus souvent avec des artistes, des gens passionnants.

www.rtbf.be/radio21

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.