Sabine Jeanjot & Hugues Cuvelier,
Administrateurs-gérants et responsables de la formation chez Save My Life

Interview réalisée en septembre 2016

Parlez-nous de Save My Life. Quelles sont ses missions et activités ?

Save My Life est une entreprise fondée par des amis ambulanciers en aide médicale urgente et en transport médico-sanitaire. Ses missions premières sont l’enseignement des premiers secours (cours de secourisme), la formation des ambulanciers en transport médico-sanitaire (cours TMS) et le transport médico-sanitaire de patients (en ambulance et en véhicule adapté pour personnes à mobilité réduite).  A côté de cela, Save My Life a aussi une asbl qui gère les missions de secours lors d’événements divers.

Vous organisez la formation d’ambulancier en Transport Médico-Sanitaire. En quoi consiste-t-elle ?

A former des ambulanciers en transport médico-sanitaire.

La formation est découpée en 2 unités de formations et comptabilise au total 5 modules :

  • Module « Premiers Secours » (secourisme mais déjà orienté vers le travail en binôme et plus poussé pour préparer le candidat aux modules suivants) ;
  • Module « BLS AED » reconnu par l’ERC[1] (actes vitaux – formation sur la réanimation cardio-pulmonaire) ;
  • Module « Anatomie » (l’ABC sur le corps humain et son principe de fonctionnement) ;
  • Module « Techniques ambulancières » (techniques de prise en charge, de paramétrage, de relevage, de contention et de manutention du patient) ;
  • Stage dans un service TMS agréé par la Région Wallonne + Rédaction d’un rapport de stage.

A quel type de public s’adresse cette formation ? Le candidat doit-il satisfaire à certaines conditions d’admission ?

Nous ne visons pas de public particulier. C’est un métier qui doit être exercé et choisi par passion. Nous n’avons fixé aucun critère d’admission (pas de diplôme minimum requis) à l’exception de pouvoir lire et écrire le français parfaitement afin de comprendre et de pouvoir étudier son cours. La motivation exprimée par le candidat est à nos yeux le meilleur gage de réussite et la meilleure preuve de satisfaction.

Quelles sont les perspectives d’emploi dans ce domaine ?

Assez diversifiées. Les élèves qui obtiennent leur brevet d’ambulancier au terme de leur formation chez nous et qui souhaitent travailler dans le secteur médical trouvent un emploi dans l’année. Soit comme ambulancier en transport médico-sanitaire, soit comme ambulancier pour le transport de personnes à mobilité réduite ou encore comme logisticien ou brancardier en milieu hospitalier. Certains sont aussi engagés dans des maisons de repos comme assimilés à des aides-soignants ou encore dans des services de soins à domicile. D’autres trouvent un emploi comme secrétaire d’accueil aux urgences (leur formation leur permettant de repérer les réelles urgences médicales des personnes se présentant spontanément aux urgences).

Quels sont les conseils que vous donneriez à un jeune qui souhaite devenir ambulancier ?

La plupart des élèves sont repérés ou sélectionnés durant leur stage.  L’entreprise qui accepte un stagiaire profite souvent de cette période pour voir comment il se comporte.  Beaucoup de stagiaires sont engagés par l’organisme qui les a accueillis en stage.  A défaut, le « bouche à oreille » fait son chemin.

Le domaine des soins médicaux évolue sans cesse (matériel, techniques, etc.). Il est important de continuer à se former?

Bien évidemment ! C’est une formation continue.  Chaque jour il y a lieu de s’intéresser à tout, de se remettre en question constamment afin de toujours s’améliorer et de rester à l’écoute des nouvelles normes et techniques. Seules la pratique constante et l’acquisition de réflexes lors d’entraînements permettent un travail de qualité (Exemple : Hugues et Sabine, après 10 et 20 ans passés dans les secours, continuent à se former et à acquérir de nouvelles techniques ; aussi bien théoriques que pratiques afin de pouvoir faire face à un métier et une prise en charge de qualité).

Pour un ambulancier en Transport Médico-Sanitaire, y a-t-il des possibilités d’évolution de carrière ?

Oui comme dans tout métier ! Nous sommes les meilleurs exemples. Nous avons commencé par le bas de l’échelle comme secouristes de terrain.  Nos brevets d’ambulancier TMS et AMU en poche, nous avons évolué étape par étape. Un ambulancier TMS, après quelques mois ou années de pratique, peut suivre des formations complémentaires comme l’aide médicale urgente, l’ILS (formation sur les techniques de réanimation avancée) ou encore aide-soignant. Plusieurs décident de reprendre des études d’infirmier.

Mais même en restant ambulancier TMS, il est possible d’évoluer.  Devenir responsable d’équipe par exemple, responsable de la gestion des horaires, responsable pour l’encadrement des stagiaires ou, comme Hugues et Sabine, devenir dirigeants d’une entreprise dans le secteur médical (mais pour cela…. Il faut s’accrocher ! A bon entendeur…)

 

[1] European Rescucitation Council

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.