Sylvain Denoël,
Dessinateur des constructions métalliques

Interview réalisée en octobre 2017

Quelle formation avez-vous suivie ?

Le bachelier de dessinateur en constructions mécaniques et métalliques à l’institut Saint Laurent Liège, en promotion sociale.

Pourquoi avoir choisi ce métier ?

C’est suite à une formation courte de deux semaines sur le logiciel Autocad que j’ai découvert le métier. Modéliser des pièces en 3D m’intéressait beaucoup.

Pour quelle société travaillez-vous ?

Je travaille pour SAMI Engineering. C’est une société de consultance qui dépêche ses dessinateurs industriels dans différentes entreprises qui ont besoin de renfort. Je travaille souvent en équipe, mais jamais avec mes « véritables » collègues. Tout dépend du client chez qui je suis envoyé.

En quoi consiste votre métier ?

Mon métier consiste à modéliser en 3D ou en 2D (plus rarement) des pièces de produits « finis », les assembler virtuellement et en faire la mise en plan. Les ouvriers se serviront de ces plans pour réaliser les pièces.

Pour commencer, selon les tâches, il est généralement nécessaire de se déplacer (chantiers, ateliers, etc.) pour prendre les mesures qui permettront de modéliser les pièces requises. Avec ces mesures, soit on dessine la pièce pour répondre à une demande bien précise, soit il faut concevoir une nouvelle pièce qui pourra innover, améliorer, rendre plus esthétique le produit fini.

Pouvez-vous nous donner des exemples concrets ?

Au fil de mes différentes assignations, j’ai été amené à dessiner sur base de mes mesures ou à redessiner sur base de vieux plans existants des pièces de :

  • génie civil : godets d’engins de chantiers, mécanisme de grappins à troncs d’arbres, protections d’éléments de bulldozer (phares, rétroviseurs, etc.), trémies (à béton par exemple), rehausses de benne de camion de chantier, passerelles, etc.
  • architecture métallique : escaliers, passerelles, garde-corps, échelles sécurisées, etc.
  • petit atelier : mécanisme (pour bouton rotatif d’avance ou de recul) d’appareil électronique de montage vidéo.
  • recherche et développement de solutions d’analyses : appareils d’analyses chimiques d’hydrocarbures (entre autres), schémas électriques et de tuyauterie.
  • chauffages : pièces et assemblages de poêles à bois, à gaz, électriques, à pellets et boites-aux-lettres.
  • pompes industrielles : volutes et roues de pompe, châssis de pompe, modélisation sommaire d’échangeur de chaleur, pompes de types variés, outillages de manutention propres à la fabrication des pompes, etc.

Quels logiciels avez-vous appris et utilisez-vous ? 

Autocad, (via une formation FOREM), Solidworks (au cours de mon bachelier), ME10 (apprentissage « sur le tas » au travail). Je devrais suivre prochainement une formation au logiciel CREO (anciennement Pro Engineer).

Une dose de créativité est-elle nécessaire pour exercer cette profession ?

Dans mon cas, généralement, on me donne un cahier des charges bien spécifique, sans aucune marge de manœuvre, donc très peu de créativité impliquée, mais j’ai souvent dû adapter un travail à une situation complexe, des éléments changeants selon les coûts de fabrication ou des problèmes d’approvisionnement, des encombrements délicats, etc.

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce métier ?

La modélisation 3D d’éléments qui se retrouveront dans un produit fini. C’est une satisfaction de participer à l’élaboration de projets souvent complexes.

Y a-t-il des aspects sur lequel vous voulez mettre l’accent, auxquels on ne  penserait pas de premier abord ?

Les déplacements sur chantier (parfois dépaysants) ou à l’atelier mais aussi les interactions avec les tous les corps de métiers en collaboration directe… Et peut-être aussi le fait de devoir suivre régulièrement des formations pour « rester à jour ».

D’après vous, y a-t-il une forte demande sur le marché de dessinateurs industriels ? 

De 2013-2015, oui. Il y avait une énorme demande. A cause de la crise, plusieurs entreprises pour lesquelles je travaillais ont dû fermer ou se séparer de certains employés. Pourtant, je n’ai jamais eu de mal à trouver un nouvel emploi.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.