Thierry Bwuzure, Coursier

Interview réalisée en février 2019

Quelles sont les activités de « Molenbike » pour lequel vous êtes coursier ?

Molenbike est une coopérative bruxelloise à finalité sociale d’une dizaine de coursiers à vélo. Nous livrons des colis et produits écoresponsables en sélectionnant nos clients. On livre principalement des produits locaux provenant d’artisans, d’indépendants et, plus généralement, tout ce qui est produit en Région bruxelloise.

Pouvez-vous nous citer quelques exemples de marchandises que vous livrez ? 

Des colis, des journaux, des magazines, des brochures mais aussi des produits alimentaires (soupe, pain, fromage, café, bière, chocolat, etc.) et même des sapins à la période de Noël ! 

Qui fait appel à vos services ?

Le plus souvent, il s’agit de restaurants, de distributeurs ou de producteurs bio (chocolatier, boulanger, brasseur, etc.).

Qu’est-ce qui vous différencie d’autres services de livraison ?

Principalement le mode de transport exclusif, à savoir le vélo, mais aussi la participation au développement de la distribution et de la promotion de produits locaux ainsi que la proximité avec les clients. De plus, au sein de notre coopérative sociale, l’aspect humain est très important : chaque coursier se sent impliqué dans le projet ! 

Quel est votre horaire de travail ?

Nous n’avons pas réellement d’horaire de travail. Nous faisons des prestations de 4 heures en moyenne. Notre service est disponible entre 8h00 et 18h00.

Sur base de quels critères sont engagés les coursiers ? 

Les coursiers doivent, de préférence, avoir une expérience dans le secteur de la livraison et, bien évidemment, être de bons cyclistes ! Ils doivent en particulier savoir manier un vélo cargo et des charges lourdes.

Le métier possède-t-il un volet administratif ?

L’administration de la coopérative est composée de ses fondateurs. Ils gèrent les mails, la logistique, la location du matériel, les achats, la planification des livraisons, la comptabilité, la prospection, le service aux clients, les offres, l’édition des contrats, etc. Les coursiers sont encouragés à participer au travail administratif selon leurs possibilités et leurs affinités.

Pensez-vous que le métier a de l’avenir ?

Oui, dans le milieu urbain, le service de coursier à vélo est un métier d’avenir, surtout à une échelle locale. La ville de Bruxelles évolue vers une ville éco- et vélo- « friendly », ce qui implique que la logistique à vélo représente un besoin qui augmente tant pour les producteurs que pour les consommateurs qui sont de plus en plus sensibilisés à la question de la pollution et l’écologie.

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce métier ?

Chaque course est une aventure ! La possibilité d’être à l’extérieur la majorité du temps, être en mouvement, le rapport aux clients et aux consommateurs... Il y a aussi l’idée de remettre la livraison à une échelle humaine.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.