Valentin Piret, Dispatcheur

Interview réalisée en février 2019

Quelles sont les activités du groupe COLAS pour lequel vous travaillez ? 

Le groupe COLAS est présent dans tous les métiers liés à la construction, à l'entretien des routes et à toute autre forme d'infrastructures de transport (aérien, ferroviaire, maritime), d'aménagements urbains et de loisirs. Nous sommes présents à travers deux pôles d'activités : la route incluant des activités de génie civil et de bâtiment et, dans le deuxième pôle, des activités complémentaires dites de spécialités : ferroviaire, étanchéité, sécurité signalisation routière, réseaux. A l’agence de Crisnée, nous sommes surtout spécialisés dans la construction et l’entretien des routes (bétonnage, égouttage). Nous possédons une trentaine de machines et une vingtaine de camions de 15 à 30 tonnes.

Pouvez-vous décrire votre rôle de dispatcheur ?  

Chaque jour, les conducteurs de chantier ou chefs d’équipes me contactent afin de « passer des commandes » de camions, machines, petit matériel, transfert de machines, transfert de conteneurs de chantier, camion-brosse, etc. La recherche de solutions et de moyens adéquats est mon quotidien. Durant la haute saison, nous avons entre 80 et 100 véhicules qui roulent pour nos divers chantiers. Que ce soit pour les camions ou machines, je fais appel à 80% à des sous-traitants. Il s’agit donc d’un travail de communication, d’affrètement, de dispatch et de recherche de solutions lorsque des contrariétés se présentent. Il faut également rester accessible à n’importe quel moment car les transferts de machines se déroulent aussi bien en journée que durant la nuit et nous ne sommes jamais à l’abri d’une panne de machine ou de l’absence de la machine à l’adresse indiquée. Soumis aux pauses lorsque les chantiers l’exigent, il faut pouvoir trouver des solutions 24h/24.

Dans le cadre de votre travail, affectez-vous uniquement des conducteurs et véhicules à des missions ou planifiez-vous aussi leurs trajets ?

J’affecte le charroi ou le(s) machine(s) aux chantiers communiqués par les conducteurs de chantier. J’organise le premier trajet et ensuite, les chefs d’équipe sur chantier prennent le relais selon le rythme de travail. Les véhicules sont toujours utilisés pour une journée complète.

Quelles connaissances spécifiques faut-il maîtriser pour exercer une telle fonction ? 

Dans mon métier, les points les plus importants au niveau législatif sont le temps de conduite, les masses maximales et les dimensions. Le temps de conduite car on sait quand le chantier démarre mais jamais quand il s’arrête. Il arrive très souvent que des sous-traitants ou camions internes doivent quitter le chantier avant la fin de celui-ci parce qu’ils ont dépassé le temps de conduite. Il faut donc rapidement trouver une solution pour que le chantier n’en pâtisse pas car l’arrêt ou le ralentissement d’un chantier est très pénalisant.

Le respect de la masse et des dimensions maximales concerne surtout les transferts des différentes machines de chantier. Par exemple, quand trois machines doivent être transférées d’un point A à un point B, il faut connaître le poids et l’encombrement de chacune d’entre elles pour trouver la meilleure solution.

Qu’est-ce qui vous plaît dans votre métier ?

Le contact humain que j’ai chaque jour avec mes chauffeurs, collègues ou sous-traitants mais aussi la recherche de solutions et la réactivité qu’il faut avoir pour que les chantiers se déroulent au mieux chaque jour. Ensuite, la diversité du travail : chaque jour, de nouveaux chantiers, de nouvelles machines, de nouveaux transferts, de nouveaux défis ! 

Quelles éventuelles difficultés rencontrez-vous dans l’exercice de votre profession ? 

Des difficultés redondantes, je n’en rencontre pas spécialement. Les difficultés se présentent surtout avec les chantiers. Nous ne sommes pas les seuls sur le marché de la construction et de la réfection des routes et, donc, durant les périodes dites de haute activité, il est difficile de trouver entre 80 et 100 véhicules au meilleur prix. Idem pour les machines. La diffusion d’informations reste également délicate.

Si vous deviez citer trois qualités essentielles pour exercer votre métier quelles seraient-elles ? 

Résistance au stress, réactivité et communication !

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.