Vincent De Menten,
Agent d'opérations aériennes

Interview réalisée en novembre 2008

Vincent De Menten travaille depuis depuis peu à l’aéroport de Charleroi-Gosselies. Il nous présente la profession d’agent d’opérations aériennes.

Avant tout, quel est votre parcours professionnel ?

J’ai fait mes études de secondaires générales suivies d’une 7e spéciale sciences afin de préparer mes études de pilote de ligne. Après celles-ci, j’ai travaillé dans un copy-shop pour rembourser mes études. Ensuite, j’ai suivi une formation d’agent d’opérations aériennes au WAN et je travaille actuellement à l’aéroport de Charleroi.

Comment pourrait-on définir le métier d’agent d’opérations aériennes? Quelles sont vos différentes tâches?

L’agent d’opération est en quelque sorte un messager entre l’avion au sol et les autres services du terminal, entre l’avion et sa compagnie, entre le passager et les tableaux d’affichage et entre l’aéroport et les destinations des avions. Dans le premier cas, il décide de la répartition des bagages, prend connaissance du nombre de passagers, demande à l’équipage de cabine s’il a besoin d’un service (nettoyage, vidange toilette…) et s’informe auprès des pilotes si l’avion a besoin de kérosène, d’un mécano, d’une aide machine (électricité, air pressurisé…). Dans le deuxième cas, il envoie les messages d’arrivée, de départ, de chargement de l’avion. Il gère la validité du plan de vol, s’informe d’éventuels créneaux de décollage et gère avec la compagnie les diversions. Dans son rôle d’interface entre le passager et les tableaux d’affichage, il encode sur le tableau toute l’info concernant le vol (arrivée, retard, porte d’embarquement…). Enfin, dans les contacts entre l’aéroport et les avions, il s’informe et informe de la situation des avions au départ et à l’arrivée. En fait, la principale tâche de l’agent d’opérations aériennes consiste à remplir la feuille de chargement (loadsheet) de l’avion. Cette feuille sert à calculer la distribution équitable du poids dans l’avion afin de s’assurer que celui-ci pourra décoller en toute sécurité. Il doit être en dessous de son poids maximum de décollage et avoir son centre de gravité bien positionné.

Quelles sont les qualités indispensables pour l’exercer?

Une bonne communication, être résistant au stress, savoir gérer plusieurs tâches en même temps, pouvoir prendre des initiatives, être rapide et précis. Je dirais également avoir la volonté de se perfectionner tous les jours, être flexible, savoir déléguer certaines tâches et avoir un bon niveau en anglais. Il faut également savoir que c’est un travail à pauses. On travaille 9h30 par jour.

Quels avantages et inconvénients comporte-t-il?

L’avantage, c’est qu’on travaille quatre jours sur sept à temps plein et le salaire est complété par différentes primes selon qu’on travaille le matin, le soir ou le week-end. Toutefois, cela présente un inconvénient : il est difficile de conserver une activité extra-professionnelle hebdomadaire ou un travail le week-end.

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce métier?

Le challenge de faire partir les avions à l’heure ainsi que le contact avec les intervenants. On rencontre de nombreuses personnes, de nationalités différentes. Le contact avec les avions aussi, on voit de superbes machines.Et puis, on apprend tous les jours de nouvelles choses.

Comment la profession d’agent d’opérations aériennes a-t-elle évolué ces dernières années?

Je ne suis dans la fonction que depuis 5 mois mais je pense qu’on va vers une automatisation de celle-ci. On nous demande toujours plus et de travailler plus rapidement.

Quels conseils donneriez-vous à une personne qui se montrerait intéressée par cette profession?

Il faut une bonne connaissance de l’anglais aéronautique, maîtriser la logique de base en mathématique et en calcul mental et développer des qualités telles que le sens des responsabilités, la maturité et la précision. 

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.