Chimie et Sciences de la Vie Magazine n°14

David Brusselman, Vanessa Della Piana

Publié en septembre - octobre 2010  —  Magazine précédent / suivant  —  Archives
chimie et sciences vie

Nourriture, médicaments, textile, matériaux, habitat, environnement, nouvelles technologies…la chimie est à l’origine de presque tout ce qui nous entoure. Observations, expérimentations, applications, il s’agit d’une science moderne qui, de plus en plus liée aux sciences de la vie, repousse sans cesse les frontières du possible. Dans ce secteur, de nouveaux horizons sont souvent dépassés afin, notamment, d’améliorer le confort de vie de chacun. L’industrie chimique et des sciences de la vie est constituée de la chimie de base, de la parachimie et de la chimie de transformations (termes développés dans la rubrique « Autant Savoir ») qui fabriquent des produits utilisés dans le secteur industriel (sidérurgie, automobile, construction, céramique, verre, papier, ciment, photographie…), le secteur agricole, le secteur tertiaire (hôpitaux, entreprises…) ou encore le secteur domestique. De leur côté, les sciences du vivant et les biotechnologies ont permis de réaliser des découvertes scientifiques importantes dans les secteurs de l'agro-alimentaire, de l’agriculture, des soins de santé et de la gestion de l’environnement.

Face à ce développement exponentiel, le chiffre d’affaire du secteur ne cesse d’augmenter, requérant l’engagement en permanence de nouveaux collaborateurs aux profils variés. En 2008, le secteur représentait plus de 25.520 emplois directs ! Qu’il s’agisse de scientifiques, de techniciens ou d’ingénieurs de tous types, la demande en diplômés est énorme. Pourtant, le secteur peine à trouver des candidats en raison notamment du manque d’engouement des jeunes pour les études scientifiques.

Ce nouveau magazine propose donc une re-découverte du secteur à travers 25 fiches métiers illustrant le quotidien, les savoir-faire et savoir-être, ainsi que le cadre professionnel des différentes professions. De plus, afin de rendre plus concrète la réalité de terrain, une interview de pro et un métier insolite sont également mis en évidence. Enfin, les rubriques « Autant savoir » et « Bonnes adresses » apporteront un complément d’informations aux plus curieux d’entre vous !

 

Les métiers

 

Autant savoir

Si le secteur de la chimie et des sciences de la vie vous intéresse, si vous souhaitez entamer une carrière dans ce domaine ou tout simplement en savoir plus, cette rubrique est faite pour vous!  Retrouvez des définitions, un complément d'informations sur l'emploi, les secteurs d'activités et la situation du secteur en Belgique. 

QUELQUES DÉFINITIONS...

La chimie:

La chimie désigne la science qui étudie la constitution atomique et moléculaire des corps, ainsi que leurs interactions. On distingue : la chimie physique (étudie les interfaces entre la chimie et la physique), la chimie nucléaire ( traite des composés des éléments radioactifs), la chimie analytique (perfectionne les méthodes de l’analyse immédiate et de l’analyse élémentaire), la chimie organique (chimie du carbone et des ses composés), la chimie macromoléculaire (traite de la synthèse et des propriétés des macromolécules (ou polymères), majoritairement d’origine organique), la chimie minérale (discipline qui traite des corps tirés du règne minéral (par opposition à la chimie organique), concerne l’étude de l’état naturel, de la préparation, des propriétés et des réactions des corps purs et de leurs composés, ainsi que la rationalisation et l’interprétation des phénomènes) et la chimie appliquée qui comprend la chimie industrielle, le génie chimique, la chimie agricole, la chimie pharmaceutique et toutes les branches spécialisées dans l’élaboration et la fabrication de divers produits (cosmétiques, parfums, colorants…).

Les biotechnologies:

Les biotechnologies représentent les technologies qui utilisent les propriétés du vivant. L’OCDE les définit comme étant « l’application des principes scientifiques et de l’ingénierie à la transformation de matériaux par des agents biologiques pour produire des biens et des services. Elles peuvent être subdivisées en trois grands domaines : les biotechnologies rouges (le secteur de la santé,la production de nouveaux vaccins et d’insuline, les médicaments « sur mesure », la thérapie génique, les diagnostics chez l’embryon, les cellules souches et le clonage), les biotechnologies vertes (l’industrie agroalimentaire,agriculture et alimentation) et les biotechnologies blanches (secteur pharmaceutique, bio-industrie, l’environnement). 

L'industrie pharmaceutique: 

L’industrie pharmaceutique caractérise le secteur qui regroupe les activités de recherche, de fabrication et de commercialisation des médicaments et vaccins pour la médecine humaine ou vétérinaire. Cette activité est exercée par les laboratoires pharmaceutiques et les sociétés actives dans les biotechnologies. Au point de vue strictement économique, cette industrie est l’une des importantes au monde. 

Les secteurs d'activités 

L’industrie chimique et des sciences de la vie est constituée de la chimie de base (amont), de la parachimie et de la chimie de transformation (aval), trois grandes catégories déclinées selon le stade de transformation des produits.

On appelle « chimie de base » ou « chimie en amont » ou encore « chimie lourde » le sous-secteur de l’industrie chimique qui fabrique des produits de base tels que la soude, le chlore, l’éthylène, l’acide chlorhydrique ou encore les polymères. Ceux-ci servent généralement de produits de base ou de grands intermédiaires pour la fabrication de principes actifs mais ils sont aussi parfois utilisés comme produits finis (ex. : engrais).

La parachimie désigne le secteur industriel qui conditionne les produits issus de l’industrie chimique de base sous une forme utilisable. Les usines oeuvrant en parachimie partent donc des produits de la chimie de base et d’extraits végétaux ou animaux pour élaborer des produits fonctionnels. Ces produits fonctionnels sont réalisés par le biais de traitements physiques et chimiques, de synthèse fine ou d’opérations de mélange et de conditionnement. La parachimie regroupe  notamment les produits pharmaceutiques et vétérinaires; les savons, détergents, cosmétiques, produits de parfumerie, de toilette et d’hygiène ; les produits de protection du bois ; les peintures, vernis, couleurs, encres d’imprimerie, mastics ; les colles, adhésifs, masses d’étanchéité ; les gélatines ; les gaz industriels, médicaux et spéciaux ; les poudres et explosifs ; les huiles minérales ; les catalyseurs ; les arômes et huiles essentielles ; les produits tensio-actifs, acides gras, corps gras et dérivés ; les matières colorantes et pigments ; les produits de nettoyage et d’entretien industriels ; les produits pour l’agriculture et l’horticulture (engrais composés et produits phytopharmaceutiques) ; les autres produits de consommation (produits photographiques, produits d’entretien…). 

L’industrie de la transformation se situe en aval de la filière « chimie ». Elle concerne les matières plastiques et les caoutchoucs naturels et synthétiques. Les matières plastiques issues de la pétrochimie sont transformées en produits immédiatement utilisables par les autres secteurs industriels mais aussi par les ménages. De son côté, l’industrie du caoutchouc regroupe les entreprises qui produisent des articles à base de caoutchouc naturel (extrait de l’hévéa) ou synthétique (produit chimiquement à partir de produits de base pétrochimiques). La transformation des matières plastiques peut être subdivisée en quatre grands sous-groupes :
- la transformation proprement dite, consistant à transformer des granulats ou poudres de plastique en produits finis ou semi-finis à l’aide de méthodes primaires : moulage par injection, extrusion, extrusion-soufflage, moussage, callandage, compression… ;
- la production de plastiques armés, de béton polymère et autres matériaux composites et produits plastiques renforcés de fibres ;
- les méthodes de formage secondaire : pliage, thermoformage, mise en forme par compression, emboutissage, laminage, usinage mécanique (découpe, fraisage, tournage), assemblage par soudure ou collage, métallisation ;
- le recyclage des déchets de production et des produits en fin de cycle de vie.

L'emploi et la situation en Belgique

En Wallonie, le secteur de la chimie et des sciences de la vie est le deuxième secteur d’activité industrielle. En 2007, il représentait plus de 24.300 emplois directs (augmentation d’environ 2 % par an sur les dix dernières années) au sein de quelque 200 entreprises et 40.000 emplois indirects (c-à-d un emploi généré par l’activité de l’industrie chimique mais en dehors de celle-ci – exemple : un commerçant qui vend un article fabriqué grâce à des produits chimiques). Plus du quart des emplois du secteur se situent en Région wallonne, principalement dans le Brabant wallon (produits pharmaceutiques) et le Hainaut (chimie de base). Ces deux provinces contribuent à elles seules à près de 70 % de l’emploi total, 36,6 % pour la première et 34,4 % pour la seconde. Ensuite, les provinces de Liège (16,1 %), Luxembourg (7 %) et Namur (5,9 %) ferment la marche.

Près de la moitié de l’activité du secteur en Région wallonne se concentre dans la parachimie, c’est-à-dire les médicaments, vaccins, produits chimiques élaborés, cosmétiques et autres produits à haute valeur ajoutée. De manière plus détaillée, la répartition s’effectue comme suit :

- la pharmacie (43,1 %) ;
- la chimie de base (23,1 %) ;
- la transformation des matières plastiques (15,4 %) ;
- les cosmétiques, parfums et détergents (6,6 %) ;
- l’industrie du caoutchouc (2,2 %) ;
- les peintures, encres et vernis (1,9 %) ;
- les produits destinés à l’agriculture (1,3 %) ;
- les fibres artificielles et synthétiques (0,6 %) ;
- les autres produits chimiques (5,9 %).

Si la chimie de base est concentrée principalement dans le Hainaut et la pharmacie dans le Brabant wallon, la parachimie et la transformation des plastiques et du caoutchouc sont présentes partout en Région wallonne.

En 2007, le taux d’exportation du secteur chimique et des sciences de la vie était de 74,5 % alors qu’il est de 75,7 % au niveau belge. Quant aux investissements, ils atteignaient 597 millions d’euros, soit une hausse de 44 % par rapport à 2006. Cela représente plus de 30 % des investissements du secteur en Belgique.

 

Bonnes adresses

Pour celles et ceux qui veulent en savoir plus sur le secteur, poser des questions à un professionnel, obtenir un complément d'informations, voici quelques bonnes adresses et sites à consulter pour faire le plein d'infos!

Association Belge pour l’Industrie de la Biotechnologie

Bd A. Reyers 80 - 1030 Bruxelles
+ 32 (0)2 238 98 47 - secretariat@bio.bewww.bio.be

Essenscia (Organisation multisectorielle qui représente les nombreux secteurs d’activités de la chimie et des sciences de la vie.)
Bd A. Reyers 80 - 1030 Bruxelles
+32 (0)2 238 97 11 -  info@essenscia.be -  www.essenscia.be

Pharma.be (Association Général de l’Industrie du Médicament (AGIM))

Chaussée de La Hulpe 166 – 1170 Bruxelles
+32 2 661 91 99 - info@pharma.be www.pharma.be

Federaplast.be asbl (Association des Producteurs d'Articles en Matières Plastiques et Elastomères auprès d'Agoria et d'Essenscia.)

Bd A. Reyers 80 - 1030 Bruxelles
+ 32 2 706 79 60 (« Matières plastiques et Composites »), + 32 2 238 98 04 (« Caoutchouc & Elastomères »), +32 2 238 97 80 (Conseil innovation)

Essenscia Polymers  (Section des producteurs de matières plastiques et élastomères)

Bd A. Reyers 80 - 1030 Bruxelles
+ 32 2 238 97 39 - federplast@essenscia.be

Essenscia Prochem.be (Section professionnelle des industries chimiques de base)

Bd A. Reyers 80 - 1030 Bruxelles
+ 32 2 238 98 58 - prochem@essenscia.be

QUELQUES SITES

www.metierschimie.be 

www.chimedit.com/4dcgi/INT_Prem6231 

www.ulb.ac.be/assoc/src/Cariboost/crbst_0.html  

www.chemweb.com 

www.chemdex.org


Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.