Eau & Mer Magazine n°22

Publié en septembre 2012  —  Magazine précédent / suivant  —  Archives
eau et mer

L'eau est un des quatre éléments fondamentaux de l'Univers avec l'air, la terre et le feu. Inodore, incolore et insipide, sa composition, comme sa quantité sur notre planète, sont restées inchangées depuis des millions d’années. L’eau est également la principale composante de notre corps : nous sommes faits d’eau à plus de 60% et, sans en boire, nous ne pouvons survivre plus de quelques jours.

Les mers et les océans recouvrent 70% de la surface de la planète. Cette masse d’eau salée a des caractéristiques étonnantes et salutaires pour les êtres vivants. Régulateur thermique, source d’alimentation et d’air pur, les océans ont encore bien d’autres intérêts pour l’homme. Deux tiers de la population mondiale vit près des côtes. La présence de l’eau permet en effet de nombreuses activités : pêche, aquaculture, extraction de minerais, production d’énergie, transport… 

Depuis qu’il est sur Terre, l’homme a besoin d’eau pour s’hydrater et pour se laver. Mais le lien entre l’homme et l’eau ne s’arrête pas là : cycle de l’eau, exploitation des ressources, travaux aquatiques, recherche, écologie, transport et défense, énergie, sport et loisirs... Autant d'usages qui donnent naissance à des métiers spécifiques dont nous vous proposons une liste non exhaustive dans ce nouveau magazine de la rentrée. 

 

Chaque fiche-métier comprend un descriptif de la fonction, du cadre de travail, des savoir-faire et savoir-être requis. Des interviews enrichissantes, ainsi que les rubriques "Autant savoir" et "Bonnes adresses" viennent compléter les informations sur le secteur. 

 

 

Les métiers

 

Autant savoir

La distribution d'eau en Belgique

Il pleut, en moyenne, 25 milliards de m³ d’eau sur la Belgique chaque année. La moitié de cette eau s’évapore, un tiers rejoint les eaux de surface et un sixième s’infiltre jusqu’aux nappes souterraines. La Région wallonne est le réservoir d’eau de notre pays. On recense plus de 1.700 sites de captage dont on extrait plus de 400 millions de m³ d’eau potable par an (pour un total de plus de 700 millions en Belgique). 

 

Dans notre pays, la politique en matière d’eau est une compétence régionale. En Région wallonne, la production et la distribution de l’eau sont assurées par un grand nombre d’organismes dont la Société Wallonne Des Eaux (SWDE) qui dessert près de 65% des habitants, mais aussi différentes intercommunales, comme la liégeoise CILE, la montoise IDEA et la namuroise INASEP. Ces deux dernières sont également compétentes en matière d’assainissement. La Société Publique de Gestion de l’Eau (SPGE) coordonne la protection des captages et l’épuration des eaux usées, de l’égout à la station d’épuration. Elle veille aussi à l’état sanitaire des eaux de baignade. Aquawal, l’union professionnelle des opérateurs publics du cycle de l’eau en Wallonie, regroupe tous ces acteurs.

 

Bien qu’il existe quelques sites de captage d’eau en Forêt de Soignes et au Bois de la Cambre, l’eau bruxelloise vient en grande partie de Wallonie. Elle est rendue potable, amenée et stockée à Bruxelles par Vivaqua, anciennement appelée Compagnie intercommunale bruxelloise des Eaux. Elle est ensuite distribuée par l’IBDE, l’Institut Bruxellois de Distribution d’Eau. Cet institut se charge aussi de la prévention des inondations. 

 

Les eaux usées rejoignent les égouts, gérés par l’IBDE, et sont acheminées aux deux stations d’épuration bruxelloises prises en charge par Vivaqua et Aquiris. Cette phase du traitement de l’eau est organisée par  la Société Bruxelloise de Gestion de l’Eau (SBGE). Les rejets sont règlementés et contrôlés par Bruxelles Environnement, également compétent en matière d’eaux souterraines (autorisation de captage, contrôle du niveau de l’eau et de la qualité des nappes…). Ces organismes sont tous membres de Aquabru, association des Eaux de Bruxelles.

 

Belgaqua, fédération belge du secteur de l’eau, regroupe tous les acteurs, bruxellois, wallons et flamands, de ce secteur. Cette association effectue des contrôles de qualité de l’eau et des matériaux utilisés par les différents opérateurs.  

 

D’après cette fédération, le Belge consommerait, en moyenne, une centaine de litres d’eau par jour. Il s’agirait de la consommation la plus basse d’Europe !

 

La recherche en Belgique

En 1897, le navire Belgica partit à la découverte de l’Antarctique. L’équipage comptait notamment un médecin, un géologue, un zoologue et un météorologue. Ce bateau belge fut le premier à hiverner en mer en se laissant dériver, prisonnier des glaces. Les chercheurs explorèrent la faune, la flore, le climat et découvrirent même des îles qu’ils baptisèrent île Brabant, île Liège, île Anvers… Celles-ci font partie de l’archipel Palmer situé au large de la côte ouest de la péninsule Antarctique. Ils découvrirent et nommèrent également un détroit, le Belgica, du nom du navire. Les résultats scientifiques de cette campagne furent très importants. L’hivernage permit d’étudier un cycle naturel complet pour la première fois.

 

En 1957, une nouvelle expédition belge partit en Antarctique et y installa la base de recherche Roi Baudouin. Cette station accueillait des géologues, des astronomes, des ingénieurs et des météorologues. Malheureusement, pour des raisons financières et de sécurité, cette base fut fermée dix ans plus tard.

 

En 1985, la Belgique lança un nouveau programme de recherche scientifique dans l’Antarctique dans le cadre de sa participation au Traité sur l’Antarctique. Ce traité définit l’Antarctique comme zone de recherche démilitarisée. Les essais nucléaires y sont interdits.

 

En 2004, notre pays décida de construire une nouvelle base et en 2007, la station Princess Elisabeth vit le jour sur la crête rocheuse d’Utsteinen en Antarctique de l’Est. Cette base « zéro émission » fonctionne uniquement grâce aux énergies renouvelables et peut abriter seize scientifiques. Elle a pour objectif de contribuer à comprendre les changements climatiques.

 

La protection de l'environnement

Le Code de l’Eau, adopté en 2004 par le gouvernement wallon, définit la gestion de l’eau conformément à la directive-cadre européenne sur l’eau (DCE). Cette dernière impose, entre autres, la description de l’état des masses d’eau et la restauration d’une qualité satisfaisante des eaux naturelles avant 2016. Désormais, les cours d’eau et les rivières sont administrés en bassins hydrographiques internationaux. Leurs fonctions économique, sociale et environnementale sont prises en compte dans leur gestion.

 

Les contrats de rivière s’organisent autour des bassins hydrographiques. Ces initiatives de développement durable ont de multiples retombées : meilleure information du public, engagement de cantonniers de rivière, aménagement de bassins d’orage… Les wateringues, chargées de garantir un régime des eaux favorable à l’agriculture et à l’hygiène sont insérées dans la gestion du cycle de l’eau. 

 

A Bruxelles, les données sont différentes. Les cours d’eau existent, mais sont bien moins nombreux. Vu la densité de la ville et la quantité moindre d’eau, il parait illusoire de viser les mêmes objectifs qu’en Wallonie en terme de qualité. Néanmoins, la DCE a été transposée en une ordonnance-cadre « Eau ». Le Plan de Gestion de l’Eau et le Programme de Mesures répondent aux exigences de ces textes de loi. Différentes initiatives y sont programmées dans le but de minimiser l’impact des actions humaines sur la qualité de l’eau. Huit axes sont développés dont la restauration quantitative du réseau hydrographique et la promotion de l’utilisation durable de l’eau. Des actions aussi diverses que les inspections, les études d’incidence des projets ou les chantiers d’éco-construction sont à l’ordre du jour. En outre, Bruxelles, dans son Plan régional de Développement, définit un programme de « maillage bleu », dans le but de restaurer les réseaux d’eaux de surface et la qualité de ces eaux. 

 

L'exploitation des ressources

Notre planète offre chaque année 140 millions de tonnes de poissons, de crustacés et de coquillages aux hommes. Deux tiers proviennent de la pêche et un tiers de l’aquaculture. 

 

Selon la FAO, près de 40 millions de pêcheurs et d'aquaculteurs fournissent dans le monde des emplois directs et indirects à 200 millions de personnes. Chaque être humain consomme chaque année en moyenne 14,4 kg de poissons sauvages issus de la pêche et 7,4 kg issus de la pisciculture. En augmentation constante jusque dans les années ‘90, la production de pêche s’est stabilisée à environ 90 millions de tonnes par an.

 

Afin de promouvoir une pêche durable à long terme, la Conférence de la FAO a adopté, en 1995, le Code de conduite pour une pêche responsable. Cependant, une étude récente  montre qu’une cinquantaine de pays, qui représentent plus de 90% de l’activité mondiale de pêche, ne respectent pas ce Code.

 

En Belgique, plus de 24.000 tonnes de poissons, mollusques et crustacés sont pêchées chaque année. Alors que ce secteur occupait 10.000 personnes dans les années 70, ils ne sont plus que 1700 à l’heure actuelle . En 2007, on comptait encore 103 bateaux de pêche dont 99 chalutiers  sur nos côtes. Certains pêcheurs se sont recyclés dans le tourisme et proposent des journées de pêche en mer à bord de leur bateau. Les poissons pêchés en Belgique sont, en grande partie, la plie, la sole, la raie, le cabillaud, la lotte et la crevette. En moyenne, le belge consomme 24 kilos de poissons par an. 

 

 

 

 

 

 

 

Bonnes adresses

AquaWal - L'Union professionnelle des opérateurs publics du cycle de l'eau en Wallonie

Rue Félix Wodon 21 - 5000 Namur

+32 81 25 42 30 - aquawal@aquawal.be - http://www.aquawal.be

 

Belgaqua - Fédération belge du secteur de l'eau

Boulevard Général Wahis, 21 - 1030 Bruxelles

+32 2 706 40 90 - info@belgaqua.be - http://www.belgaqua.be

 

Quelques sites

 

Association des Eaux de Bruxelles

http://www.aquabru.org

 

Entreprises Wallonnes de l'Eau

http://www.eweau.be

 

Centre de compétence - Polygone de l'Eau

http://www.formation-polygone-eau.be

 

La société wallonne des eaux - SWDE

http://www.swde.be

 

Vivaqua - Entreprise de production et distribution d’eau potable, d’assainissement des eaux usées

http://www.vivaqua.be

 


Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.