Les Ingénieurs Magazine n°24

Publié en mars 2013  —  Magazine précédent / suivant  —  Archives
magazine ingénieurs

A l'origine, l'ingénieur désignait le constructeur et/ou l’inventeur de machines de siège, celui qui conduit des travaux ou des ouvrages militaires pour attaquer ou défendre une place forte. Avec le temps, l’ingénieur a évolué pour devenir celui ou celle spécialisé-e dans la mise en oeuvre de certaines applications de la science.Une définition très vague qui démontre l’immense étendue des champs d’activités couverts par les professionnels de ce métier aux multiples ramifications et subdivisions.

Le train et le rail, l’électricité et ses applications, l’acier, le pétrole, la voiture, les télécommunications, le nucléaire, sans oublier les biotechnologies et les technologies et énergies « vertes », les ingénieurs sont à l’origine des connaissances, de la technologie et des infrastructures dont nous bénéficions aujourd’hui. Notre société et notre économie ont été construites par des ingénieurs et une grande partie de l’histoire de la civilisation est l’histoire de l’ingénierie. Pourtant, de moins en moins de jeunes choisissent de se lancer dans ce type d’études, entrainant des pénuries dans tous les secteurs.

Pourtant, cette activité comprend un immense champ de disciplines et d’applications variées, qui s’étendent elles-mêmes sur de nombreux secteurs technologiques différents.Conditionné par les découvertes et améliorations technologiques, le secteur est en perpétuelle mutation. Le développement de plus en plus poussé des connaissances entraine développement, division, fusion ou naissance de spécialisations dans toutes les branches du métier, qu’elles soient civile, industrielle, mécanique, chimique, électrique, électronique…En plus du diplôme adéquat dans la discipline requise, l’ingénieur doit bénéficier également d’autres aptitudes. Il représente le lien entre besoin social, innovation technique et application commerciale.

Découvrez quelques une des orientations que peut prendre le métier passionnant d'ingénieur dans ce magazine.

Bonne lecture!

 

Les métiers

 

Autant savoir

Ingénieur-e civile et ingénieur-e industriel-le

Il y a, d’une part, les ingénieurs civils (auxquels on ajoute les ingénieurs agronomes et les bioingénieurs) et, de l’autre, les ingénieurs industriels, autrefois appelés ingénieurs techniciens. Dans la pratique quotidienne, cette différence tend à s’estomper. Beaucoup d’offres d’emploi se contentent, en effet, de mentionner « ingénieur », sans spécifier le type. Cependant, en début de carrière, il est fréquent qu’un ingénieur civil soit un peu mieux payé qu’un ingénieur industriel. Les ingénieurs civils et les bio-ingénieurs sont formés dans les universités et à l’École Royale Militaire tandis que les études d’ingénieur industriel s’effectuent dans une Haute École.
Pour schématiser, on peut dire que la formation d’ingénieur civil/Bio-ingénieur est plus centrée sur les aspects théoriques et abstraits. Ce sont des scientifiques particulièrement bien préparés à la recherche et au développement. Les ingénieurs industriels sont, pour leur part, plus préparés à l’action directe sur le terrain. Ils sont plus concrets et s’attachent davantage à comprendre les principes de fonctionnement des différents dispositifs qu’ils rencontrent quotidiennement dans leur vie professionnelle.
Cependant, toutes les formations d’ingénieur ont en commun le souci de la polyvalence et partagent des objectifs communs. En outre, il existe des passerelles pour les diplômes ingénieurs industriels désireux de poursuivre leur formation par un master d’ingénieur civil. En Belgique, tous les diplômes d’ingénieurs étant reconnus par l’État, ceux-ci valent accréditation à l’accès à la profession.

Perspectives d'emploi et pénurie

Quelle que soit la conjoncture économique, l’ingénierie est un des secteurs qui continuent à engager. Mieux, on manque d’ingénieurs dans pratiquement tous les domaines et nombre d’offres d’emploi ne trouvent pas de candidats.La Belgique connait actuellement une importante pénurie d’ingénieurs. Fin 2010, on évaluait à plus de 2000 le nombre de postes à pourvoir et ne trouvant pas de titulaire. Pourtant, chacune des formations qu’il est possible de suivre ouvre des perspectives dans des secteurs très variés.

Dans la construction, les débouchés sont principalement axés sur les études et la réalisation des projets tels que l’immobilier, le matériel ou les équipements techniques liés à la construction. Dans l’électronique, l’ingénieur électronicien dispose de plusieurs options de carrière : le « hardware » (conception de puces électroniques…), le software (interface avec l’informatique de programmation), les télécommunications, l’électro-acoustique, l’électronique de puissance, l’automatique…Dans l’électricité, compte tenu de l’ouverture des marchés, l’ingénieur belge doit être prêt à s’expatrier partout dans le monde pour y construire, démarrer et exploiter de nouvelles centrales électriques. Dans le secteur de l’agronomie, de la chimie et des bio-industries, les formations d’agronome, d’ingénieur chimiste et des bio-industries permettent de s’adapter à des métiers différents et à des situations différentes dans le monde du travail. Des atouts qui assurent une carrière évolutive.

On retrouve des ingénieurs dans tous les secteurs de la vie économique : dans les entreprises, grandes et moyennes, les bureaux d’études, les administrations, les usines, les banques et autres établissements financiers…
Ils occupent des postes aux finalités diverses et dont le nom varie en fonction du secteur d’activités, mais, en rationalisant, on peut globalement les regrouper en quatre grands types de fonctions différentes :
• les métiers de la conception ou de la recherche et développement : ingénieur de recherche, ingénieur développement produit, ingénieur d’études...
• les métiers liés à la fabrication et à la production : ingénieur de production, ingénieur responsable de la qualité, ingénieur maintenance, responsable de la logistique, acheteur... Et bien d’autres encore.
• les métiers liés aux activités commerciales : ingénieur technico-commercial ou « support clients », chargé d’affaires, chef de produit, directeur commercial…
• les métiers du conseil et du support : informaticien, consultant, formateur, spécialiste des finances, de l’audit…

Rémunération des ingénieurs

Selon les chiffres de la FABI (Fédération Royale d’Associations Belges d’Ingénieurs), en 2010, la rémunération moyenne annuelle brute d’un ingénieur débutant se montait environ à 39 000 € (soit 2.800 €/mois).

Pour les ingénieurs civils et les bio ingénieurs débutants dans le secteur privé, le salaire annuel brut, au premier janvier 2010, se montait à un minimum de 39.000 €. Le salaire mensuel correspondant, compte tenu de l’usage du 13e mois et des congés payés, est de 39.000/13,92 = 2.800 €.

En outre, l’ingénieur dispose généralement de divers avantages complémentaires :  assurance maladie/hospitalisation, chèques-repas, voiture de société (44 % en bénéficient), GSM (54 % en bénéficient), ordinateur...En fonction des sociétés, il existe également d’autres avantages moins fréquents, tels que : autres types de chèques-titres, internet, frais de téléphone, frais de représentation, produits de la société, congés supplémentaires, assurance revenu garanti…

Un métier de femmes?

Les filles ont longtemps eu tendance à considérer les carrières d’ingénieurs comme une terre interdite réservée aux garçons, ou à avoir des idées fausses sur les débouchés, les conditions de travail, et le contenu des métiers. Aujourd’hui encore, on compte seulement 25 % de filles en écoles d’ingénieur !

Pourtant, les raisons, pour une femme, d’embrasser une carrière d’ingénieure ne manquent pas :

  • possibilité de trouver un emploi intéressant dans toutes les régions ;
  • possibilité d’intégrer de très grandes entreprises offrant de bons salaires, une certaine sécurité et des postes variés pouvant évoluer au cours de la vie ;
  • possibilité de retrouver relativement facilement du travail après une pause carrière pour avoir et élever des enfants ;
  • possibilité d’évoluer vers des fonctions d’enseignement, de recherche, de conseil ;
  • possibilité de travailler dans tous les secteurs économiques et industriels, en fonction des gouts et centres d’intérêt.
 

Bonnes adresses

Fédération Royale d’Associations Belges d’Ingénieurs Civils, d’Ingénieurs Agronomes et de Bioingénieurs - F.A.B.I.

Rue Hobbema, 2 - 1000 Bruxelles
+ 32 2 734 75 10 - www.fabi.be

Fédération Européenne d’Associations Nationales d’Ingénieurs - F.E.A.N.I. ASBL

Avenue Roger Vandendriessche 18 - 1150 Bruxelles
+32 2 639 03 90  - www.feani.org

Société Européenne des Ingénieurs et des Industriels - S.E.I.I.

Rue d’Egmont 11 - 1000 Bruxelles
+ 32 2 545 04 00 - www.seii.org

Société Européenne pour la Formation des Ingénieurs - S.E.F.I.

Rue de Stassart 119 - 1050 Bruxelles
+32 2 502 36 09 - www.sefi.be

Union Francophone des associations d’Ingénieurs Industriels de Belgique - U.F.I.I.B.

Rue Hobbema, 2 - 1000 Bruxelles
+ 32 473 21 97 38 - www.ufiib.be

Ingénieurs sans Frontières

www.isf-iai.be

Board of European Students of Technology (B.E.S.T.)

www.BEST.eu.org

Quelques sites

www.ingenieur-metiers.be

www.emploi-ingenieur.stepstone.be

www.onlyengineerjobs.be/fr : Premier site d'emploi des ingénieurs en Belgique. Découvrez plus de 5000 offres d'emploi Ingénieur (Ingénieur Civil, Ingénieur Industriel, Bio-Ingénieur, Ingénieur de Gestion et Spécialistes IT). Inscription gratuite.


Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.