Siep Logo

Bruiteur·euse

Culture / Cinéma, radio et télévision
Culture / Technique et métiers de l'ombre

Code Riasec AIR - Mise à jour 06/09/2013

Du tintement de glaçons dans un verre aux sabots d’un cheval, en passant par un claquement de porte ou l’écoulement de la pluie, le bruiteur est la personne chargée de produire des bruits, des sons concrets, à partir de différents objets (souvent détournés de leur fonction principale) ou avec son corps (mains, pieds, bouche…). Il peut travailler dans le cadre d’un film, d’une émission télé, d’un dessin animé, d’une publicité ou encore, d’un spectacle. Le bruiteur intervient là où l’on a besoin d’un son « sur mesure ».

Il commence donc par visionner le film, l’émission ou lire le scénario afin de repérer les bruits à créer séquence par séquence, personnage par personnage, action par action. Il cherchera ensuite par quel moyen les reproduire le plus fidèlement et naturellement possible par rapport à la réalité, tout en étant synchrone avec l’image ou l’action. Le bruiteur doit, par exemple, veiller à ce que le son « colle » parfaitement à l’acteur lorsqu’il marche, quelque soit le sexe, l’âge, la démarche, le type de chaussures ou l’endroit. Les bruits de pas d’une personne âgée étant différents de ceux d’une jeune personne.

Pour les films ou les séries d’époque, il doit effectuer des recherches en consultant des archives afin que les bruits produits correspondent à l’époque et à l’action. Il est également amené à discuter avec le réalisateur afin de savoir ce qu’il recherche comme effet. Les différents sons sont ensuite enregistrés et mixés. S’il y en a plusieurs à produire en même temps, l’un de ces sons est préenregistré et le tout sera mixé sur ordinateur.

Le bruiteur peut réaliser un bruitage réaliste (le plus proche possible du bruit recherché) ou, au contraire, rechercher un bruitage insolite (pour les dessins animés ou dans le cadre d’illustrations sonores d’un spectacle théâtral, par exemple).

Le bruiteur intervient lors de la postproduction, après le tournage et le montage du film. Il s’agit d’un métier dit de postsynchronisation (enregistrement du son en différé de l’image).

 

Compétences & actions

  • Maîtriser les techniques liées à la prise de sons, au mixage, à la manipulation de micros, etc.
  • Avoir une très bonne culture cinématographique, audiovisuelle
  • Posséder des notions de rythme
  • Avoir une très bonne mémoire
  • Lire et comprendre un scénario
  • Effectuer des recherches
  • Echanger et proposer des idées
  • Travailler en équipe
  • Maîtriser l’outil informatique (pour la prise et les mixages de sons)

Savoir-être

  • Sensibilité artistique
  • Imagination, créativité
  • Précision
  • Sens de l’observation
  • Patience
  • Débrouillardise
  • Capacité d’adaptation

Cadre professionnel

Le bruiteur est généralement engagé au contrat. La durée de son intervention peut être plus ou moins longue en fonction du projet (une à six semaines pour un film au cinéma, entre trois jours et une semaine pour la télévision). Le travail s’exerce en studio ou en coulisses. Dans le cas d’une tournée d’un spectacle vivant, il peut être amené à suivre la troupe dans ses déplacements.

Formations

Il n’existe pas de formation spécifique pour se préparer à ce métier. Il s’agit surtout de posséder une bonne technique dans le domaine du son et de se spécialiser « sur le tas ».

Autres appellations : Illustrateur·rice sonore, Technicien·ne de studio d'enregistrement

Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.