Dans les années ‘80, des équipes furent affectées exclusivement à l’entretien des cours d’eau. Le métier d’éco-cantonnier était né. Cet ouvrier prend soin de nos rivières et ruisseaux. Il protège et restaure les berges. Il débroussaille, il élague et abat éventuellement les arbres alentour. Il nettoie les berges, ramasse les déchets charriés par l’eau et enlève les embâcles [1] pour éviter que la rivière ne déborde. Il peut aussi aménager ou restaurer le lieu. Il crée une déviation ou consolide les berges pour freiner l’action érosive et protéger les constructions et les terres agricoles avoisinantes. Une des techniques utilisées est le tunage ou enfoncement d’une ligne de pieux dans le lit de la rivière.

Il prépare et entretient le matériel nécessaire aux travaux à réaliser. Il peut également être en contact avec le public qu’il tentera de sensibiliser à la protection des cours d’eau. Attentif au milieu naturel, il signale aux services compétents toute anomalie (aspect de l’eau, des berges, des poissons, etc.). Parfois, le cantonnier entretient aussi les chemins.

[1] Obstruction d'un cours d’eau.

 

Compétences & actions

  • Notions de sylviculture (rypisylve [1], élagage, etc.) et de construction
  • Connaissance du milieu aquatique
[1] Formation boisée le long d’un cours d’eau

Savoir-être

  • Respect de l’environnement
  • Respect des réglementations en vigueur
  • Savoir bricoler
  • Bonne condition physique
  • Rigueur et méthode
  • Autonomie
  • Facilités de contact
  • Intérêt pour l’environnement

Cadre professionnel

Il travaille dans la nature par tous les temps. Toujours en équipe, il effectue un travail physique, parfois lourd. Ses horaires sont réguliers. Il se rend, tôt le matin, au dépôt où il retrouve ses collègues. Ensemble, ils vont de chantier en chantier.

Autre appellation : Eco-cantonnier·ère
 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.