Siep Logo

Sous-fiche de Biologiste, chercheur·euse en biologie

Chercheur·euse en biotechnologie

Sciences / Sciences biologiques

Code Riasec IES - Mise à jour 17/06/2015

Le chercheur en biotechnologie utilise de façon industrielle les sciences du vivant, que ce soit en recherche fondamentale ou en recherche appliquée. Son métier consiste à créer de nouvelles matières, de nouvelles énergies ou encore découvrir de nouvelles bactéries qui serviront aux industries chimiques, pharmaceutiques ou agroalimentaires.

Dans la recherche fondamentale, on trouve plusieurs niveaux de hiérarchie. Un laboratoire tourne sous l'impulsion d'un chef de service, qui gère aussi bien l'organisation pratique du service que la recherche de subsides. Il est le plus souvent aussi chargé d'enseignement universitaire, de la direction des travaux de mémoires et de thèses, des contacts interuniversitaires et du rayonnement international de son équipe. Viennent ensuite les chercheurs qui ont un statut (plus ou moins) permanent, qui ont déjà des années d'expérience, et gèrent leurs travaux de manière relativement autonome. Ils effectuent eux-mêmes leurs expériences, ou sont assistés par des techniciens, selon la richesse du service. Ces chercheurs, à leur tour, encadrent et supervisent des plus jeunes chercheurs, doctorants ou mémorants. Ils passent aussi beaucoup de temps à rédiger les publications et articles scientifiques qui donneront la mesure de leurs travaux et leur permettront de se faire une certaine notoriété. Il leur incombe également de rédiger leurs nouveaux projets à soumettre aux instances subsidiantes, pour pouvoir prolonger leurs recherches.

La recherche en industrie est appliquée vers un but précis : mise au point de médicaments, de vaccins, traitement du cancer, amélioration des pratiques agricoles, résistance des animaux d'élevage à certaines maladies, élaboration de conservateurs alimentaires, gestion des déchets toxiques, etc. Une étape plus loin, il y a le département Recherche & Développement (R&D), qui met au point des procédés nouveaux utilisés dans la fabrication des produits. On y retrouve principalement des ingénieurs, mais aussi des chercheurs. Enfin, certains chercheurs peuvent être affectés dans des laboratoires de production ou de contrôle qualité. Le chercheur en industrie est souvent un expert ou un manager. L’expert est un scientifique spécialiste d’un domaine très pointu, recruté pour ses connaissances spécifiques parce qu’elles correspondent à un besoin dans le développement de la recherche que mène la société. Le chercheur manager, ou responsable de laboratoire, est amené à gérer une équipe. Il s’occupe de la vision à long terme du projet attribué à son département. Ses tâches administratives et de gestion des ressources humaines prennent parfois le dessus sur le travail de recherche scientifique pure.

De manière générale, la partie expérimentale reste la plus importante des tâches du chercheur en biotechnologie : exploiter les potentialités de micro-organismes, cultiver des cellules, en extraire des molécules d'intérêt, cloner un gène pour le transférer dans une cellule, etc. Cela ne l'empêche pas de passer aussi beaucoup de temps devant son ordinateur : il doit assurer une veille sur les avancées technologiques et scientifiques dans son domaine en lisant ce qui se fait ou se découvre ailleurs dans le monde, en s'informant sur les nouveaux brevets, etc.

« Une bonne partie du travail consiste en l’évaluation des risques liés aux sols pollués. »

Henri Halen et Marylène Moutier, Chercheurs en biotechnologie / biologie du sol, Lire l'interview

 

Compétences & actions

  • Posséder de vastes connaissances scientifiques (biologie, mais aussi mathématiques, physique et chimie)
  • Lire et parler l’anglais et éventuellement d’autres langues étrangères
  • Réaliser, reproduire et analyser des expériences
  • Communiquer les résultats de ses recherches
  • Rédiger des synthèses scientifiques
  • S’instruire continuellement et lire la littérature spécialisée
  • Collaborer avec d’autres chercheurs
  • Diriger une équipe, un laboratoire
  • Gérer des projets de recherches
  • Résoudre des problèmes de nature scientifique
  • Chercher des fonds
  • Respecter le code d’éthique de la Recherche Scientifique en Belgique
  • Utiliser du matériel informatique et technique de pointe
  • Avoir une bonne vue et être capable de différencier les couleurs

Savoir-être

  • Rigueur et précision
  • Observation
  • Remise en question
  • Logique et méthode
  • Patience et persévérance
  • Habilité manuelle et méticulosité
  • Curiosité
  • Autonomie
  • Polyvalence
  • Créativité scientifique et esprit d'initiative
  • Sens des responsabilités
  • Ouverture d'esprit
  • Sensibilité aux intérêts des industries

Cadre professionnel

Les biotechnologies sont considérées comme un secteur de recherche et d'activité industrielle avec un taux de croissance très élevé. Dans le secteur privé, ce chercheur trouve sa place au sein des laboratoires de recherche, de Recherche & Développement, de production et de contrôle qualité des industries biotechnologiques, pharmaceutiques, biomédicales, chimiques, biochimiques, cosmétiques, agroalimentaires, etc. Certains se lancent dans l’aventure d’une spin-off, une petite entreprise fondée dans le sillage d’une université. On en retrouve également dans les ONG humanitaires ou de défense de l’environnement, dans des instituts scientifiques publics et des administrations (sur des études concernant l’environnement, l’écologie, les pays en voie de développement, etc.). Au sein des universités, chercheur est rarement un métier définitif, beaucoup travaillent sous statut de boursiers [1]. Les postes de chercheurs permanents (chercheur qualifié, puis maître de recherches, et enfin directeur de recherches) sont rares, prisés et sont les mieux placés pour obtenir des postes de Professeurs d'Université.

Le chercheur en biotechnologie partage son temps de travail entre son laboratoire et son bureau et est régulièrement amené à se déplacer à l’étranger pour participer à des colloques, conférences et congrès scientifiques internationaux. Ses horaires sont irréguliers. Passionné par ses recherches, il est habitué aux longues journées. Il lui arrive fréquemment de devoir travailler le weekend ou en soirée. Dans certains cas, sa présence au laboratoire est même requise la nuit, certaines expérimentations nécessitant une surveillance et un suivi permanents. Selon la nature de ses recherches, il peut être amené à manipuler des produits dangereux et à porter des équipements de protection.

Il travaille en équipe pluridisciplinaire, avec des chercheurs, futurs chercheurs et techniciens de laboratoire. Avec l’expérience, il est parfois amené à prendre la direction du laboratoire de recherche et à diriger du personnel.

 

[1] Bourses du Fonds de la Recherche Scientifique (FRS-FNRS), du Ministère de la Politique scientifique, du Fonds pour la Formation à la Recherche dans l'Industrie et dans l'Agriculture (FRIA), de l’Union Européenne, de l’OTAN, etc.

Formations

Les formations menant à la recherche en biotechnologie sont vastes. On peut les résumer en disant qu’il faut passer par un master, le plus souvent suivi d’un doctorat, dans un des domaines touchant aux sciences de la vie : biologie, biochimie, bioinformatique, océanographie, sciences de l’environnement, chimie, sciences agronomiques et industries du vivant, bioingénierie, ingénierie chimique et biochimique, médecine, médecine vétérinaire, sciences biomédicales, ingénierie biomédicale, sciences pharmaceutiques. Peu importe la spécialité de départ, le métier exige de continuer à se former tout au long de sa vie, si possible en passant quelques mois ou années dans un laboratoire à l'étranger.

Autres appellations : Chargé·e de recherche en biotechnologie, Chercheur·euse qualifié·e en biotechnologie, Maître de recherche en biotechnologie, Directeur·rice de recherche en biotechnologie

Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.