Siep Logo

Hygiéniste bucco-dentaire

Santé & bien-être / Pratique paramédicale & pharmaceutique

Profession dont l'accès est réglementé Profession dont l'accès est réglementé
Mise à jour 04/09/2018

En Belgique, le métier d’hygiéniste bucco-dentaire a été reconnu comme profession paramédicale en 2018.

Professionnel d’appui dans les soins bucco-dentaires, l’hygiéniste effectue des actes essentiellement préventifs. Ses prestations peuvent être de trois ordres : travail en toute autonomie, sur prescription médicale ou en assistance du dentiste.

Dans un premier temps, l’hygiéniste bucco-dentaire interroge le patient sur ses antécédents. Il effectue ensuite un bilan de santé bucco-dentaire qui permet d’établir un plan de soins préventifs. Ce dernier liste les actes à mettre en place pour éviter le développement de pathologies de la bouche et optimiser la santé buccale du patient.

Certaines prestations peuvent être réalisées par l’hygiéniste en toute autonomie. C’est le cas du nettoyage des dents et des prothèses dentaires (enlèvement de plaque dentaire, de décolorations ou de restes d’aliments). Si nécessaire, l’hygiéniste peut administrer une anesthésie locale et appliquer des produits destinés à prévenir l’apparition ou la propagation de maladies. Il fournit également des conseils au patient en matière de soins bucco-dentaires (alimentation, sevrage tabagique, consommation d’alcool ou de drogues, etc.). L’hygiéniste intervient aussi dans la fabrication sur mesure de protège-dents, permettant de limiter les risques de blessures à la bouche lors de la pratique de certains sports.

Certaines prestations nécessitent une prescription médicale établie par un dentiste ou par un médecin spécialiste en stomatologie ou en stomatologie et chirurgie orale et maxillo-faciale. Dans ce cadre, l’hygiéniste peut administrer une anesthésie locale à un patient atteint d’une maladie légère ou sévère. Il bouche les cavités ou fissures et intervient dans l’enlèvement de sutures ou de pansements buccaux. L’hygiéniste réalise les détartrages de la gencive en veillant toujours au confort du patient. Si nécessaire, il applique une thérapie au laser pour diminuer la douleur et prévenir le risque d’inflammation ; il peut également effectuer la prise d’empreintes dentaires de manière digitale.

Le dentiste ou le médecin spécialiste peut également confier certains actes techniques à l’hygiéniste tels que le blanchiment des dents vitales, la pose de certains appareils orthodontiques, la réalisation d’imagerie médicale, l’application de pansements buccaux, le placement d’un cathéter veineux ou la prise de sang par voie veineuse. L’hygiéniste bucco-dentaire peut également assister le dentiste ou le médecin spécialiste lors de l’administration d’un traitement ou pendant le déroulement d’une opération. On parle alors de « travail à quatre mains », où l’hygiéniste se charge de l’instrumentation pour permettre au dentiste ou au médecin de se concentrer exclusivement sur le patient, tout en gardant un contact visuel et verbal direct.

 

Compétences & actions

  • Posséder de bonnes connaissances de l’anatomie de la bouche et des affections qui y sont liées
  • Réaliser un bilan de santé bucco-dentaire
  • Conseiller les patients
  • Soigner les affections de la bouche de façon autonome, sur prescription médicale ou sous la responsabilité d’un dentiste ou médecin spécialiste
  • Utiliser un appareillage spécifique
  • Fabriquer des protège-dents sur mesure
  • Se tenir informé de l’évolution du métier
  • Respecter les règles de sécurité et d’hygiène, ainsi que la déontologie

Savoir-être

  • Ecoute
  • Calme et patience
  • Contact facile
  • Sens de l’observation
  • Concentration
  • Capacité d’adaptation
  • Habileté gestuelle et dextérité
  • Rapidité et précision d’exécution
  • Rigueur

Cadre professionnel

L’hygiéniste bucco-dentaire peut travailler dans un cabinet dentaire, dans les hôpitaux, les centres d’hébergement et de soins, les maisons de repos et de soins, les institutions pour personnes handicapées, les établissements de soins de santé mentale, etc.

Il travaille seul et en collaboration avec des dentistes et médecins spécialistes en stomatologie ou en stomatologie et chirurgie orale et maxillo-faciale.

Les horaires sont réguliers en milieu hospitalier ou institutionnel mais, en cabinet privé, ils peuvent être décalés en soirée pour s’adapter aux contraintes de la patientèle. Tout comme pour le dentiste, des gardes sont à prévoir les weekends et jours fériés.

L’hygiéniste bucco-dentaire doit pouvoir conserver une station debout prolongée.

Conditions requises

La profession d’hygiéniste bucco-dentaire est fixée par l’Arrêté royal du 28 mars 2018, qui définit les conditions de qualification minimales requises et les prestations techniques que l’hygiéniste peut accomplir.

Formations

Il n’existe pas de formation spécifique pour se préparer à ce métier. La formation requise doit comprendre 180 ECTS minimum. Actuellement, elle n’est organisée par aucun établissement d’enseignement supérieur en Belgique francophone mais elle est organisée en Flandre (Gand et Leuven).

Les liens formations-métiers sont mis à jour annuellement.


Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.