Face à une météo capricieuse, les météorologistes - ou météorologue - ont la délicate tâche de prévoir, jusqu'à sept jours à l'avance, le temps à venir. Nécessaire pour l'activité économique, agricole ou même touristique, cette prévision permet d'anticiper des avaries telles que de violents orages ou des inondations. Menée sur une période plus longue, l'étude du temps, appelée alors climatologie, permet de diagnostiquer les conséquences des activités humaines sur l'atmosphère.

Concrètement, le météorologiste observe, relève, analyse et interprète des données atmosphériques. Il peut être ingénieur ou technicien. Selon sa qualification, ses missions et ses conditions de travail diffèrent sensiblement. L'ingénieur météo réalise des études et des synthèses de complexité croissante. Il travaille en centre de calculs (la météorologie utilise les ordinateurs les plus puissants du monde) et, une fois l'expérience acquise, peut avoir la responsabilité d'une station météo, participer à des programmes de recherche sur l'interaction océan/atmosphère ou la climatologie, etc.

La discipline dont ce métier très évolutif relève exige une actualisation constante de ses connaissances, du coup, les spécialisations sont nombreuses : prévisionniste, climatologue, observateur, chercheur, informaticien, etc. Il est également possible d'exercer des fonctions d'encadrement, de commercialisation ou d'enseignement.

Concrètement, le métier consiste à récolter et à digérer un ensemble d'informations sur les vents, les températures, les pressions, bref une multitude de paramètres concernant les conditions atmosphériques à différentes altitudes.

La Belgique, comme tous les autres pays, est quadrillée par des stations synoptiques qui permettent de recueillir ces informations et de dresser des cartes météorologiques.

 

Compétences & actions

  • Bagage scientifique indispensable
  • Bonne maîtrise de l’informatique
  • Connaissance de l’anglais indispensable et utilisation correcte du vocabulaire anglais technico-professionnel
  • Posséder une solide formation sur les notions pratiques de base (observation et prévisions, radiotéléphonie, technique météorologique, etc.)
  • Etre capable d'écouter, de reformuler et de communiquer avec clarté un maximum d’informations

Savoir-être

  • Rigueur scientifique
  • Précision dans l’analyse
  • Concentration
  • Capacité de travailler “sous pression”
  • Sens du travail en équipe
  • Curiosité intellectuelle
  • Résistance physique et nerveuse pour adopter un rythme de travail comprenant des permanences et de longues plages horaires
  • Faculté de résistance au stress
  • Tempérament calme
  • Ouverture d'esprit permettant de s'adapter aux situations imprévisibles voire critiques
  • Esprit de synthèse, d’analyse et de critique, ordre, méthode, précision et rigueur, rapidité de jugement, raisonnement logique, sens de l'organisation, des responsabilités et de l'initiative

Cadre professionnel

A côté des structures météo nationales, telle que l'Institut Royal Météorologique de Belgique, qui recrute sur concours, existent des sociétés privées qui fournissent des prévisions météo, par le biais d'Internet ou des médias, au grand public ou à des clients spécifiques, comme les agriculteurs, les marins, les entreprises de travaux publics ou encore les organisateurs d’évènements, etc.


Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.