Le philosophe effectue des recherches, réfléchit sur l’existence et sur les relations humaines au regard des fondements, des finalités et du sens de la vie et des événements.

Il communique le fruit de ses réflexions par des conférences, des cours, des entrevues, des publications. Il peut s’intéresser aux sciences (psychologie, politique, physique), aux données de l’existence humaine (amour, liberté, volonté), aux questions sociales (éthique, éducation) ou aux relations humaines (littérature, architecture, technologie). Le philosophe va veiller à être à la pointe de l’évolution des connaissances afin de pouvoir faire une critique rationnelle des phénomènes observés.

Le philosophe ne doit pas rester enfermé dans le monde des idées. Il ne peut perdre contact avec la réalité concrète, ses aspérités et ses contraintes. C’est pourquoi il doit aussi marquer un certain intérêt pour les disciplines relevant des lettres, des sciences humaines, ou des sciences de la nature.

Il intervient sur les principales thématiques de l’actualité qui touchent au cœur de la question du sens de la vie et des finalités de notre société : le développement durable, la bioéthique, la santé publique, l’éducation à la citoyenneté. Le philosophe exerce une fonction de conseiller auprès des personnes chargées de prendre des décisions dans ces différentes matières (directeurs d’hôpitaux ou de mutualités, responsables politiques, fédérations industrielles, etc.).

 

Compétences & actions

  • Connaissance approfondie de l'histoire de la philosophie
  • Connaissance approfondie des divers domaines de la philosophie (anthropologie, épistémologie, esthétique, éthique, herméneutique, logique, métaphysique, ontologie, sciences et techniques, etc.), de ses thématiques majeures et de leurs mutations
  • Connaissances en didactique, en psychologie de l'apprentissage, en utilisation des médias, etc.

Savoir-être

  • Intérêt pour les problèmes fondamentaux de la condition humaine
  • Aptitude et goût pour la réflexion critique
  • Ouverture d’esprit
  • Capacités de raisonnement
  • Capacités d’argumentation
  • Rigueur
  • Sens de la méthode
  • Capacités communicationnelles
  • Curiosité intellectuelle

Cadre professionnel

La philosophie n’est pas un métier aux contours bien définis. Le philosophe doit donc en quelque sorte "créer son emploi". Nombreux parmi les jeunes diplômés partagent leur savoir via l’enseignement, que ce soit en école secondaire ou supérieure, de la morale, de la religion mais également parfois dans d’autres cours relevant des sciences humaines ou encore dans l’éducation permanente et notamment dans l’alphabétisation. Via un doctorat, le philosophe peut enseigner à l’université.

Des débouchés sont également possible dans les professions de la communication en général, et dans le journalisme en particulier, des bibliothèques et autres centres de documentation. On retrouve également des philosophes employés à des titres divers au sein d’ASBL ou d’ONG (Organisations Non Gouvernementales), notamment en tant que coordinateurs ou chargés de communication.

Enfin, certains jeunes diplômés en philosophie ont traduit leur passion pour la réflexion philosophique dans une activité professionnelle et notamment dans l’animation d’ateliers philosophiques pour enfants, la création de librairies "cafés-philo", etc.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.