Siep Logo

Prothésiste dentaire

Santé & bien-être / Pratique paramédicale & pharmaceutique

Profession dont l'accès est réglementé Profession dont l'accès est réglementé
Code Riasec IRE - Mise à jour 10/06/2012

Le prothésiste dentaire fabrique, modifie et répare, en laboratoire, des prothèses fixes (ponts, couronnes), amovibles (complètes ou partielles), des appareils d'orthodontie et d'autres appareils dentaires spécialisés servant à remplacer des dents naturelles, à corriger des anomalies fonctionnelles ou à améliorer l'esthétique de la dentition.

Elle veille à faire preuve de minutie et de précision afin que les produits soient solides, fonctionnels, rigoureusement conformes aux spécifications reçues et, s'il s'agit de prothèses, d'apparence aussi naturelle que possible.

Il peut également améliorer l'aspect et la fonction des dents naturelles à l'aide de différentes techniques comme :

  • le blanchiment des dents,
  • la restauration des dents fracturées ou endommagées,
  • le comblement des espaces interdentaires,
  • la pose de prothèses fixes ou amovibles (couronnes, ponts, prothèses partielles ou complètes) destinées à remplacer des dents naturelles et dentaires.

Le prothésiste dentaire travaille des matières chimiques : or, chrome, mercure, nickel ainsi que des produits de substitution : résines et céramiques. Il s'efforce d'utiliser les techniques et les matériaux les plus aptes à corriger les problèmes en cause afin de restaurer le mieux possible les fonctions masticatoires et phonétiques des dents et l'esthétique de la bouche.

Il fabrique ses prothèses, à partir de l'empreinte de la dentition du patient et de la commande qu'il reçoit du chirurgien-dentiste. Les machines telles que les malaxeurs sous vide (pour le plâtre, four à céramique pour donner une forme aux pièces), poste de soudure (pour les métaux et les alliages métalliques), fronde (pour injecter le métal en fusion dans le moule), turbo-fraise, polissoir, tenailles, pinces... sont indispensables

Le prothésiste débute son travail à partir de l’empreinte de la cavité buccale du patient, effectuées par le chirurgien-dentiste. Il choisit alors le matériau le plus adapté en tenant compte de la demande du patient (une prothèse en céramique est plus coûteuse qu’une prothèse métallique) et de l’emplacement de la prothèse dans la bouche. Puis il sculpte, moule ou modèle. Une fois la prothèse achevée et essayée sur le patient, il peut intervenir à nouveau, à la demande du praticien, pour d’éventuelles finitions et ajustements.

 

Compétences & actions

C'est un métier très technique où minutie et art se rejoignent puisqu'il doit réaliser des produits avec des matériaux très variés, porcelaine, résine mais aussi des alliages de métaux, pour obtenir un résultat parfait une fois dans la bouche du patient.

Il doit se constituer une clientèle par contacts directs et se la fidéliser par la qualité, la rapidité et le coût de son travail.

Bon gestionnaire, il ne doit pas négliger l'aspect administratif du métier. Les normes européennes en matière de traçabilité des produits mis en bouche deviennent de plus en plus exigeantes. 


En résumé, ce métier demande :
  • Dextérité
  • Patiente et minutie
  • Sens de l'harmonie, de l'esthétique
  • Savoir travailler dans l'urgence

Savoir-être

Pour exercer cette profession, il faut être motivé et capable de rester extrêmement patient, concentré et attentif. Posséder un goût esthétique prononcé et un souci de perfection, de très bonnes aptitudes visuelles sont des qualités indispensables : différentiation des nuances de couleurs et perception des formes et reliefs.

C'est une activité qui s'exerce essentiellement assis, qui ne nécessite pas d'effort physique mais qui implique une grande tension nerveuse.

Enfin, des qualités d'hygiène sont très importantes dans cette profession.

Cadre professionnel

Le prothésiste est généralement indépendant. Il tend à s'associer avec d'autres afin d'amortir les investissements (les machines coûtent très cher et sont de plus en plus sophistiquées) et de partager les frais de fonctionnement.

Il peut travailler dans le cadre d'un laboratoire dentaire, de cliniques ou d'hôpitaux ou d'un cabinet dentaire privé en collaboration avec les dentistes.

C'est une profession à forte évolution technique en interactivité avec la haute technologie, le monde médical, d'où la nécessité pour les professionnels d'adapter régulièrement leurs connaissances tout au long de leur vie professionnelle. Il est à noter que la robotique et les techniques informatiques assistées par ordinateurs vont modifier progressivement l'exercice quotidien de ce secteur d'activité.

Conditions requises

Ce métier est régi par l'Arrêté royal relatif à la compétence professionnelle pour l'exercice des activités indépendantes relatives aux soins corporels, d'opticien, de technicien dentaire et d'entrepreneur de pompes funèbres (21 décembre 2006).


Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.