Le psychomotricien s'intéresse au mouvement humain comme expression de la relation à soi-même, à l’autre, au temps, à l’espace et aux objets. Pour lui, le mouvement permet le développement du corps et de l’esprit.

Son objectif est de stimuler ou de favoriser le développement harmonieux de la personne, tant sur le plan psychologique que moteur. Ce professionnel s’appuie sur des techniques corporelles et gestuelles, sensorielles, motrices et psychologiques pour aider la personne à trouver son chemin vers plus d'autonomie.

Son intervention porte sur les troubles liés au développement psychomoteur (coordination des mouvements, confusion entre la gauche et la droite, troubles du tonus musculaire, équilibre, etc.) mais aussi sur les troubles du comportement ou de la personnalité, les déficiences intellectuelles, les troubles de la représentation du corps, les difficultés d’apprentissage, etc. Ces différents troubles peuvent être liés à un problème dans le développement de l’enfant ou être des conséquences du vieillissement de la personne, d’une maladie ou d’une addiction.

Dans un cadre préventif ou éducatif, le psychomotricien favorise le développement des sens, du mouvement, de l'action et du rapport aux autres. Avec les enfants, il favorise la prise de conscience et la connaissance de leurs possibilités et de leurs limites corporelles. Dans le cadre de la rééducation et de la thérapie psychomotrice, il travaille avec un public très varié confronté à des difficultés d'apprentissage, de développement, relationnelles, de comportement, d'intégration à la vie sociale, etc.

Après avoir réalisé un bilan psychomoteur, il détermine le traitement à mettre en place. Celui-ci sera évalué régulièrement pour éventuellement être adapté. Ce traitement peut prendre différentes formes : 

  • Pour la prise de conscience du corps, de l'équilibre, de la coordination motrice : utilisation de cubes de construction géants, enfilage de grosses perles, etc.
  • Pour développer l’orientation et la structuration spatiale : utilisation de parcours d’obstacles et d’exercices de distinction gauche/droite, dessus/dessous, devant/derrière.
  • Pour l’apprentissage des notions rythmiques et temporelles : chant avec mouvements, danse, mime, maniement d'instruments de musique
  • Mais aussi jeux corporels, techniques de relaxation, etc. 

Il travaille généralement avec un petit groupe de patients dans le respect du rythme de chacun et avec l’objectif de favoriser l’autonomie.

Il doit instaurer une relation de confiance avec ses patients et assurer leur sécurité pour que ceux-ci osent réaliser certains exercices qui les amènent à se dépasser.

Selon l’institution dans laquelle il travaille, le psychomotricien doit rédiger des programmes et rapports d’activités. Il participe à des réunions avec d’autres professionnels mais collabore aussi avec la famille des patients pour qu’elle puisse poursuivre le travail à domicile.

On parle de maître de psychomotricité lorsque les activités de psychomotricité sont réalisées dans l’enseignement maternel ordinaire.

 

Compétences & actions

  • Connaître l’anatomie, les troubles corporels et psychologiques
  • Réaliser un bilan psychomoteur
  • Déterminer le traitement à mettre en place
  • Elaborer un programme d’activités et de compétences à développer
  • Observer l’évolution de la personne
  • Ajuster le traitement si nécessaire
  • Assurer des prises en charge individuelles et/ou collectives
  • Créer des conditions relationnelles, spatiales et temporelles favorables
  • Garantir la sécurité
  • Analyser et adapter ses méthodes de travail
  • Travailler en équipe pluridisciplinaire
  • Communiquer avec les bénéficiaires et leur entourage
  • Rédiger des rapports de prise en charge 
  • Tenir à jour les dossiers des personnes suivies
  • Respecter la déontologie et l’éthique de la profession
  • Actualiser ses connaissances

Savoir-être

  • Ouverture d’esprit
  • Créativité
  • Sens de l’observation
  • Calme et maîtrise de soi
  • Patience et douceur
  • Dynamisme et réactivité
  • Capacité d’adaptation
  • Autonomie
  • Prise d’initiatives
  • Bonne condition physique

Cadre professionnel

Le psychomotricien peut pratiquer dans de nombreux domaines et auprès de publics très diversifiés. 

Il intervient dans les milieux de la petite enfance (crèches et autres milieux d’accueil). Il occupe aussi une place dans les écoles d'enseignement spécialisé et les centres d'accueil pour enfants, adolescents ou adultes handicapés. Il peut également travailler dans des centres de réadaptation, en milieu hospitalier, en maisons médicales et dans des maisons de repos. On le retrouve également dans le secteur social : institutions d’aide à la jeunesse, maisons maternelles, structures d’accueil parents-enfants, maisons de quartier, lieux d’animation et de loisirs, etc. Le psychomotricien peut aussi proposer des consultations privées à domicile.

Le psychomotricien travaille sous le statut d'indépendant ou de salarié. 

Il a généralement un horaire de jour et collabore avec des médecins, psychologues, kinésithérapeutes, infirmiers, puériculteurs et éducateurs.

Il peut également travailler à temps partiel et exercer la psychomotricité comme complément d’une autre profession telle que celle de logopède ou enseignant, etc.

Conditions requises

Pour exercer la fonction de maître de psychomotricité dans l’enseignement maternel ordinaire organisé ou subventionné par la Fédération Wallonie-Bruxelles, il faut être porteur d’un des titres suivants (Décret du 3 juillet 2003) : 

  • le bachelier en Psychomotricité ;
  • l’AESI en Education physique (+ une formation complémentaire en psychomotricité si diplôme obtenu avant 2005-2006) ;
  • le bachelier d’Instituteur·trice préscolaire (+ attestation de réussite du cours d’éducation corporelle et psychomotricité de 120 heures au moins ou d’une formation complémentaire en psychomotricité si diplôme obtenu avant 2002-2003) ;
  • le bachelier d’Assistant·e en psychologie, option psychopédagogie et psychomotricité, complété d’une formation complémentaire à caractère pédagogique ;
  • le bachelier d’Educateur·trice spécialisé·e en activités socio-sportives, complété d’une formation complémentaire en psychomotricité ;
  • le bachelier ou le master en Kinésithérapie ou Kinésithérapie et réadaptation, complété d’une formation complémentaire en psychomotricité ;
  • le master en Sciences de la motricité – orientation éducation physique, complété d’une formation complémentaire en pédagogie (AESS ou master didactique) et psychomotricité.
Autre appellation : Maître en psychomotricité
 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.