Siep Logo

Sous-officier·ère défense (armée)

Sécurité / Armée

Mise à jour 01/01/2006

Le sous-officier défense participe activement à la sécurité de la base ainsi qu'à celle du personnel qui y travaille. Il doit pouvoir contrecarrer tout type de menace.

Ses activités principales sont :

  • mettre en oeuvre, organiser, participer et contrôler les dispositifs armés requis pour satisfaire aux critères de sécurité propres aux systèmes d'armes spéciales, aux aérodromes, sites et postes isolés de la Composante aérienne et à certaines installations logistiques
  • participer au travail d'un centre de sécurité et d'une cellule de défense
  • escorter des convois spéciaux
  • exécuter des interventions tactiques contre toute forme de menace et/ou d'infiltration
  • utiliser les armes individuelles et collectives, les moyens de transmission et les appareils permettant la vision de nuit
 

Compétences & actions

Il est sportif, aime travailler à l'extérieur et les déplacements à l'étranger.

Savoir-être

Les qualités requises sont le bon sens, le leadership, le goût pour le travail d'équipe et pour le fait de mener des gens. Il est caractérisé par une grande disponibilité et flexibilité.

Cadre professionnel

Le sous-officier défense travaille pour l’Escadrille de Défense au sein de la composante aérienne de l’Armée belge.

La principale mission de l'Escadrille de défense est d'assurer la sécurité des installations et des infrastructures militaires.

Le concept de sécurité actuel repose sur un dispositif de sécurité intégrée, combinant entre autres, un système de contrôle et de surveillance assistée par ordinateur, ainsi qu'un dispositif de gardiennage, chargé d’effectuer des contrôles, des patrouilles et des interventions.

La formation spécialisée et continue du personnel, dans des domaines aussi variés que la condition physique, les connaissances de tactique et de protection individuelle, reste dans le cadre de cette mission, un objectif prioritaire de cette escadrille.

L’Escadrille de Défense assure la protection et la défense de la base tant au plan actif que passif.

La défense active signifie la protection/défense au sol, comme l’organisation et l’exécution des contrôles d’accès, les patrouilles et l’engagement des équipes d’intervention et des maîtres-chiens. L’Escadrille de défense dispose également d’un « flight Shorad » (« Short Range Air Defence ») qui assume de façon active la défense aérienne rapprochée.

On entend par défense passive tout ce qui peut être entrepris pour protéger tant le personnel que le matériel et les installations contre les éventuelles situations NBC (Guerre Nucléaire – Biologique – Chimique). La menace peut être due à des attaques aériennes ou à des actions sporadiques menées contre la base par des saboteurs et/ou terroristes.

Conditions requises

Après la phase d'instruction militaire et la formation pour sous-officier, les candidats suivent une formation spécialisée d'environ 6 mois à l'Ecole Royale Technique de la Composante aérienne à Saffraanberg. Ils commencent ensuite une période de stage et d'évaluation dans leur unité d'affectation.


Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.