Siep Logo

Technicien·ne de laboratoire / Laborantin·e

Santé & bien-être / Santé publique, laboratoire & gestion

Métier en pénurie en Wallonie Métier en pénurie en Wallonie
Code Riasec IRC - Mise à jour 05/07/2012

Anciennement appelé laborantin, le technicien de laboratoire est véritablement la mémoire du service. C'est lui qui a la maîtrise des diverses techniques (pesée, centrifugation, titrage, dosage, etc.) utilisées dans les laboratoires.

Il a pour rôle d'assister les chercheurs dans leurs travaux en les déchargeant de leurs manipulations afin qu'ils puissent se consacrer à la lecture scientifique, à l'analyse de leurs résultats ou encore à donner cours.

C'est vêtu d'un tablier blanc et pipette en main que notre technicien de laboratoire va effectuer expérimentations et analyses.

Pour ce faire, il suit avec rigueur un protocole - procédure mise au point en collaboration avec le chercheur - et réalise les manipulations nécessaires.

Il doit être apte à détecter les dysfonctionnements éventuels au cours d'une expérience et prendre les mesures adéquates afin d'y remédier.

Il est responsable de la maintenance du laboratoire ; ce qui signifie qu'il doit entretenir le matériel et les appareils, et veiller à leur bon état de marche.

Il doit également contrôler la qualité des produits et des préparations.

Une fois les manipulations terminées, il consigne consciencieusement les conditions de travail, ses observations et les résultats obtenus. A partir de ces notes, il rédige un rapport de laboratoire dans lequel il va interpréter les résultats des analyses voire proposer des adaptations, de nouveaux modes opératoires, de nouvelles techniques de recherche.

Ses responsabilités peuvent toutefois varier en fonction de son diplôme : en effet, un technicien de laboratoire diplômé de l'enseignement secondaire n'aura pas les mêmes implications qu'un technicien de niveau supérieur.

 

Compétences & actions

  • Connaissances des techniques d'analyses de laboratoire
  • Connaissance et respect des règles de sécurité et d'hygiène en situation de travail Compétences informatiques
  • Connaissance des risques chimiques ou biologiques liés aux produits et techniques utilisés
  • Formation continue : il doit se tenir au courant des évolutions techniques
  • Maîtrise de l'anglais technique
  • Solides acquis dans les disciplines scientifiques et technologiques, notamment biologie moléculaire, informatique, électronique, statistiques, contrôle de qualité. Ce bagage lui permet de s'adapter aux changements.

Savoir-être

  • Rigueur, vigilance, précision, soin, méthode et méticulosité : il faut assurer la fiabilité scientifique
  • Habileté manuelle
  • Autonomie
  • Bon esprit d'équipe : excellente capacité à s'intégrer et travailler au sein d'une équipe.
  • Esprit critique par rapport aux résultats observés.
  • Sens de l'organisation : gérer efficacement son temps de travail pour éviter les attentes improductives
  • Sens des responsabilités et conscience professionnelle aiguë

Cadre professionnel

Un technicien de laboratoire peut travailler soit dans un laboratoire de recherche universitaire, soit dans un laboratoire de recherche de l'industrie (pharmaceutique ou agroalimentaire), où les salaires sont plus élevés.

Généralement, l'ambiance de travail dans un laboratoire de recherche universitaire est assez "familiale"; les techniciens sont autonomes et peuvent gérer leur travail à leur guise, etc. du moment qu'il soit fait! Ils sont considérés comme de vrais partenaires par les chercheurs universitaires avec lesquels ils font équipe.

Ce sont eux qui "habitent" le laboratoire de recherche dans lequel ils travaillent car leur poste est souvent plus fixe que celui des chercheurs qui vont et viennent d'un laboratoire à l'autre, d'un pays à l'autre.

Par contre, dans les laboratoires de recherche industriels, la hiérarchie est plus marquée, et la liberté d'action moindre, mais cela est contrebalancé par une forte culture d'entreprise, entretenue par des organisations d'événements et des avantages extra-légaux pour tout le personnel.
Les laboratoires de l'industrie sont généralement plus luxueusement équipés que ceux des universités, où il est souvent nécessaire de "bricoler" pour maintenir les appareillages en état.

La mobilité au sein des grandes entreprises est généralement possible, les techniciens pouvant passer d'un département à un autre, de la recherche à la production et vice versa, parfois moyennant un supplément de formation donné en interne (voir aussi technicien de production).

Secteurs d'emploi :

  • Pharmaco-médical
  • Agro-alimentaire
  • Ecologie/environnement
  • PVD
Autres appellations : Laborantin·e, Assistant·e de laboratoire, Agent·e de laboratoire de recherche, Technicien·ne de laboratoire industriel, Technicien·ne de laboratoire de recherche et développement
 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.