Ingénieur industriel dans une entreprise d'équipements aéronautiques de Charleroi.

Parlez-nous des tâches que vous exercez ici ?

Je suis responsable de deux sections. D'une part, des laboratoires dans lesquels nous effectuons les travaux de révision et de réparation de tous les accessoires électriques, hydrauliques, mécaniques et fuel. D'autre part, je suis responsable des électriciens qui travaillent directement sur les avions.

Comment fonctionnez-vous ?

Toute une série de contremaîtres se trouvent sous ma responsabilité, chacun pour un domaine bien spécialisé et nous nous réunissons toutes les semaines pour étudier l'avancement des travaux.

En terminant vos études, saviez-vous que vous vous dirigeriez vers le secteur aéronautique ?

Non, pas du tout, je cherchais simplement du travail et je me suis présenté ici.

Quelle est la procédure d'engagement dans votre entreprise ?

Les candidats qui postulent chez nous sont invités à passer un test de sélection. Il s'agit purement d'évaluer leurs connaissances théoriques. Il n'y a pas d'épreuves psychotechniques. Si le candidat réussit les tests, il est pris en charge et reçoit une formation pratique relative aux appareils sur lesquels il va devoir travailler et un cours de sécurité.  Dans le cas de certaines commandes, les techniciens sont amenés à suivre des séminaires de formation tout à fait spécifiques.

Pensez-vous que les jeunes que vous rencontrez soient bien préparés par les études qu'ils ont faites ?

Cela dépend de l'école qu'ils ont fréquentée. Il y en a qui assurent une formation très valable, il y en a d'autres, par contre, qui délivrent des diplômes à des gens qui ne sont pas mûrs pour l'obtenir. Ces jeunes, quand ils arrivent ici, ne savent pas répondre à des questions de connaissances élémentaires, quelques mois seulement après être sortis de l'école.

Quelles sont les qualités nécessaires pour exercer ce métier ?

Il faut être très sérieux dans son travail, car aucune erreur n'est permise. Remarquez que les risques d'erreur sont minimes étant donné que tous les travaux effectués sont soumis à un service d'inspection.

En tant qu'ingénieur, vous êtes amené à diriger des gens.  Quelles sont, d'après vous, les qualités d'un bon chef ?

Un bon chef, pour moi, c'est quelqu'un qui sait écouter les autres et qui essaie de les comprendre. C'est peut-être plus difficile quand on est tout jeune, mais on peut acquérir, au fil des années, une certaine maturité en ce domaine.  Cependant, je pense que ça ne s'apprend pas vraiment. C'est quelque chose que l'on a en soi ou non. Il faut se dire aussi qu'un ingénieur qui n'est pas apte à gérer une équipe peut choisir de travailler en bureau d'études où ces aptitudes ne sont pas d'application.

Les études d'ingénieur mettent-elles l'accent sur cet aspect du métier ?

Non, on ne prépare pas les jeunes ingénieurs à savoir commander et il serait important d'attirer leur attention sur leurs futures responsabilités.

Je pense que les ingénieurs devraient d'abord faire un travail d'ouvrier, à la fois pour pouvoir effectivement comprendre ce que c'est et d'autre part pour pouvoir établir de bons contacts avec ceux-ci.

Il est toujours difficile pour quelqu'hn qui a fait des études supérieures d'aller demander des explications à quelqu'hn de moins qualifié que lui. Or, l'ouvrier qui travaille depuis 20 ans a plus de pratique que le jeune ingénieur sortant de l'école et celui-ci doit pouvoir utiliser les connaissances de celui-là.

Un ingénieur industriel, dans le secteur aéronautique, gagne-t-il bien sa vie ?

Je peux vous dire qu'ici nous sommes au-dessus du barème Fabrimétal. Dans les entreprises du secteur aéronautique de la région de Charleroi, nous nous sommes mis d'accord pour que salaire et avantages sociaux confondus, les gens gagnent plus ou moins la même chose.

Que pensez-vous de votre métier ?

C'est un métier passionnant car nous restons constamment à la pointe du progrès. De plus, c'est un métier très varié, car chaque jour nous sommes amenés à résoudre des problèmes différents que ce soit dans les laboratoires ou sur les avions.

Devez-vous vous recycler souvent ?

C'est un recyclage permanent, nous recevons des cours soit ici, soit à l'extérieur.

Pour le moment, par exemple, des cours sont organisés à l'extérieur sur les relations humaines. Il arrive aussi que nous allions à l'étranger, plus précisément aux Etats-Unis, chez le constructeur de l'avion, quand des modifications importantes sont prévues.

En tant qu'ingénieur industriel, trouve-t-on facilement de l'emploi dans le secteur aéronautique?

Oui, et si pas en Belgique, on peut très bien en trouver en France ou aux Etats-Unis.  Cependant, dites-vous bien que ce sont les meilleurs qui peuvent partir !

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus