Quelle est votre formation ?

Je possède un diplôme universitaire : une licence en mathématiques.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours professionnel ? 

En 1989, j'ai tout d'abord été professeur de mathématiques/informatique dans une école secondaire. De 1990 à 2001, j'ai été employé à la Banque Paribas Belgique, devenue après Banque Artesia, maintenant Dexia.

C'est là que mes responsabilités ont évolué vers le titre de responsable back-office et produits dérivés, Forex, money market et titres. Et enfin, depuis mars 2001, je travaille chez Delta Lloyd Bank en tant que responsable Back-Office Bourse & Obligations.

Concrètement, en quoi consiste la conservation de titres dans une institution bancaire ?

Les valeurs mobilières (titres, or) peuvent être conservées à domicile (livraison physique du titre), mises dans un coffre-fort ou placées en depôt à découvert (sous dossier) à la banque. Dans ce dernier cas, la banque assure la gestion administrative, c'est-à-dire : la garde, les opérations administratives (échange, split,...) et l'information. Les avantages sont la sécurité (il n'y a pas de risque de perte ou de vol) et la tranquillité pour le client (la banque prend entièrement en charge la gestion).

Quelles sont, selon vous, les compétences requises pour bien exercer votre fonction ?

Une connaissance approfondie des produits est nécessaire, mais peut se faire "sur le champ". Une formation universitaire peut aider pour avoir un sens d'organisation et de management. Les compétences non techniques dans un Back-Office Titres sont les suivantes : chercher la meilleure qualité, rentabilité et productivité pour bien servir le client.

Brièvement, que pouvez-vous nous dire de la dématérialisation des titres ? Comment s'est-elle opérée ?

Il est typique pour la Belgique que nous vivions toujours dans le monde des titres physiques. Mi-2002, les grandes banques belges ont lancé une offensive pour tarifier lourdement la livraison physique des titres, mais l'encours est toujours énorme.

Par contre, la garde sous dossier n'est pas gratuite non plus (ce qu'on appelle le droit de garde). Les produits bons de caisse et les eurobonds sont les produits favorisés pour demander la livraison physique. La dématérialisation des titres est souhaitée par toutes les institutions financières, mais n'importe quelle banque peut prendre en premier lieu la décision d'arrêter la livraison physique pour éviter de perdre des clients vers d'autres banques...

L'informatique a complètement bouleversé votre profession : cette révolution a-t-elle élargi le champ des compétences requises ?

L'informatique est une nécessité dans un Back-Office ou, formulé d'une autre façon, le futur d'un Back-Office est l'informatique. Dans les dernières années, nous avons connu des volumes importants de transactions ainsi le marché financier demande des traitements plus courts : transaction jour J décompte jour J+1 au plus tard. Sans une automatisation des traitements, cette évolution n'est pas réalisable. A côté de l'informatique, les moyens bureautiques (Excel, Word, Access,...) sont souvent utilisés pour avoir une décharge de travail.

D'un point de vue hiérarchique, quelle est votre position ? 

J'en réfère au Comité de Direction et suis responsable de 40 personnes. Quotidiennement, une collaboration étroite est nécessaire avec la salle des marchés, la comptabilité, l'audit, l'inspection, les ressources humaines et l'informatique. Il est évident que les relations externes sont également importantes avec, par exemple, les autres banques, la banque nationale, Euronext, Euroclear, Clearstream...

Quels sont les avantages et inconvénients de votre profession ?

Le grand avantage est qu'il s'agit d'une profession très variée, en effet, le marché financier change toujours, l'exigence de la clientèle aussi... Il est gratifiant de rendre service à la clientèle et valorisant de travailler dans un groupe international...

Les inconvénients majeurs sont mes responsabilités en cas de problèmes (erreurs, fraude, panne informatique...).

Selon vous, pour un jeune qui entre en fonction et compte tenu de l'importance de l'expérience professionnelle, combien de temps estimez-vous nécessaire pour être performant ? 

Une formation de quelques semaines est nécessaire pour apprendre des tâches quotidiennes. Une formation de quelques mois est nécessaire pour bien comprendre toute la chaîne.

Quelles sont les possibilités d'évolution de carrière pour un conservateur de titres ? 

Tout dépend de l'ambition... Je connais un président d'une banque qui a commencé dans la conservation.

Quel est votre mode de rémunération ? 

Partie fixe, partie variable, avantages divers (assurance groupe, chèques repas, voiture, gsm, portable...).

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus