Stephan Werner, Assistant au sol

Stéfan Werner, 32 ans, exerce la profession de loadmaster au sein du 15ème Wing Transport Aérien à Melsbroeck.

Qu'est-ce qu'un loadmaster ? Comment définiriez-vous votre métier ?

Le loadmaster s'occupe en fait de charger l'avion. Avant de le charger il calcule la "Weight and Balance data sheet", c'est-à-dire qu'il calcule la répartition des charges afin que l'avion soit équilibré. Il faut faire la différence entre le civil et l'armée: dans le civil, contrairement à ce qui se passe quand on exerce cette profession à l'armée, le Loadmaster ne vole pas.

Un loadmaster ne fait jamais deux fois la même chose et sans lui l'avion ne décolle pas. Il s'agit donc d'une personne essentielle et primordiale.

Notre escadrille compte 16 loadmaster pour les C-130 Hercules et l'autre en compte 16 autres pour les Airbus A-310.

Depuis combien de temps exercez-vous ce métier ?

J'ai commencé à voler en août 1994 et je compte 3000 heures de vol.

Comment vous est venue l'idée/l'envie de faire ce métier ?

En fait, depuis tout petit, je rêvais des avions et j'ai commencé comme mécano Alpha-Jet et ensuite je suis passé sur C-130 Hercules. En pratique, c'est une des seules possibilités en tant que sous-officier de pouvoir voler.

Quel a été votre parcours scolaire et professionnel ?

J'ai terminé mon A3 dans le civil et je suis entré à l'école de sous-officier de Saffranberg en 89 ou j'ai fait un A2 comme mécano avion. J'ai travaillé sur Alpha-Jet de 91 à 93. Ensuite j'ai posé ma candidature pour entrer au 15 Wing et je suis arrivé là en mai 94. Après 3 mois de cours, j'ai commencé à voler en double avec un "parrain" et 6 mois plus tard je pouvais enfin faire mon premier vol solo.

Est-il nécessaire de suivre une formation pour exercer ce métier ?

Oui, je crois qu'à partir où on entre dans le monde de l'aviation ou dans tout autre métier il est nécessaire de suivre une bonne formation. Le monde de l'aviation est strict  et contraignant et les erreurs ne sont pas permises car souvent le résultat est catastrophique.

Comment a évolué et comment évolue encore le métier ?

Chaque année nous retournons sur les "bancs de l'école" et une fois par an nous sommes évalués par des instructeurs. C'est sans cesse une remise en question et une remise a jour continuelle.

A combien travaillez-vous sur un appareil ?

Un équipage type comporte 2 pilotes, 1 flight engineer, 1 loadmaster. En cas de chargement difficile, un loadmaster peut être ajouté à l'équipage. C'est également le cas si un appareil possède plus de 51 passagers.

Quelle est la journée type d'un loadmaster ?

Il n'y a pas de journée type car les activités sont sans cesse diversifiées! Il faut pouvoir se lever tôt car une grosse journée vous attend.

Qu'est-ce qui vous plaît dans votre métier ?

Les voyages, voir le monde et autre chose que l'ordinaire quotidien de certains autres métiers.

Qu'est-ce qui vous déplaît dans votre métier ?

On sait quand on part mais jamais quand on revient. Les horaires sont souvent remis en question et les retards sont fréquents d'où l'impossibilité de faire du planning à long terme.

Quelles sont les qualités et aptitudes requises ?

Une bonne santé et une bonne condition physique. Une bonne connaissance des langues étrangères : le français, l'anglais et le néerlandais au minimum.

Quels sont les statuts et revenus d'un loadmaster ?

Nous sommes répertoriés comme personnel naviguant et je touche une prime de vol trimestriel de 16000 Fb.

Que donneriez-vous comme conseils à un jeune qui souhaiterait faire le même métier que vous ?

Il doit aimer les voyages, ne pas rechigner sur les heures à prester et surtout avoir la passion du vol.

Est-ce un métier porteur d'emploi ?

Il y a beaucoup de demandes et peu d'élus à l'armée. Par contre, des portes risquent de s'ouvrir dans le civil.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus