Technologue en imagerie médicale

Interview réalisée en janvier 2005

En quoi consiste votre métier ?

C'est un métier qui permet de réaliser tous les examens constituant une image à but diagnostic, c'est-à-dire : la radiologie, le scanner, la résonance magnétique nucléaire, la médecine nucléaire.
Avec ces différentes techniques nous réalisons des images du corps entier et de tous ses systèmes (osseux, respiratoire, digestif, vasculaire, reproducteur, neurologique)
En plus de cela il faut :

  • veiller au bien-être du patient
  • contrôler la qualité de l'image
  • s'assurer du bon fonctionnement des différents appareils
  • être organisé.

Quelles est votre formation ? Les études sont-elles en adéquation avec le métier ?

Un graduat de 3 ans avec ,en fin de troisième année, une présentation d'un travail de fin d'étude.
Ces études sont tout à fait en adéquation avec le métier.

Quels sont les secteurs dans lesquels vous pouvez travailler ?

A la fin de ses études, le technologue en imagerie médicale est polyvalent et capable de travailler dans les secteurs suivants :

  • Radiologie
  • Scanner
  • IRM
  • Angiographie
  • Médecine nucléaire
  • Radiothérapie
  • Mammographie

Le technologue en imagerie médicale est libre de demander de travailler un peu dans tous les secteurs ou de rester dans un seul secteur spécifique. Pour ma part, je fais beaucoup de résonance, des week-ends en radiologie et parfois du scanner.

Comment se déroule une journée de travail ?

Le métier de technologue en imagerie médicale étant un nouveau métier en Belgique, il n'y a pas encore beaucoup de technologues sur le terrain. Je suis donc entourée de techniciens de radio rx, d'infirmier(es) et de radiologues.
Pour l'organisation du travail tout dépend de l'hôpital dans lequel on est engagé et de son fonctionnement.
Dans l'institution où je travaille (scanner et IRM) on divise la journée en deux. C'est-à-dire que pendant une demi-journée on fait de la prépa (anamnèse du patient, installation du patient, placement de cathéter, rangement du matériel et de la salle,...) et l'autre demi-journée, on est à la console, c'est-à-dire qu'on réalise l'examen, imprime les images, constitue le dossier et facture l'examen.

Au niveau de la radiologie, chacun est responsable de sa salle : il faut prendre le patient en charge, l'installer, réaliser l'examen, facturer l'examen, développer les clichés, constituer le dossier pour le médecin, ranger la salle, vérifier le bon fonctionnement des différents appareils.

En médecine nucléaire, les patients viennent le matin se faire injecter par voie intraveineuse une molécule radioactive, puis ils reviennent l'après-midi pour la réalisation de l'examen.

Le métier a-t-il évolué ces dernières années ? Devez-vous continuer à vous former ?

Le métier ne cesse d'évoluer. Nous sommes bien loin de l'époque ou il fallait pédaler pendant 30 minutes avant de produire un cliché ! Au début de l'existence du scanner, il fallait 30 minutes pour réaliser un scanner cérébral, aujourd'hui, cela en prend moins de 5. En IRM, les champs magnétiques que nous utilisons sont passé du 0,5 Tesla au 3 Tesla, on commence même à parler du 6 Tesla. Et on n'est pas sur le point de s'arrêter. Tout ceci dans le but d' une meilleure qualité d'image. Au niveau des produits de contraste, les firmes cherchent à réaliser des produits de contraste de moins en moins allergisants.
Nous devons continuellement nous former, chaque année il y a plusieurs congrès partout dans le monde où l'on nous parle des nouvelles technologies.

Vos horaires sont-ils compatibles avec une vie de famille ?

Nous avons des horaires très changeants : 7h45 - 16h30 / 8h - 18h / 9h15 - 18h / 12h - 20h / 14h - 22h / 22h - 8h
Sans oublier que parfois, si les programmes ne sont pas terminés ou si il y a une urgence, il nous arrive de faire des heures supplémentaires.
Quand nous faisons 8h-18h, nous avons droit à un jour de récupération par semaine, donc nous ne travaillons que 4 jours sur 5. C'est l'horaire que je fais, je profite donc de ce jour de récupération pour faire tout ce que je n'ai pas le temps de faire les jours où je travaille et profiter du week-end, quand nous ne sommes pas de garde.
Mes collègues, quant à elles, parviennent à cumuler vie professionnelle et vie familiale mais cela demande beaucoup d'organisation.

Selon vous, quelles sont les qualités nécessaires pour bien exercer son travail ?

- Avoir une bonne connaissance de l'anatomie, des pathologies, des différentes techniques d'examens;
- Avoir une bonne connaissance de la radioprotection et l'appliquer; 
- Etre polyvalent; 
- Avoir l'esprit d'équipe et de coordination; 
- Etre disponible; 
- Se remettre en question et se former continuellement pour être toujours compétitif.

Existe t-il beaucoup de technologues en imagerie médicale en Belgique ?

Non, la formation de technologue en imagerie médicale étant toute jeune, il n'y a pas beaucoup de technologues sur le marché. Il existe trois écoles en Wallonie et une en Flandre.
Il faut compter que chaque année il y a environ 15 technologues en imagerie médicale qui sortent par école.

Il s'agit donc d'un secteur porteur d'emplois ?

Oui, pour l'instant, il y a de nombreux postes vacants en Belgique. Sans compter toutes les personnes qui vont prochainement prendre leur pension.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune ?

C'est un métier plein d'avenir, en progression continue par ses nouvelles technologies.
C'est un métier qui bouge, riche par sa diversité.
Si vous aimez la science, tout ce qui concerne les nouvelles technologies, le contact avec les patients, la diversité, alors ce métier est fait pour vous.

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre profession ?

Il est difficile de répondre à cette question étant donné que les avantages et les inconvénients sont différents pour chaque personne.

Avantages : travail en équipe, sécurité d'emploi, formation continue, diversité dans les horaires.
Inconvénient: parfois des heures supplémentaires.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus