La difficulté d'être réalisateur en Belgique

Posté le 31/01/2019  —  Actualité précédente / suivante

La 9e édition de la cérémonie des Magritte du cinéma est l'occasion de se pencher sur le métier de réalisateur en Belgique.

De façon générale, l'artiste a souvent un profil particulier: conditions de travail précaires et fluctuantes, exercice de différentes activités artistiques, multiplicité des employeurs et commanditaires, revenus irréguliers et aléatoires, lien de subordination absent ou ténu, etc. De plus, le fait que le travail artistique n'est ni continu ni régulier et que le montant des droits d'auteurs est plafonné à 4190,16€ net par an rend l'accès aux allocations de chômage plus compliqué.

En Belgique, le statut d'artiste, s'il n'existe pas en tant que tel, permet de bénéficier de certaines dispositions spécifiques comme des allocations de chômage non régressives tant que l'on peut justifier trois contrats par an.

Les réalisateurs, souvent indépendants, pointent un problème de reconnaissance, un manque d'intérêt de la presse pour leur travail et donc du public, une précarité financière mais aussi la difficulté d'obtenir des aides financières.

Les femmes, pourtant plus nombreuses que les hommes dans les études en réalisation, image et son, sont paradoxalement moins présentes sur les grandes productions. Le chemin de l'égalité et de la parité est encore long.

Le Soir, 31 janvier 2019

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.