Aurélia Lodomez, Spa-manager

Interview réalisée en novembre 2010

Quel est votre parcours professionnel ?

J’ai fait un graduat et une licence en gestion des ressources humaines à ISC St-Louis à Bruxelles. Dès que j’ai terminé mes études, je suis devenue spa-manager au château des Thermes de Chaudfontaine. 

À quoi ressemble une journée type ?

Une journée type n’existe pas ! Ça va de la gestion du personnel aux problèmes sociaux de ceux-ci. Le matin, je dois gérer les priorités selon les demandes particulières. Saluer mon équipe et m’assurer que tous sont en poste et voir dans quel état d’esprit elle est. Je gère aussi tout ce qui a trait aux fiches de paie. Je réponds aux demandes des clients et du personnel. Je m’occupe aussi de la gestion du planning des formations, ce domaine touche surtout les esthéticiennes. Je dois aussi travailler sur la création de nouveaux soins. Il faut assurer le suivi des livraisons, rechercher de nouveaux produits, visiter les foires sur le bien-être, etc. Ce métier demande de pouvoir s’adapter à l’innovation dans le domaine. 

Comment est-il possible de demeurer compétitif ?

J’explore et examine ce qui se fait de nouveau et les concepts en vogue dans d’autres pays. Lorsqu’une nouveauté m’intéresse, je la teste d’abord en équipe et nous pesons le pour et le contre. L’avis de l’équipe est très important. 

Quelles sont les principales qualités d’un spa-manager ?

Je dirais que c’est la capacité à gérer les priorités et le stress. Être capable de réagir rapidement à toutes les situations. La gestion de l’équipe occupe 80% de la tâche et c’est principalement ça qui prend un maximum d’énergie. Étant à la tête d’une équipe de 25 praticiennes, je dois toujours rester vigilante afin de parer à toutes les éventualités. La principale qualité est de pouvoir constamment se remettre en question. Former son équipe tout en la contrôlant et en l’évaluant régulièrement, cela demande un certain tact et du leadership. 

Avez-vous un conseil à donner à un jeune qui veut se lancer dans cette profession ?

Il faut avoir les reins solides pour faire ce métier, être en mesure de subir la pression autant de la concurrence que de son équipe. On doit bien gérer les aspects humain et financier. Pouvoir élaborer des concepts qu’on ne retrouve pas ailleurs. Le spa est maintenant une grande mode mais malheureusement tous ne sont pas très bien. 

Quelle est votre clientèle ?

La clientèle a beaucoup évolué avec le temps, maintenant on voit des gens de plus en plus jeunes. La génération qui arrive veut prendre soin d’elle, cela fait partie de ses mœurs et on le voit. Je reçois aussi beaucoup de gens actifs qui viennent pour déconnecter et décompresser. Il a aussi les personnes âgées super dynamiques qui viennent se relaxer chez nous. Notre clientèle touche toutes les tranches d’âge, ça varie de 16 à 80 ans. 

Les avantages et les inconvénients de ce métier ?

Les avantages : c’est un milieu qui bouge énormément, c’est très riche comme milieu de travail car on ne fait jamais la même chose. Travailler en équipe renvoie à une belle solidarité.

Comme inconvénients : nous n’avons pas vraiment d’horaire, il faut être disponible sept jours sur sept. Travailler quand les autres sont en congé nous amène parfois à négliger notre vie de famille. Ce que je trouve difficile aussi c’est de devoir jouer le parent et parfois, taper du poing sur la table lorsque la situation l’exige. Je suis mon propre patron et lorsque l’on est patron, nous n’avons pas réellement d’horaire fixe.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.