Karine Ratowski,
Enseignante formation agent de voyages

Interview réalisée en janvier 2010

Karine Ratowski est à la fois commerciale pour un tour-opérateur mais aussi enseignante à l'IFAPME dans la formation d'agent de voyages en chef d'entreprise.

A qui s'adresse la formation d'agent de voyages à l'IFAPME ?

A la base elle s'adresse aux personnes qui souhaiteraient ouvrir leur propre agence. Après remise de leur travail de fin d'études, ils obtiennent leur licence à la condition qu'ils aient une année d'expérience de travail en agence, ce qui est souvent le cas grâce à la formation de l'IFAPME. Mais dans la pratique, il faut bien reconnaître que beaucoup d'élèves travaillent comme employés soit dans l'agence dans laquelle ils ont fait leur stage soit dans une autre car le diplôme de l'IFAPME est très bien côté sur le marché de l'emploi. La meilleure preuve est que sur les 19 élèves qui sont sortis en juin 2011, seuls trois n'ont pas trouvé de travail dans les semaines ou mois qui ont suivis. Il faut savoir que de nombreux postes sont à pourvoir en tant que gérant d'agence…

Beaucoup créent ensuite leur agence ? Quelles démarches effectuent-ils ?

Généralement un ou deux élèves chaque année. Après l'obtention du diplôme, il faut se mettre en rapport avec le Commissariat général au Tourisme (CGT). Sur leur site Internet (http://cgt.tourismewallonie.be) sont reprises toutes les formalités et les conditions à remplir.

Quelle est l'importance des langues dans la profession ?

Tout dépend évidemment de la région dans laquelle on travaille. Dans une agence bruxelloise, l'anglais et le néerlandais sont indispensables. En Région wallonne, l'anglais seul peut suffire. C'est d'ailleurs, à mon humble avis, un défaut dans notre formation : les langues ne sont pas suffisamment poussées. L'anglais est prioritaire… Un simple petit exemple : toutes les tarifications aériennes sont dans cette langue ! Personnellement, j'aurais bien aimé
introduire une autre langue dans la formation mais il s'avère que ce soit malheureusement impossible. Mon conseil aux élèves est toujours le même : apprenez l'une ou l'autre langue supplémentaire car cela constituera un atout non négligeable dans votre profession.

Le stage est-il obligatoire ?

Non mais il est fortement conseillé. Comme je le dis aux étudiants, si vous ne faites pas de stage, vous n'aurez quasiment aucune chance de décrocher un emploi. A l'IFAPME, des personnes compétentes peuvent vous aider dans votre recherche de stage mais c'est évidemment mieux de le trouver par soi-même !

Quel est l'horaire des cours ?

A Liège où j'officie, les étudiants ont cours une journée par semaine, de 13h20 à 21h40 et parfois quelques soirées. Une personne qui aurait un emploi pourrait ainsi avoir quelques difficultés à cumuler les deux mais c'est possible, notamment via les crédits d'heure.

Quelles sont les qualités indispensables que doit avoir un agent de voyages ?

Il doit être doté d'un bon sens commercial. Il ne faut pas oublier que l'agent est un conseiller mais aussi un vendeur. Il ne faut donc pas être timide mais au contraire avenant, être débrouillard pour trouver les informations demandées par le client et surtout être cultivé ! Les clients d'aujourd'hui ne sont plus les mêmes qu'hier. Ils ont accès à une multitude d'informations via Internet. De ce fait, la maîtrise de la géographie touristique est indispensable… Et c'est
malheureusement ce manque de connaissances dans le domaine qui est une plus grandes causes d'échec des étudiants dans notre formation.

Auriez-vous une mise à garde à effectuer à toute personne intéressée par cette profession ?

C'est un métier qui n'est pas toujours très bien payé et qui demande beaucoup d'investissement personnel. Vouloir voyager ne suffit pas : les voyages d'études sont très prenants. On peut ainsi avoir plusieurs hôtels à visiter en un minimum de temps. On est sur place pour travailler et pas pour se prélasser au soleil.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.