Monsieur J.,
Juriste dans une grosse entreprise

Interview d'un gradué en droit employé au département juridique d'une grosse entreprise.

Quel a été votre parcours professionnel ?

J'ai eu beaucoup de chance dans la mesure où j'ai été immédiatement contacté par mon employeur lors de la remise des diplômes mais la majorité de mes condisciples n'ont pas trouvé un emploi aussi rapidement. De nombreux gradués ont trouvé un emploi parfois précaire, parfois dans un secteur qui ne fait pas appel à des compétences juridiques. Les employeurs ignorent trop souvent encore que des gradués en sciences juridiques peuvent leur apporter des compétences bien spécifiques.

Quels sont les débouchés ouverts aux gradués ?

Ils peuvent travailler chez les notaires, au sein des administrations, dans les bureaux de la magistrature. Il y a également des débouchés offerts dans le secteur des banques et des assurances. Ceux qui travaillent chez des avocats occupent souvent un emploi de secrétaire.

Qu'est-ce qu'un gradué en droit (ou en sciences juridiques) peut apporter comme connaissance aux employeurs compte tenu de l'étendue du droit ?

Nous avons reçu comme formation un panorama général du droit : droit civil, droit commercial, droit administratif, droit social, droit fiscal,... En fonction de l'emploi que le gradué convoite, il est toujours opportun de se spécialiser dans une matière déterminée en suivant des cours du soir, en se procurant des ouvrages qui peuvent constituer des sources d'information intéressantes. Il faut valoriser son diplôme par des efforts personnels.

Quelles sont les lacunes de votre formation ?

Au niveau informatique, notre formation était insuffisante. Il faut pouvoir s'adapter à l'informatique et notamment au traitement de texte mais également à la gestion de fichier informatique. J'ai suivi une formation donnée par l'entreprise.

J'aurais également souhaité avoir plus de cours de langues. Nous n'avons reçu qu'un cours de 2ème langue. Or notre entreprise a des filiales à l'étranger et il est important d'avoir des connaissances linguistiques.

Les gradués en droit ne sont-ils pas en situation concurrentielle avec les licenciés ?

Il n'y a pas de véritable concurrence. Les licenciés sont occupés à d'autres fonctions que nous. Nous sommes des collaborateurs efficaces mais nous n'avons pas la prétention d'exercer les mêmes fonctions que les licenciés, ni de percevoir la même rémunération.

Le graduat a été créé pour satisfaire une demande des employeurs qui souhaitent engager du personnel possédant des connaissances juridiques mais qui n'était pas licencié. 

Avez-vous accompli des stages durant vos études ?

J'ai accompli un stage chez un notaire. Ce stage a été très profitable. Le notaire m'a confié des dossiers et nous avons même créé une société ensemble. Cela m'a permis de découvrir les différents aspects que couvre la création d'une société. Toutefois, je n'envisagerais pas une carrière chez un notaire parce que d'une part le personnel n'est pas rémunéré en fonction des compétences juridiques qu'il peut apporter et d'autre part parce que les possibilités d'avancement sont limitées pour le gradué.

J'ai également accompli un stage chez un avocat mais l'expérience a été moins concluante parce que j'ai été amené à dactylographier des lettres à longueur de journée. L'avocat n'avait pas bien perçu les compétences qu'il aurait pu exploiter au niveau juridique.

Quelle est votre fonction actuelle ?

Je travaille au sein du département juridique d'une grosse entreprise et plus spécialement au sein du service qu'on appelle « gestion portefeuille titre » qui consiste en la gestion administrative du groupe du point de vue des assemblées générales, des administrations, des statuts. Nous nous occupons également des créations et des reprises de société. Nous devons veiller au respect du code des sociétés, sous la responsabilité de mon chef qui est licencié en droit.

Je traite également la gestion des pièces officielles. Nous recevons tous les contrats stratégiques de l'entreprise et nous devons rédiger une fiche signalétique qui nous permet d'encoder les pièces officielles des contrats dans un système informatique.

Je m'occupe également de l'actionnariat nominatif de la société. Cette fonction implique la gestion des registres, mais également des négociations avec les banques, les actionnaires,... C'est une fonction diversifiée et je suis amené petit à petit à prendre des responsabilités. Notre fonction requiert une grande polyvalence. Je suis amené à dactylographier, à faire un peu de comptabilité, à m'occuper de toute la gestion courante.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.