Pascal Dauvillée, Réalisateur

En quoi consiste votre métier ?

Lorsqu'on est réalisateur, il faut avoir une vision globale du déroulement d'une émission. Je dois ainsi orienter le journaliste, les caméramans, trouver le son le plus adéquat. C'est tout un travail de précision. Je suis une sorte de lien entre les différents membres de mon équipe. Tous les éléments doivent être réunis pour le bon fonctionnement de l'émission. C'est une sorte de mise en scène.

Quelle formation avez-vous suivie ?

J'ai suivi une formation de photographe à l'institut Vauban à Ath. Ensuite, je suis devenu caméraman à No Télé. C'est par après que j'ai commencé à travailler dans la réalisation.

Quels sont les points positifs et négatifs de votre métier ?

L'avantage, c'est que nous travaillons en équipe. Nous sommes donc soudés pour essayer de réaliser le meilleur reportage possible. Il faut avoir confiance envers es autres personnes avec qui l'on fait le reportage. C'est une mise en commun de toutes les caractéristiques de chaque métier afin de produire le mieux possible. Le désavantage c'est qu'une grande responsabilité se trouve sur nos épaules et que nous manquons de temps.

Quelles sont les grandes étapes pour la réalisation d'une émission ?

Avant tout, il faut bien cerner le sujet, essayer de prendre tout ce qui pourrait l'entourer. Ensuite, il y a la prise de contacts pour réaliser l'interview ou le reportage. Après, il y a la mise en place des caméras, du présentateur. Il faut regarder de quelle manière le public voudrait percevoir la situation. Lorsqu'il y a la réalisation multicaméra, il faut préparer les caméras sous certains angles de vue pour pouvoir cerner au mieux l'information. Ensuite, pendant l'émission, il faut être attentif au son pour qu'il soit bien audible.

Quelles sont les qualités requises pour être un bon réalisateur ?

Il faut savoir être à l'écoute des gens. C'est primordial pour que l'ambiance soit bonne. Je dois cerner les personnalités de mon équipe car chacun a son caractère et il faut essayer de créer une osmose entre tous. Il faut aussi savoir "donner" aux autres car ce n'est que comme ça qu'ils se sentent en confiance. Nous devons les mettre à l'aise pour travailler dans les meilleures conditions.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui voudraient travailler dans l'audiovisuel ?

De suivre des études qui permettent d'effectuer des stages le plus tôt possible. C'est important pour observer et approcher le métier dans lequel on va travailler. C'est aussi une première approche pour être engagé plus tard dans l'entreprise où les jeunes sont en stage. Ce sont des portes qui s’ouvrent en quelque sorte.

Est-ce que vous vous sentez proche du métier de journaliste ?

Oui, nous nous côtoyons tous les jours. Nous devons arriver au même but c'est-à-dire que l'émission soit réussie. Je réalise quelque chose avec le journaliste et parfois je l'aide à faire son montage.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.