Tanguy Stuckens, Conseiller communal

Interview réalisée en janvier 2009

Licencié en Sciences politiques et relations internationales de l'UCL, Tanguy Stuckens, 29 ans, est conseiller communal et président de la Maison du Tourisme de Waterloo. Il évoque son parcours et son engagement politique.

De quand date votre engagement en politique?

2003. Cette année-là je me suis décidé à rejoindre le MR (PRL à l'époque). Ce n'était pas une démarche anodine, la politique étant restée un sujet presque tabou dans la famille et les proches. C'était un tout autre monde que je m'apprêtais à découvrir...

Pourquoi vous êtes-vous lancé en politique ?

J'envisageais de le faire depuis mes 15 ans. Passionné par l'actualité, la vie publique, je ne pouvais m'empêcher de dévorer les journaux et de regarder les différents JT, presque en boucle. Je me suis rapproché du parti le plus proche de mes idées.

Avez-vous aimé vos études en sciences politiques ?

J'ai adoré même si, comme toutes les "sciences humaines", elles ne spécialisent pas particulièrement leurs sujets... Mais je considère ces études comme une ouverture d'esprit dont j'avais réellement besoin et qui m'a donné l'envie de me lancer dans pleins d'autres projets, la politique mais aussi les lectures, et surtout l'écriture...

Quel a été jusqu'à présent votre parcours politique ?

Peu après mon affiliation, j'ai eu la chance de rencontrer des personnes qui m'ont fait découvrir ce petit monde de l'intérieur, rencontrer des mandataires… En 2005, je me suis lancé dans ma première élection face à un autre candidat pour la Présidence des Jeunes MR du Brabant wallon. J'ai obtenu une jolie victoire en obtenant 102 des 108 bulletins de vote. Boosté par cette élection, je me suis investi à fond dans les Jeunes Réformateurs via des actions de terrain, de sensibilisation à la sécurité routière, l'alcool au volant… Je me suis ensuite progressivement investi dans ma commune de Waterloo. On m'a ensuite proposé de figurer sur la liste des communales où j'ai finalement obtenu 678 voix de préférence, un score inespéré, le 10e score de Waterloo toutes listes confondues. On m'a ensuite confié la Présidence de la Maison du Tourisme qui est désormais ma principale activité politique. C'est une fonction passionnante tant il y a des projets à mener. J'ai eu la chance d'y découvrir une équipe particulièrement professionnelle et dynamique. Nouveau site Internet, concours de photos, nouveaux guides, randonnées à vélo et encore d'autres projets en perspective, les idées ne manquent pas !

Pouvez-vous nous décrire votre rôle de conseiller communal ?

Pour être honnête, cette fonction se définit tout simplement par ce que l'on en fait. C'est d'abord une tâche d'information permanente, qui pousse à s'interroger sur tous les projets menés par la Commune en matière de propreté, de travaux publics, d'urbanisme, de sécurité, de commerces, d'animation communale… Plus que d'information, c'est aussi de questionnement dont il s'agit. Etant conseiller au sein d'une majorité, je ne me sens évidemment pas autorisé à remettre en cause de manière radicale les projets qui sont menés. Mais les suggestions et remarques pertinentes peuvent parfois contribuer au succès de certaines initiatives. Il est aussi question de vigilance, principalement par rapport au budget communal. "Combien comment et pour faire quoi ?" Enfin je dirais qu'il y a aussi la fonction essentielle de relais de préoccupations. En matière de mobilité, de propreté, d'éclairage public, de sécurité, de nuisances, les habitants s'adressent à moi pour me faire part de leur griefs (ou éloges !) sur l'un ou l'autre aspect de la gestion communale. Les citoyens ne savent pas toujours à qui ils peuvent s'adresser pour telle ou telle démarche, c'est aussi notre rôle de leur faciliter la vie.

Qu'est-ce qui vous plaît dans le monde de la politique ?

Le débat d'idées et la capacité de faire évoluer les choses vers un "mieux vivre". Je pense sincèrement que la gestion communale est de loin la plus satisfaisante tant elle a un impact
direct sur les habitants.

Qu'est-ce qui éventuellement vous déplaît ?

Les esprits parfois très... étriqués

Comment voyez-vous votre avenir en politique ?

Ca ne se décrète pas, celui qui a un plan de carrière dans ce domaine est certain de se planter. J'espère simplement exercer des fonctions qui continuent à me passionner, sinon je ferai autre chose.

Que conseilleriez-vous à un jeune qui souhaiterait s'investir en politique ?

De m'appeler ? Plus sérieusement, qu'il n'hésite pas, s'il le sent. Je lui conseille aussi de garder en toutes circonstances sa motivation, ses valeurs et son idéal. Car dans l'action politique, il faut constamment prendre du recul et se rappeler les raisons de son engagement.
 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.