L’insertion des jeunes diplômés

Posté le 25/05/2012  —  Actualité précédente / suivante

Une étude sur l’insertion professionnelle de 26.000 jeunes diplômés a été réalisée pour le Forem par Jean-François Marchal, analyste du marché de l’emploi.

Il en ressort que six mois après la première inscription au Forem, seuls 50% des jeunes diplômés du deuxième degré du secondaire ont trouvé un emploi. Ce taux d’insertion s’élève à 61% pour les titulaires d’un master et à 76% pour les bacheliers. Selon l’analyste, ces derniers comporteraient deux atouts importants : une meilleure exposition au monde du travail via les stages en entreprise et des formations en lien avec les secteurs en manque de main-d’œuvre. Ainsi, les titulaires d’un baccalauréat dans le domaine de la santé trouveraient plus rapidement de l’emploi car il s’agit d’un secteur en pénurie.

Par ailleurs, certains secteurs comme l’enseignement ou l’Horeca, confrontés à un roulement de personnel important, engagent beaucoup également. En 2010, 11,5% des jeunes passés par le Forem ont trouvé un premier emploi dans l’enseignement, soit plus d’un jeune sur dix. Parmi les masters qui mènent rapidement à l’emploi, ceux d’ingénieurs, de pharmaciens, les diplômes en mathématiques, en statistiques, en éducation physique et en informatique affichent également une offre de profils inférieurs à la demande. De façon générale, les secteurs techniques et scientifiques ainsi que l’informatique, connaissent une pénurie importante de diplômés.

Cependant, au-delà des diplômes et autres formations, les entreprises recherchent aussi des personnalités et compétences particulières. Des travailleurs enthousiastes, capables d’évoluer en équipe sont notamment recherchés.

Le Vif, 25 mai 2012 

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus