Le marché du travail en 2030

Posté le 02/06/2012  —  Actualité précédente / suivante

Le cabinet de recrutement international Hays, en collaboration avec les analystes d’Oxford Economics, a élaboré un scénario des mutations du marché du travail d’ici à 2030. Cette étude intègre l’évolution démographique, la mondialisation et les innovations technologiques connues.

D’un point de vue démographique, il apparait que la plupart des bassins d’emplois qualifiés se situeront dans les pays dits « émergents ». Selon l’enquête, la population en âge de travailler va augmenter de 931 millions de personnes en 20 ans. Cette augmentation touchera surtout les pays en développement et les pays moins avancés, tandis que la population active des pays développés va vieillir et diminuer en moyenne de 1 million d’individus. En Belgique, la population active est estimée à 4,4 millions d’individus pour 11 millions d’habitants. Cette force de travail risque de diminuer de 400.000 individus d’ici 2030 pour atteindre 4 millions de Belges « actifs » pour 12 millions d’habitants.

Dans les pays en voie de développement, de forts investissements en infrastructures attireront les multinationales et nécessiteront de la main d’œuvre dans la construction, l’ingénierie et la mécanique. Dans les pays industrialisés, la recherche et le développement, la recherche pharmaceutique, l’ingénierie aérospatiale, la santé, la finance et les nouvelles technologies seront toujours sollicités. En Belgique, on devrait connaitre un recul de l’agriculture au profit des services. Le domaine de la finance devrait enregistrer une augmentation des besoins, surtout au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en Australie. Enfin, l’environnement et surtout, la production d’énergies renouvelables, sera également à la recherche de professionnels.

De façon générale, les auteurs de l’étude signalent que les besoins en communication, en langues étrangères et la capacité à travailler en équipe et orienté « projet », seront importants. Ils recommandent également aux salariés d’être prêts à se requalifier et d’accepter d’être mobiles, y compris à l’étranger. Enfin, la mondialisation entrainera une « accentuation des flux migratoires » qui joueront un rôle important sur le marché du travail mondial.

Références, 2 juin 2012
 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus