Mr Le Thahh Khanh,
Gestionnaire de contenu internet

Content Manager chez United Network

Comment se déroule un projet, depuis la demande du client jusqu'à la réalisation ?

Soit le client a déjà son site, soit il a une idée de ce qu'il aimerait mettre on line et il nous consulte pour voir si c'est réalisable. L'idéal est d'étudier les besoins lors d'un brainstorming afin de définir la structure, les parties statiques et dynamiques, d'analyser les specifications pour la partie database et pour l'application en elle-même afin de gérer les newsletters, etc. Nous partons des besoins du client et dispersons l'information aux «cellules» business, communication pure (textuelle et image) et technique. La communication commerciale peut consister à conseiller au client une restructuration et une adaptation de son information en fonction de ses publics-cibles. Intervient ensuite la communication pure (le site Internet) et donc, tout ce qui est lié au content management. Le contenu est-il dynamique (changeant régulièrement, voire quotidiennement) ou statique ? Est-il fourni par le client, devrons-nous le concevoir ou sera-t-il fourni par un content provider (société externe spécialisée dans un contenu très spécifique). Nous modifions la communication commerciale en fonction des attentes et des habitudes des websurfers : le contenu doit être lisible et attirant, avec une présentation graphique légère et conviviale. Le but est que le site génère un maximum de visiteurs, il faut donc savamment doser fonctionnalité et attractivité. Ces informations sont transmises à l'équipe technique (développement) et à celle de production (graphisme et mise en page HTML). Avant d'intégrer le tout, le développement informatique est vérifié par l'équipe de production et enfin, on le met en ligne.

Pourriez-vous donner quelques précisions sur votre fonction ?

Avoir des contacts directs avec le client est un atout majeur puisque les aspects textuels et graphiques d'un site sont entièrement tributaires de sa personnalité. Par ailleurs, j'ai dû me spécialiser dans tout ce qui est usability (choix de la manière de concevoir une page, choix du type de navigation, choix du recours aux frames ou à Flash, etc.), toujours dans l'optique de répondre aux besoins des visiteurs du site. A côté de l'usability, il y a la communication, et au départ, je croyais que celle-ci consistait simplement à placer le texte sur le Web. Or, c'est plus complexe que cela. Il faut bien comprendre ce que le client veut, ce qu'il vend, ce qu'il veut que ses clients perçoivent. Ce sont ces 3 points qu'il faut adapter au Web. Ex : si nous ne comprenons pas le vocabulaire utilisé par le client, les utilisateurs ne le comprendront probablement pas non plus. Ensuite, il faut traduire le contenu en HTML, travailler sur le texte (simplifier les mots trop techniques et synthétiser les phrases) et le traduire graphiquement pour que les utilisateurs perçoivent le message du client tout en s'y reconnaissant.

On peut distinguer 3 types de présentation de contenu sur le Web : informatif, dynamique et purement entertainment.

Informatif : il peut s'agir, par exemple, d'une liste bibliographique sur un sujet donné. Dans ce cas, nous ne faisons aucun lien vers d'autres sites Web.

Dynamique : il ne s'agit pas de dynamisme en terme d'animation mais en terme de liens hypertexte, par exemple.

Entertainment: il s'agit de sites très axés sur le graphisme,avec beaucoup d'animation. La force de ce type de présentation est sa forme ludique et agréable : on obtient de l'information en jouant. Cependant, l'entertainment ne convient pas à tout type de communication. La technologie est choisie en fonction du but.

En tant que gestionnaire de contenu, je gère aussi la partie des services qui exige une flexibilité et une vitesse de réaction importante lorsque le client veut une modification, une mise à jour, une animation ou le hosting (hébergement) de son site.

Avez-vous des collaborateurs pour l'aspect technique ?

Au départ, je m'occupais davantage de la partie production et de l'aspect technique : mise en page HTML, animations en Flash, etc. Il est important pour la personne qui fait le suivi de production de posséder ces connaissances afin d'évaluer le temps nécessaire et de pouvoir communiquer avec les autres membres de l'équipe. Techniquement, je fais tout ce qui est HTML jusqu'au graphisme, donc animation, maquettes, Photoshop, etc. mais aussi la mise en page sur papier. Je travaille en collaboration avec la graphiste et si à un moment je trouve que ce n'est pas assez fort ou que ça ne correspond pas au besoin du client, j'interviens. A la production, il y a aussi le développeur HTML qui est plus technique (formulaires, contenus dynamiques, etc.). 

Quelle est votre formation ?

Alors que je faisais des études d'architecture, j'ai souhaité m'investir dans le graphisme et je me suis lancé en autodidacte dans le monde de la 3D (image en 3 dimensions). Je n'ai pas terminé mes études et je me suis dit : «Pourquoi pas le Web ?». Je me suis présenté chez United Networks et ça a bien fonctionné.

Quels conseils donneriez-vous à une personne qui souhaiterait exercer votre profession et quel serait son profil idéal ?

Il peut s'agir soit d'une personne qui fait des études et qui veut évoluer dans ce secteur avec des expériences réelles, soit d'un autodidacte qui a envie de se battre. Il faut savoir que ce travail exige un investissement à 100 % voire 120 %. La formation idéale n'existe pas : on peut avoir fait des études très techniques, une formation en communication (journalisme, relations publiques, etc.) ou une formation artistique (graphisme, animation, etc.). Tout est bon pour s'incorporer dans l'Internet mais il faut être curieux et avoir une vue d'ensemble. Par exemple, si le graphiste qui fait des interfaces ne prend pas en compte l'HTML ou l'aspect commercial, ça ne peut pas fonctionner parce que le travail qu'il réalise est ensuite traduit dans ce langage. D'autre part, s'il n'a aucune notion en communication commerciale, il utilisera par exemple des couleurs agressives qui ne correspondent pas du tout au look du client. Même si elle a une fonction très spécifique, toute personne de l'équipe doit connaître et comprendre (au moins sommairement) l'ensemble du processus. Si ce n'est pas le cas, cela peut générer une perte de temps énorme et une mauvaise gestion de projet.

Ce métier est-il conciliable avec une vie privée ?

Je suis passionné par l'Internet et ça ne s'arrête pas lorsque je quitte le bureau. En observant autour de moi, je peux avoir à tout moment une inspiration technique, graphique ou commerciale. Lorsque le travail que l'on fait est une passion, il est clair qu'il occupe une place importante dans la vie privée et c'est une joie de pouvoir en discuter avec les autres. Ceci dit, il faut se respecter : on travaille pour vivre et pas l'inverse.

Auriez-vous une anecdote à raconter ?

Un jour, en fin de journée, un client m'a appelé. Son site était réalisé mais il avait une idée très spécifique et souhaitait apporter quelques modifications. Le client était au téléphone devant son ordinateur et sous son impulsion j'ai modifié le site en direct avec lui, pendant plus d'une heure. C'était très stressant pour moi, mais pour lui, assister à la réalisation en direct était de la magie pure. C'est ça le service, la qualité, le "client satisfaction".

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus