Patrick Van Nieuwenhove,
Représentant des dockers

Interview réalisée en novembre 2020

Quel est le rôle de la CEMPO (Centrale des Employeurs des Ports de Bruxelles et de Vilvorde) dont vous êtes le représentant ?

La CEMPO est l’organisation qui regroupe les employeurs aux ports de Bruxelles et Vilvorde. Elle a pour principales tâches d'examiner les problèmes sociaux en rapport avec l'emploi des dockers dans les ports belges, de représenter les employeurs des dockers dans les ports belges, de représenter ces mêmes employeurs au niveau fédéral et régional.

Comment s’organise le travail des dockers en Belgique ?

Il faut faire une distinction claire entre d’une part les ports wallons et d’autre part les ports de Bruxelles-Vilvorde et flamands, c’est-à-dire les ports de mer. 

Dans les ports wallons, le travail d’ouvrier portuaire est exercé par divers professionnels engagés par des entreprises actives sur les ports. Les profils sont divers : des grutiers, des caristes, des conducteurs d’engins de manutention, etc. Par contre à Bruxelles-Vilvorde et dans les ports flamands, il s’agit de travailleurs portuaires qui ont été formés spécifiquement par des organismes de formation professionnelle comme l’OCHA (Opleidings Centrum voor Havenarbeiders) situé à Anvers. 

Cette distinction a été opérée en 1972 par une loi organisant le travail portuaire (la loi du 8/6/1972) : à l’époque les ports avaient le choix d’opter pour le statut de port de mer ou non. Les ports de Bruxelles-Vilvorde et les ports flamands ont pris ce statut mais pas les ports wallons. On retrouve donc dans les ports de mer, notamment à Bruxelles-Vilvorde, des dockers formés par l’OCHA.  

En quoi consiste cette formation de main d’œuvre portuaire dispensée par l’OCHA ? 

La formation de base est organisée au port d’Anvers et de Zeebruges. On y apprend, en plus des techniques de base et de sécurité, la manutention de marchandises et de conteneurs, la conduite et l’utilisation de machinerie lourde (chariot élévateur, grue, etc.), l'arrimage, le travail d'équipe, la communication opérationnelle, etc. La formation de base comprend des cours liés à la sécurité et la prévention, les techniques de base liées à la profession et un volet théorique. Elle est dispensée en néerlandais, en français ou en anglais. Un traducteur peut être engagé pour d'autres langues. Des certificats ou brevets sont délivrés après chaque formation si les candidats réussissent le test final. Par ailleurs, des modules de spécialisation sont également organisés dans les opérations manuelles, le matériel roulant, les opérations de grue, la sécurité et la prévention ou encore le leadership et la communication. 

Quelles sont les conditions pour devenir docker ? 

Pour travailler dans les ports de Bruxelles-Vilvorde et les ports flamands, il faut être âgé de 18 ans minimum, posséder un certificat de bonne vie et mœurs, être médicalement apte, réussir les tests psychotechniques, avoir suivi les cours préparatoires de sécurité du travail, obtenir une qualification professionnelle et, enfin, avoir réussi l’épreuve finale. Pour les ports en Wallonie, les entreprises actives dans les activités portuaires ont leurs propres critères d’engagement. 

Le travail a-t-il fort évolué au fil du temps ?

Oui, énormément. Si auparavant, il n’y avait que 20% de machines et 80% de main d’œuvre physique, la tendance s’est depuis complètement inversée.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus