Steven Monchablon,
Matelot de navigation intérieure

Interview réalisée en novembre 2020

Quelle formation avez-vous suivie pour devenir matelot ? 

J’étudie en CEFA[1] : j’ai commencé par être homme de pont, actuellement je suis matelot léger et, à la fin de cette année scolaire, je passerai mon examen pour devenir matelot.

Comment s’organise cette formation ? 

Un mois à l’école et l’autre mois en stage avec un patron qui nous forme à bord de son bateau.

Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

Depuis tout petit, j’ai été bercé dans ce milieu. J’ai toujours vécu à bord d’un bateau, mes parents sont bateliers et mes grands-parents l’étaient aussi. Le goût pour exercer ce métier se transmet souvent de génération en génération. Et puis, on voyage et chaque paysage est différent ! 

Avez-vous l’intention de vous former aussi comme batelier ? 

Comme la plupart de mes amis matelots, j’aimerais être propriétaire de mon bateau. Plus tard… 

Quel est le rôle d’un matelot ? Quelles sont ses tâches précises ? 

Le rôle de matelot est de veiller au fonctionnement et à l’entretien d’un bateau. Il faut donc procéder au lavage et au nettoyage de l’embarcation, au ponçage et à la mise en peinture pour éviter toute corrosion. Comme autres tâches, il y a l’amarrage, le chargement et le déchargement. Il faut toujours suivre les instructions du batelier !  

Y a-t-il certaines tâches que vous préférez ? Et quelles seraient celles que vous aimez le moins ? 

En principe, j’aime tout. Ou tout du moins rien ne me dérange ! Ce que je préfère c’est quand je peux piloter moi-même le bateau. Par contre, c’est beaucoup moins amusant de nettoyer la saleté qui s’est installée au fur et à mesure du temps dans les cuves du bateau. 

Travaillez-vous sur un seul bateau ou sur plusieurs ?

Je travaille sur un seul bateau, celui de mes parents et sur lequel je fais mes stages en alternance.

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce métier ?  

Ce qui me plaît, c’est le plaisir de naviguer, de contempler les paysages et de ne pas toujours être au même endroit. Et puis, c’est un métier complet, très diversifié où nous touchons à tout (électricité, cuisine, mécanique, etc.). Il n’est donc pas question de routine ! 


[1] Centre de formation en alternance.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus