Le matelot de navigation intérieure et rhénane[1] est un membre d’équipage qui officie sous la supervision du batelier. Il entretient, monte et démonte les équipements à bord d’un bateau transportant des passagers ou des marchandises et naviguant sur les voies intérieures en Belgique, mais aussi sur le réseau fluvial européen.   

Sur le pont, il s’occupe des cordages, des câbles, des poulies, de la peinture, du graissage et du nettoyage du matériel de manutention et de sauvetage. Il effectue également de petites réparations mécaniques lorsque cela s'avère nécessaire. Il veille également aux opérations de chargement et de déchargement des marchandises. 

On peut distinguer plusieurs catégories de matelots : 

  • L’homme de pont - le matelot léger (appelé aussi « mousse ») : membre d’équipage en formation qui effectue les tâches d’amarrage, d’entretien, de manutention, etc. Il doit posséder un livret de service pour aller à bord.
  • Le matelot : il est capable d’effectuer seul ou en équipe les tâches d’amarrage, d’entretien, de manutention, de matelotage, etc. Il doit posséder un livret de service pour aller à bord et être en possession du certificat restreint de radiotéléphonie (ou VHF) ainsi que de l’attestation des connaissances particulières de l’ADN (matières dangereuses).
  • Le maître-matelot : il est plus expérimenté que le matelot et procède lui aussi aux tâches d’amarrage, d’entretien, de manutention, de matelotage, etc. Il doit posséder un livret de service pour aller à bord et être en possession du certificat restreint de radiotéléphonie (ou VHF) ainsi que de l’attestation des connaissances particulières de l’ADN (matières dangereuses).
  • Le timonier : il effectue avec expérience les tâches liées à la conduite du bateau, à la maintenance et, plus globalement, à toutes les opérations techniques (nœuds, cordages, etc.). S’il n’a pas la responsabilité du bateau (celle-ci est laissée au batelier), il le conduit lors de parcours de navigation sans obstacles délicats. Il doit posséder un livret de service pour aller à bord et être en possession de titres de conduite comme le certificat de conduite et/ou patente du Rhin, le certificat restreint de radiotéléphonie (ou VHF), la patente radar, l’attestation des connaissances particulières de l’ADN (matières dangereuses), et l’attestation pour le transport de passagers.

[1] Qui officie sur le Rhin.

 

Compétences & actions

  • Connaître les divers aspects du bateau : équipements, machines (moteurs et pompes)
  • Maîtriser les procédures du métier : manœuvres, chargement/déchargement et arrimage  
  • Posséder des éléments de connaissance dans la navigation (voies navigables, ouvrages d’art, effets des marées, etc.) 
  • Effectuer les travaux dits de « matelotage » : nœuds, amarrages, préparation et emploi des cordages et filins d'acier, etc.
  • Assurer la sécurité du bateau et des personnes à bord
  • Mener d’éventuelles actions de sauvetage
  • Procéder à des entretiens et réparations de base  
  • Respecter les règlements (Règlement général des voies navigables, Code Européen des Voies de Navigation Intérieure, etc.)

Savoir-être

  • Polyvalence
  • Autonomie
  • Rigueur
  • Vigilance
  • Bonne résistance physique
  • Disponibilité, flexibilité
  • Capacité à prester de longues journées
  • Aptitude à travailler quelles que soient les conditions climatiques
  • Sens de l'organisation et de la méthode
  • Habileté manuelle
  • Esprit d'équipe

Cadre professionnel

Le matelot est souvent loin de sa maison et de ses proches, et travaille sur le pont d’un bateau avec d’autres membres d’équipage dans un espace restreint. Ses horaires sont atypiques, rythmés par les départs. Il est sur le pont d’un bateau, dans un environnement souvent bruyant dû aux machines, soumis aux conditions météorologiques souvent difficiles (houle, pluie, vent). Ses gestes sont répétitifs et les charges portées sont lourdes. 

Son cadre de travail connaît des évolutions avec l’arrivée de nouvelles technologies (appareils électroniques et hydrauliques). 

Conditions requises

Homme/femme de pont : être âgé de 16 ans au moins. 

Matelot·e léger·ère (mousse) : être âgé de 15 ans au moins et avoir un contrat d'apprentissage qui prévoit la fréquentation d'une école professionnelle de bateliers ou la participation à un cours par correspondance agréé par l'autorité compétente et préparant à un diplôme équivalent. 

Matelot·e : 

Pour naviguer sur le réseau navigable wallon ou rhénan, le titulaire doit obtenir une « déclaration de matelot » via un examen théorique et pratique à passer auprès du Guichet de la Navigation du SPW - Direction de la Gestion des Voies navigables (http://voies-hydrauliques.wallonie.be - guichet.navigation@spw.wallonie.be). Les conditions d’accès à cet examen sont :  

  • Etre âgé de 17 ans au moins et avoir achevé avec succès la formation du matelot léger ou avoir passé avec succès un examen sanctionnant une formation dans une école professionnelle de bateliers ou un autre examen de matelot reconnu par l’autorité compétente ou avoir obtenu la qualification de matelot au sens d’un arrangement administratif relatif à la reconnaissance mutuelle de la qualification de matelot obtenue par formation professionnelle ;
  • Ou être âgé de 19 ans au moins et avoir navigué en faisant partie d'un équipage de pont pendant trois ans au moins dont un an au moins dans la navigation intérieure et deux ans soit en navigation intérieure, soit en navigation maritime, côtière ou de pêche. 

Maître-matelot·e :

  • Avoir effectué en navigation intérieure un temps de navigation d'un an au moins comme matelot et avoir achevé avec succès la formation de matelot léger ou avoir passé avec succès un examen final d'une école professionnelle de bateliers ou un autre examen de matelot reconnu par l'autorité compétente ;
  • Ou avoir achevé avec succès la formation de matelot léger dont la durée aura été de trois ans au moins ou passé avec succès un examen final après une formation de trois ans au moins dans une école professionnelle de bateliers si cette formation comprend un temps de navigation d'un an au moins en navigation intérieure ;
  • Ou avoir effectué en navigation intérieure un temps de navigation d'un an au moins comme matelot et avoir passé avec succès un examen pratique ;
  • Ou avoir effectué en navigation intérieure un temps de navigation de deux ans au moins comme matelot.

Timonier·ère :

  • Avoir effectué en navigation intérieure un temps de navigation d'un an au moins comme maître-matelot ou de trois ans au moins comme matelot ;
  • Ou être titulaire d'un certificat de conduite ; 
  • Ou avoir effectué en navigation intérieure un temps de navigation de quatre ans et être titulaire d'un certificat de conduite reconnu équivalent à la grande patente. 
Autres appellations : Homme/Femme de pont, Matelot·e léger·ère, Maître-matelot·e, Membre d’équipage de pont, Mousse, Timonier·ère
 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus