La fonction de manager n'attire plus

Posté le 03/02/2018  —  Actualité précédente / suivante

Deux études distinctes montrent une perte d'intérêt pour la fonction de manager, il est donc nécessaire d'améliorer l'attractivité des métiers du management.

Une étude du ManpowerGroup réalisée en 2017 met en évidence que seuls 3% des jeunes de 20 à 35 ans espèrent arriver au sommet de leur entreprise et que seulement 1% a envie de gérer des équipes dans le futur. Ces résultats confirment ceux de l'étude réalisée par l'école de business Audencia, qui révèle que 79% des salariés ne souhaitent pas devenir managers.

Les raisons de cette perte d'intérêts sont multiples:

  • l'exigence de la fonction;
  • une valorisation matérielle ou symbolique mineure;
  • un manque d'influence sur l'avenir de l'organisation;
  • la lourdeur administrative;
  • le stress;
  • le manque de reconnaissance interne;
  • les horaires chargés.

Au fil du temps, le rôle du manager a également changé puisque les employés attendent de lui du soutien, de l'écoute et des encouragements. Il est devenu un accompagnateur qui aide son équipe à atteindre ses objectifs, grâce au développement d'une large série de soft skills.

Selon les experts, il est nécessaire de revaloriser la fonction de manager en lui donnant un plus grand pouvoir de transformation mais aussi en repensant les formations, notamment en y intégrant des connaissances transversales en communication, gestion de conflits, coaching, etc.

Cela passera aussi par une révision des politiques de recrutement. On propose souvent un poste de manager à un personne qui est experte dans un domaine, pourtant un bon manager ne présente pas forcément les mêmes compétences qu'un expert métier, ce qui peut induire un décalage entre le manager et son équipe. Engager des personnes spécifiquement formées aux fonctions de management est donc essentiel.

Références, 3 février 2018


Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.