Risque de pénurie de syndics d'immeubles dans les cinq ans

Posté le 09/11/2017  —  Actualité précédente / suivante

La fonction de syndic d'immeubles n'attire plus et une pénurie est à craindre dans les cinq prochaines années.

Légalement, la gestion journalière d'ensembles immobiliers doit être assurée par des syndics d'immeubles.  Mais en 2016, seuls 20 agents immobiliers ont été reconnus comme syndics par l'IPI (Institut Professionnel des Agents Immobiliers) et 89 comme pouvant exercer les deux métiers d'agent immobilier et de syndic d'immeubles. Si on ne peut pas encore parler de pénurie actuellement, ce nombre est trop faible pour faire face aux besoins futurs liés au remplacement des syndics qui partiront à la retraite et aux besoins des nouveaux immeubles.

Les raisons de ce désintérêt sont multiples. La complexité du métier en rebute plus d'un, le syndic ayant pour mission d'intervenir à différents niveaux, ce qui nécessite d'importantes connaissances en législation, en comptabilité, dans le domaine du bâtiment mais aussi des compétences relationnelles lorsqu'il s'agit de gérer les conflits entre copropriétaires. Les exigences en termes d'horaires de travail sont également mentionnées, les réunions de copropriétaires s'organisant souvent le soir.

Rappelons que l'octroi d'une agréation pour pouvoir exercer en tant que syndic d'immeubles est effectuée par l'IPI sur base du diplôme, de la réussite à deux examens et du suivi d'un stage.

Si rien n'est fait pour attirer davantage de jeunes vers ce métier, le risque est grand d'assister à une dé-professionnalisation du métier, ce qui inciterait des syndics non professionnels à prendre le relais en s'aidant d'outils numériques ou de spécialistes extérieurs.

Le Soir Immo, 9 novemobre 2017


Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.