Charlotte Fobe,
Gérante d'un magasin de tissus

Interview réalisée en janvier 2007

Charlotte FOBE est gérante d’un magasin de tissus depuis 5 ans.

En quoi consiste votre activité au quotidien ?

Je suis la gérante du magasin, donc je ne suis pas uniquement vendeuse, j’exerce plusieurs tâches en même temps. Premièrement, je m’occupe de la vente des tissus dans le magasin : le contact avec la clientèle, les conseils, la prise de commandes,... Les clients peuvent acheter le tissu au mètre et confectionner eux-mêmes ou bien ils font appel à l’atelier de confection avec lequel je travaille. Deuxièmement, j’assure la gestion du commerce : les factures, les devis, les contacts avec les fournisseurs, les relations avec l’atelier de confection… En dehors des heures d’ouverture du magasin, je vais souvent à l’atelier de confection pour apporter ou pour rechercher les commandes. Troisièmement, je me déplace également à domicile lorsque je dois réaliser les devis chez les clients. A cela, il faut ajouter la présence aux foires en Belgique et l’étranger. 

Quelles sont les qualités nécessaires pour exercer votre profession ?

Pour pouvoir bien conseiller un client, il est important de s’y connaître, il faut savoir de quoi on parle : il faut donc savoir coudre, connaître les différentes techniques, connaître les tissus,… Je ne peux pas engager n’importe quelle vendeuse. Il est également important d’avoir le goût du tissu. Humainement, il faut apprécier le contact avec les client, être de bonne humeur, être à l’écoute des clients. Il faut se montrer discret dans ses conseils pour ne pas blesser le client. Il faut savoir « pousser » le client à la commande sans s’imposer. En plus de cela, il est nécessaire d’avoir de bonnes capacités en gestion : comptabilité, commerce, secrétariat, gestion de stock,.…

Quels sont les avantages et inconvénients de votre métier ?

Être son propre patron est un énorme avantage pour moi : je m’organise comme je veux, je fais mes horaires selon mes activités, je sais pour qui je travaille et je n’ai de compte à rendre à personne. J’apprécie énormément le contact avec les clients et le service qu’on leur rend. Et puis, il est certain que la demande sera toujours là, les gens auront toujours besoin de conseils pour décorer leur maison et choisir les couleurs !

L’inconvénient principal, ce sont certainement les horaires : je ne compte pas mes heures. Ce qui me manque le plus, c’est une pause à midi où je pourrais sortir et voir autre chose. En plus des horaires du magasin, je passe beaucoup d’heures à la gestion et aux contacts avec le fournisseur et les clients. Il faut pouvoir se ménager et s’arrêter quand on le sent. Il existe des moments « clés » où on travaille davantage : déclaration d’impôts, déclaration TVA,… Quand on aime le boulot, on ne compte pas et si ça marche, on veut toujours aller plus loin. C’est dangereux si on ne sait pas se fixer des limites. Le statut d’indépendant a également ses désavantages tels que les congés non payés, les week-end de travail, le salaire incertain en fin de mois,… Et j’avoue que rester à l’écoute des clients toute le journée est épuisant, il faut beaucoup de patience.

Quel est l’horaire de travail ?

Les heures d’ouverture de la boutique sont de 10h30 à 18h sans interruption du mardi au vendredi et le samedi de 10h30 à 17h. Avant et après les heures d’ouverture, je passe à l’atelier de confection, je conseille à domicile, je contacte mes fournisseurs et je réalise les devis pour les clients.

Quelles études avez-vous faites pour accéder à votre profession ?

J’ai fait mes candidatures en droit et ensuite, ma licence en criminologie. Rien à voir avec ce que je fais, je n’ai jamais exercé en tant que criminologue.

Quel a été votre parcours professionnel ? 

Après mes études, j’ai travaillé pendant 13 ans dans une boîte américaine à Bruxelles jusqu’à sa mise en liquidation. J’y ai tout appris : la comptabilité, le commerce, le secrétariat, … Ensuite, j’ai travaillé pendant 7 ans pour un particulier, une dame qui avait un portefeuille de biens immobiliers. J’étais son assistante et sa secrétaire. Depuis 5 ans, je me suis mise à mon propre compte et j’ai ouvert ce magasin de tissus. 

Que diriez-vous à un jeune qui souhaite se lancer dans cette voie ?

La vente en soi n’est pas compliquée, mais il manque souvent au jeune qui veut se lancer des compétences en gestion : il faut être ordonné, savoir gérer l’administratif, savoir respecter les délais, savoir gérer le stock,.. Il faut avoir, dès le départ, cette exigence de consacrer, tous les jours, du temps à la paperasse et à la gestion pure du magasin, sinon ça n’ira jamais. Je le pousserai à se former à la gestion. J’ajouterai également qu’avant de déléguer quoi que ce soit, il faut être capable de le faire soi-même. Je conseillerai d’essayer de passer un an à tout faire soi-même, pour pouvoir déléguer ensuite en toute connaissance de causes.. C’est le B.A .BA de la délégation : faire soi-même pour pouvoir bien déléguer ! J’ajouterais qu’un futur gérant doit soigner sa présentation, être poli, être souriant, ne pas s’imposer mais montrer qu’il est là pour les conseils, mettre ses soucis de côté…

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.