Christophe Dugast,
Expert en études cliniques

Interview réalisée en février 2017

Comment définiriez-vous votre travail ?

La recherche clinique a pour objectif de valider des traitements (médicament, dispositif médical, etc.) et/ou des procédures médicales chez l’homme. Elle est très réglementée et contrôlée par les promoteurs des études (tel qu’un laboratoire pharmaceutique, par exemple) et/ou les autorités compétentes (Ministère de la Santé, FDA [1], etc.). Mon travail au sein de la Cellule Recherche Clinique de l’Intercommunale de Santé Publique du Pays de Charleroi (ISPPC) consiste à apporter un soutien administratif et logistique aux médecins afin qu’ils puissent se consacrer uniquement aux aspects médicaux des études, depuis la faisabilité de l’étude (les services impliqués ont-ils les ressources nécessaires à la bonne réalisation de l’étude ?) jusqu’à sa clôture.                 

Quel est votre rôle au sein de l’ISPPC ?

Je me présente comme étant un Coordinateur d’Etude Clinique : à la fois expert (la théorie) et  exécutant (la pratique). De la faisabilité à la signature du contrat, je conseille les services médicaux sur les aspects juridique, réglementaire, technique et logistique. Et je négocie les contrats des études. Dans les services habitués aux études cliniques, mon intervention s’arrête à ce stade, alors qu’elle se poursuit en devenant plus opérationnel dans les services néophytes : nous concevons les documents de travail des études, organisons les visites, accompagnons les patients dans les services participants, nous encodons les données dans les cahiers d’observations,  accueillons les moniteurs d’étude qui contrôlent le déroulement de l’étude, etc. Enfin, nous formons les équipes de recherche de l’ISPPC aux réglementations légales en vigueur (Bonnes Pratiques Cliniques, etc.) et les accompagnons dans la préparation et la réalisation des audits par les sponsors des études et/ou les inspections des autorités compétentes (AFMPS [2], etc.).  

La formation que vous avez suivie au centre CEFOCHIM s’est-elle avérée nécessaire pour exercer aujourd’hui la fonction qui est la vôtre ?

L’intérêt de la formation du CEFOCHIM est qu’elle aborde tous les aspects des études cliniques, depuis les lois et réglementations applicables jusqu’à la gestion des données cliniques, en passant par la revue des autorités compétentes, les différentes phases cliniques, les documents des études, le contrôle des études par le sponsor (monitoring) et même des notions de biostatistiques, pharmacovigilance, pharmacologie. Ma fonction fait appel à l’ensemble de ces connaissances, mais d’autres fonctions de la recherche clinique (data manager, moniteur d’étude, etc.) ne font appel qu’à l’une ou l’autre de celles-ci. La formation du CEFOCHIM prépare donc à différents métiers des études cliniques.

Qu’est-ce qui vous plaît dans votre métier ?

J’apprécie la diversité des tâches inhérentes à ma fonction, ainsi que celle des contacts que nous nouons avec les patients, les personnels de l’ISPPC et les firmes à l’origine des études. Nous favorisons l’accès des patients à des traitements innovants, et c’est toujours grisant de contribuer à l’amélioration de leur santé.   

Qu’est-ce qui vous paraît difficile ?

La recherche, quelle qu’elle soit, est un état d’esprit qui ne se transfère comme on peut transmettre des compétences et/ou des connaissances. Le plus difficile est sans aucun doute d’insuffler cet état d’esprit au sein des équipes de recherche et de le cultiver.

Au sein de l’ISPPC, y a t-il beaucoup de personnes qui exercent une fonction similaire ? 

Au sein de la Cellule Recherche Clinique, nous sommes deux coordinateurs d’étude clinique. Mais certains départements habitués aux études cliniques (cardiologie, neurologie, oncologie, etc.) ont leurs propres infirmières d’étude qui assument cette fonction.       

Avez-vous dû suivre des formations complémentaires pour exercer votre fonction ?

Comme tout intervenant dans les études cliniques, je dois suivre une formation en Bonnes Pratiques Cliniques (ICH-GCP) tous les 3 ans.

Que diriez-vous à un jeune pour le convaincre de se lancer dans des études scientifiques ? 

La recherche scientifique a pour vocation d’améliorer le monde d’aujourd’hui tout en créant celui de demain. En faisant des études scientifiques, c’est vous qui détiendrez les clés de nos vies présentes et futures.

 

[1] Food and Drug Administration.

[2] Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.