Delphine Waillez, Orthodontiste

Interview réalisée en février 2015

Quel type de patients rencontrez-vous ?

Tous les patients que je reçois sont traités par un dentiste généraliste et ce sont principalement les adolescents mais aussi des adultes (maximum 20%) et dans de rares cas, des enfants.

Pourriez-vous nous expliquer votre métier ?

Je travaille plus sur le côté fonctionnel, comme l’emboîtement des mâchoires, l’esthétique dentaire, l’alignement des dents, l’appareillage, la croissance de la mâchoire voire même de la chirurgie. Pour cette dernière, je renvoie chez le stomatologue ou le chirurgien maxillo-facial. En étant devenue spécialiste, je ne peux plus pratiquer d’acte lié à la dentisterie générale même si je suis capable de soigner une carie ! Parfois c’est une forme de frustration car si le travail est réalisé par quelqu’un d’autre, il n’est pas toujours fait comme je le souhaiterais.

Quels sont vos horaires ?

Je fais les horaires comme je le souhaite sans être trop pointilleuse car il faut être disponible aussi. Sinon on limite clairement sa patientèle. Je ne travaille pas le samedi. J’ai une bonne qualité de vie.

Quel est votre cadre de travail ?

Je travaille avec tout un réseau de spécialistes et en cabinet groupé, ce qui me permet plus de flexibilité. On communique beaucoup entre collègues afin d’ajuster au mieux les traitements. Notre travail est très riche dans cette collaboration. Les traitements par orthodontie se sont beaucoup développés ces dernières années mais parfois on a encore des surprises par certains dentistes qui méconnaissent notre pratique ou les règles de remboursements. Ils peuvent faire l’erreur de mettre un implant à une personne qui a les dents de travers et qui vient chez moi pour une question d’esthétique. Malheureusement, il faudra retirer l’implant qui a coûté 2000€.

Quelles sont les conséquences d’un non traitement pour raison fonctionnelle ?

Le patient va développer des problèmes articulaires, des dents qui bougent, l’usure et la fracture de dents, des douleurs.

Quelles qualités sont requises pour exercer votre travail ?

Énormément de patience, de précision, de rigueur mais aussi de la diplomatie. Beaucoup de concentration. Tout comme le dentiste !

Faut-il des compétences particulières ?

J’ai envie de dire le côté manuel et la dextérité mais cela s’apprend. Il faut aussi aimer le contact avec le patient.

Y a-t-il des aspects négatifs ?

Certains patients qui demandent un résultat immédiat ! Parfois l’irrespect mais ce n’est pas trop fréquent. Avec le temps, on apprend à mettre de la distance, à prendre du recul et à mettre aussi ses propres limites.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.