Luc Blecha,
Technicien de maintenance d'éolienne

Interview réalisée en janvier 2008

M. Luc BLECHA est technicien de maintenance d’éolienne chez Enercon.

Depuis combien de temps exercez-vous votre profession ?

Je travaille comme électromécanicien depuis plus de 30 ans et j’évolue depuis 1 an dans le domaine éolien.

En quoi consiste votre activité au quotidien ?

Je réalise principalement de la maintenance et de l’installation de composants électroniques, mécaniques ou électriques d’une éolienne. Je gère en même temps, l’entretien des éoliennes et des pales (niveau technique, mécanique, électrique…). Le matin, je reçois le planning pour la journée. Je me rends sur le chantier et, soit je commence le travail à la base de l’éolienne, soit je monte directement voir les pales et le mécanisme. Selon le protocole établi par les constructeurs allemands, je relève les compteurs, je change des pièces, je nettoie, je graisse… Après chaque visite d’une éolienne, je rédige un rapport qui comprend les relevés de compteurs et les opérations effectuées dans l’éolienne. Ce rapport est ensuite envoyé à Enercon, le constructeur éolien, ce qui leur permet de suivre de loin la maintenance de leurs éoliennes.

Quelles sont, à votre avis, les qualités personnelles et les compétences attendues dans ce domaine professionnel ?

Je pense qu’il est important d’avoir au minimum un certificat de niveau secondaire (A2) dans le domaine de la mécanique, de l’électricité, de l’électromécanique ou de l’électronique. Il est essentiel de ne pas avoir le vertige parce qu’on monte tous les jours à plusieurs mètres d’altitude et il nous arrive parfois de nous balancer dans le vide pour remplacer une pale ! Il faut aimer le travail à l’extérieur et ce, par tous les temps. Le travail en hauteur demande une bonne agilité et une bonne dextérité.

Quels sont, à votre avis, les avantages et inconvénients de ce type d’activité ?

Il y a plus d’avantages que d’inconvénients. L’avantage principal est, pour moi, le travail à l’extérieur (je n’aime pas trop le travail de bureau). C’est un travail intéressant : ce n’est pas du travail à la chaîne. Et puis, c’est un domaine où on apprend pas mal de choses. Le seul inconvénient que je pourrais relever, c’est le travail extérieur par mauvais temps.

Quel est l’horaire de travail ?

Les horaires ne sont pas trop contraignants. On commence à 8h et on termine à 16h30. Il y a quelques heures supplémentaires à réaliser et un week-end de garde tous les 2 mois. Lorsqu’il y a une panne, on est appelé par les constructeurs et il faut pouvoir agir dans la journée car une éolienne qui ne tourne pas, c’est de l’énergie qui n’est pas produite et, donc, une perte d’argent.

Quel a été votre parcours professionnel ? Quelles fonctions avez-vous exercées jusqu’à aujourd’hui ?

Après mon secondaire, j’ai fait l’armée pendant 4 ans. J’ai ensuite travaillé pendant 3 ans chez Securitas comme transporteur de fonds. Suite à une restructuration, je suis allé travailler dans l’entreprise Boch à La Louvière, pendant 3 ans, en tant que technicien électromécanique. J’ai atterri ensuite dans l’entreprise VW à Forest où j’ai travaillé pendant 18 ans comme technicien en électromécanique.

Quelles sont les perspectives d’avenir ?

Il y a du boulot, c’est sûr ! Mais le problème qui freine souvent les engagements reste les langues. En effet, il n’y a pas de constructeurs d’éoliennes en Belgique, il faut donc pouvoir communiquer avec ses patrons qui sont en Allemagne ou en Hollande (allemand, anglais, néerlandais…). Mais, de toutes façons, il fautau moins une formation dans le domaine technique.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui souhaite se lancer dans cette voie ?

Il faut qu’il soit motivé et qu’il ait envie de travailler. Il est important qu’il possède des connaissances techniques (mécaniques ou autres). Comme dans beaucoup de postes, il faut être sociable, être capable de travailler avec tout le monde même si on n’a pas des affinités avec tout le monde. Il faut qu’il soit volontaire, et qu’il mette toutes les chances de son côté pour réussir. Cela ne se fait pas tout seul !

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.