Magaly Nelli,
Chargée de communication

Interview réalisée en avril 2014

Magaly Nelli, Chargée de communication chez Carrefour Market – Groupe Mestdagh


Depuis combien de temps travaillez-vous au sein de votre entreprise ?

Cela fait maintenant 5 ans… 

Comment avez-vous réussi à décrocher le poste ? 

J’ai fait un Baccalauréat en communication à la Haute École Condorcet (ex-IPSMa) à Charleroi. Depuis 2001, j’ai occupé plusieurs postes de chargé de communication dans les secteurs public/associatif et actuellement privé. 

Comment se décompose votre travail ? 

C’est très variable, mais je dirais que, grosso modo, il se divise à parts égales entre le travail de communication interne et les relations avec les médias.

Et qu’est-ce que cela recouvre exactement ? 

En matière de communication interne, il s’agit de la gestion de l'intranet, du journal d'entreprise, de l’organisation d'événements pour les membres du personnel, de la gestion de projets de communication (campagnes internes)... Côté communication avec les médias, il s’agit surtout de rédaction de communiqués/dossiers de presse, d’organisation de conférences, de centraliser les contacts presse, de réaliser des revues de presse... Il faut donc savoir jongler avec ces deux impératifs. En général, ça se passe bien, mais pas toujours… 

À votre avis, quelles sont les qualités indispensables pour occuper votre poste ?  

Ce genre de travail nécessite de l'organisation et des idées créatives. Il demande également de développer le goût pour les contacts humains, de garder un esprit curieux, de posséder de bonnes capacités de rédaction et une excellente orthographe.

Avez-vous vu le secteur évoluer depuis vos débuts ? 

Oui, il est maintenant davantage tourné vers la communication digitale (web, réseaux sociaux) qu'au début. On imprime beaucoup moins et on utilise beaucoup moins de documents papier.

Qu’est-ce que vous appréciez particulièrement dans votre fonction ? 

La variété des tâches et la possibilité qu’il m’offre de travailler sur des projets différents. Le côté un peu moins drôle, c’est que le contenu de mon travail est lié au budget que l'entreprise y consacre et qui peut donc varier selon les priorités du moment. 

Combien de temps travaillez-vous par semaine ? 

Officiellement, j’ai un horaire tout ce qu’il y a de plus normal : 40 heures par semaine. Mais cela peut fortement varier, en fonction des besoins de l’entreprise. 

Il n’est donc pas facile de préserver sa vie privée ? 

Oui et non… Le travail est parfois exigeant, mais j’ai un horaire flexible et un emploi du temps professionnel variable, selon les projets en cours. Ça me permet d’adapter ma vie de famille sans trop de difficultés. 

Quels conseils donneriez-vous à un jeune tenté par l’aventure ? 

Surtout, de ne pas se cloisonner dans un domaine trop précis. Il faut rester ouvert et curieux à ce qui se passe dans le secteur. C’est un job qui exige qu’on se documente sur ce que fait la concurrence. Il faut également oser proposer des idées qui ne suivent pas la norme connue…

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.