Mait Pirlot, Etalagiste

Interview réalisée en mai 2008

Mait Pirlot est étalagiste chez CASA depuis 14 ans  

En quoi consiste votre activité au quotidien ?

Je mets en valeur la marchandise, surtout les articles du dépliant qui paraît chaque mois. Je veille également à ce que le magasin soit en ordre et accueillant. Je décore la vitrine, j’imagine et je dispose des décorations murales, derrière la caisse ou à d’autres endroits du magasin.
Je réalise des présentations de marchandises. Par exemple, je dresse une table ou je décore un coin avec des photophores. En fait, je donne aux clients un aperçu de ce qu’ils peuvent obtenir comme ambiance chez eux avec nos articles.

Quelles sont les qualités nécessaires pour exercer votre profession ?

Il faut avoir une bonne vision dans l’espace, savoir associer les formes et les couleurs et pouvoir imaginer le travail fini avant de le commencer. Pour être étalagiste, il faut être créatif.
Il faut aussi être ordonné, organisé, quelle que soit la quantité d’articles à agencer. Tout doit être mis en place harmonieusement.

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre métier ?

Je suis étalagiste à Ixelles. Je peux me consacrer exclusivement à ce magasin et en voir l'évolution. Cela me permet d’avoir une approche globale, puisqu'il faut veiller à la cohérence du point de vente dans son ensemble au lieu de se concentrer sur un seul rayon. Pour moi, c’est un avantage.
Avant, je faisais partie de l'équipe volante. Les avantages étaient bien sûr de voyager, parfois à l’étranger, pour implanter de nouveaux magasins. Je faisais aussi plus de décoration. Les inconvénients pour les «volantes», c'est qu'elles sont souvent loin de chez elles et amenées à faire des heures supplémentaires. Elles disposent d’un temps restreint par implantation. Elles travaillent sous pression.
Dans mon travail actuel, les inconvénients sont liés au fait qu’une gérante n’a pas toujours les bonnes idées en décoration, mais toujours son mot à dire malgré tout, ou que certaines collègues comptent parfois un peu trop sur moi pour ranger ce qu’elles n’ont pas eu le temps de ranger.

Quel est l’horaire de travail ?

Mon horaire est facile. Il est établi en fonction des heures d’ouverture du magasin. Pour les "volantes" par contre, les heures supplémentaires sont courantes, ce qui veut dire qu’elles travaillent parfois de 8h à 20h.

Quelles études avez-vous suivies pour accéder à votre profession ?

Je n’ai pas fait d'études particulières. J’ai commencé comme vendeuse et je me suis intégrée à l'équipe d'étalagistes après deux ans de travail. J’ai passé deux semaines avec une étalagiste qui m'a formée au concept « Casa » puis j’ai volé de mes propres ailes. Deux fois par an, il y a une réunion de tous les étalagistes. On nous informe au sujet des nouveaux articles, des nouvelles méthodes.

Quel a été votre parcours professionnel ? 

J’ai commencé par travailler dans une bijouterie comme vendeuse pendant trois mois. Ensuite, j’ai passé deux ans de folie chez Quick. Puis, j’ai commencé chez Casa.

Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

La décoration, c’est ce que j’ai toujours aimé faire. Je suis entrée chez Casa un peu par hasard, j’ai aimé le boulot, ce qui fait que j’y suis toujours...

Que diriez-vous à un jeune qui souhaite se lancer dans cette voie ?

Je lui dirais que ce n’est pas un métier qu'on fait pour « gagner sa croûte ». On choisit ce travail par passion, par goût pour les belles choses. Il faut peut-être être un peu maniaque ou obsessionnel mais, ce qui est sûr, c’est qu’il faut être créatif !

Avez-vous une anecdote à raconter ?

J’étais occupée à faire une vitrine. Dans l’ordre des choses, j'avais installé mon papier de fond au sol, ma décoration sur le mur, les premiers meubles étaient déjà en place. Il s’agissait d’une table, de deux chaises et d’une étagère en métal. Je suis partie dans le magasin chercher la marchandise à assortir pour compléter ma vitrine. Quand je suis revenue, à ma grande surprise, un couple était installé à la table, comme pour boire un verre dans la vitrine. J’ai un peu râlé parce que le papier de sol avait été sali, mais ça s'est bien terminé. Je leur ai proposé un café, ils ont réalisé qu’ils étaient dans la vitrine d’un magasin, pas dans un bar !

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.