Michèle Ruelle, Concept manager

Interview réalisée en janvier 2010

Michèle Ruelle est concept manager «  produits frais » pour Carrefour Express depuis 20 ans

En quoi consiste votre activité au quotidien ?

Une partie des tâches est répétitive, c’est ce qu’on appelle le « day to day » . Je réponds aux questions des fournisseurs et des magasins. La préparation du concept représente un autre aspect de mon travail. Je suis « en veille » par rapport au marché : je vais voir la concurrence en Belgique et à l’étranger. J’observe les nouveaux concepts, je rencontre les fournisseurs principaux par catégorie d’article et par métier. Je dois pouvoir prévoir les tendances du marché. Je visite de nombreux salons, qu’ils soient alimentaires ou techniques.

En tant que « concept manager », je suis responsable de l’implantation d’une nouveauté dans les magasins. Je décide de l’emplacement des gammes de produits dans les points de vente et du choix du mobilier. Je dois choisir chaque meuble, définir sa catégorie (présentoir, armoire, étagère …), son coloris, le matériel utilisé.

Je détermine donc le « parcours client », mais je choisis aussi, pour chaque type de marchandise, la composition de l’assortiment. Par exemple, je vais décider que la boulangerie se trouve à l’entrée, que les présentoirs seront plus ou moins grands, en bois clair. Ces meubles sont dessinés : des techniciens font des schémas sur papier. Le marketing les examine et les approuve. Ensuite, des prototypes sont réalisés et testés en magasins. Ils sont éventuellement adaptés, puis, validés et leur utilisation est généralisée.

Ensuite, je décide qu’il faut y mettre autant de pains spéciaux, autant de viennoiseries ou autres. Ces observations sont transmises au service « marchandises » qui, en fonction des besoins exprimés, préconisera l’achat de tel ou tel produit. Mon travail se situe donc en amont de la marchandise et des magasins. Je donne les informations au secteur pour que ce dernier puisse trouver les bons produits qui conviennent aux clients.

Comme notre entreprise est très importante, le secteur marketing est très développé. Le marketing se compose, chez Carrefour, d’un département communication et d’un département concept. Le département communication organisera les campagnes promotionnelles, publicitaires, etc.…, et nous, les nouveaux concepts et leur implantation.

Quelles sont les qualités nécessaires pour exercer votre profession ?

Je dois être capable de gérer beaucoup de projets en parallèle. Je dois être organisée, avoir un sens de la planification, hiérarchiser les tâches en fonction des priorités. Il faut avoir des facilités de contact. Je suis en relation avec des fournisseurs, des clients, des collègues, des magasins,… autant en externe qu’en interne. Il faut aussi avoir du bon sens. Une base théorique est importante en marketing, mais sans bon sens, on n’arrive à rien.

Il faut être curieux et optimiste. Comme nous préparons l’avenir, nous devons avoir une vision du futur et être ouverts à toutes les possibilités. Quand on est curieux, on peut chercher la créativité ailleurs, c’est-à-dire observer ce qui existe déjà et l’adapter à nos besoins. Il faut pouvoir disposer d’un bon réseau d’information, à tous les niveaux, pour pouvoir choisir ce qui convient. Nous puisons donc notre inspiration dans le monde qui nous entoure.

Ensuite, il faut avoir du charisme et un grand pouvoir de persuasion. Le marketing, c’est beaucoup d’idées nouvelles qu’il faut savoir vendre en interne. Nous ne sommes pas des dieux, tout le monde ne croit pas tout ce que nous disons. Il faut persuader les autres que notre proposition est de qualité.

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre métier ?

L’avantage, c’est l’indépendance. Nous avons des objectifs à atteindre, et une marge de manœuvre pour y arriver. Par exemple, nos horaires sont flexibles. Ce travail offre de nombreux contacts et une grande richesse.
L’inconvénient, c’est que mon horaire est très chargé.

Quel est l’horaire de travail ?

Je ne compte pas. Je pourrais dire que je travaille de 8h à 18h, mais il m’arrive de commencer et de finir plus tôt ou plus tard. Je travaille cinq jours par semaine.

Quelles études avez-vous suivies pour accéder à votre profession ?

J’ai fait un graduat en Marketing à l’EPHEC, ce qui est une bonne base. J’ai également fait des candidatures en architecture, ce qui n’a rien à voir, mais cela m’aide également.

Carrefour ne forme pas au marketing mais nous avons accès à diverses formations internes qui peuvent nous aider, en management, par exemple. Nous pouvons aussi nous inscrire à des cours donnés à l’extérieur, si nous en avons besoin, mais je ne l’ai pas fait.

Quel a été votre parcours professionnel ?

Après mon graduat, j’ai été engagée par GB qui constituait une réserve de cadres, de futurs directeurs de magasin. J’ai travaillé pendant deux ans à l’hypermarché de Berchem comme assistante de direction. Ensuite, j’ai rejoint l’équipe marketing comme responsable de la communication pour les supermarchés pendant quelques années. Après, je me suis occupée de la coordination des concepts des supermarchés. Puis j’ai quitté l’enseigne pendant deux ans. J’ai travaillé comme consultante en marketing et communication. Je suis revenue chez Carrefour comme chef de produit pâtisserie, c’est-à-dire acheteur. Enfin, j’ai commencé comme concept manager.

Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

J’en reviens toujours au concept, j’aime cette fonction. J’ai choisi Carrefour et j’y reste parce que les possibilités de carrière sont intéressantes à tous les niveaux. Nous pouvons passer des hypermarchés aux magasins de proximité, il existe différents métiers. A chaque promotion, nous devons apprendre, ce qui rend la carrière intéressante.

Que diriez-vous à un jeune qui souhaite se lancer dans cette voie ?

Je lui dirais de toujours faire preuve de curiosité et de donner le meilleur de lui-même, c’est indispensable dans ce travail. Il faut s’investir dans la fonction et, surtout, oser.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.