Serge Luboya,
Concepteur-dessinateur de produits aéronautiques

Interview réalisée en décembre 2013

Quelle est votre profil professionnel ?  

Je suis ingénieur civil mécanicien de formation. J’ai ensuite suivi une formation en conception des produits aéronautiques au centre de compétence WAN (Wallonie Aerotraining Network) à Gosselies. Cette formation me permet aujourd'hui de travailler dans le domaine de l'aéronautique, ce dont j'ai toujours rêvé. En effet, je suis fasciné depuis l'enfance par toutes ces techniques impliquant la réalisation des engins volant dans l’air et l’espace.

Pouvez-vous nous citer les principaux cours que vous avez eus dans cette formation spécifique ?

Le logiciel de conception assistée par Ordinateur CATIA V5, les techniques d’assemblage, la connaissance des matériaux (communément appelé « Résistance des matériaux »), l'anglais technique spécifique a l’aéronautique, l'étude des matériaux composites, la lecture des plans…

Quel a été votre parcours professionnel une fois cette formation terminée ? 

Une fois la partie "théorique" terminée, j’ai effectué un stage de deux mois à la SABCA. Peu de temps avant la fin de ce stage, et comme il se déroulait bien, j’ai déposé spontanément ma candidature. Et trois mois après la fin de ce stage, j'ai été embauché comme "designer". 

Pouvez-vous nous décrire votre travail ? 

Travaillant au bureau d’ingénierie et d'industrialisation, la courroie de transmission entre la conception pure et la fabrication des produits, mon travail de base peut être de ce fait positionné à la fois en amont  et en aval de la production.  En amont de la production, je conçois de nouveaux produits (sous-produits d’un ensemble), j'adapte l’outillage existant pour qu’il soit aussi utilisé,  dans la mesure du possible, dans la production. En aval de la production, c'est-à-dire en collaboration avec le département « qualité », le travail se résume à s’assurer que les produits fabriqués restent conformes au produit théorique (modèle fourni par le bureau d’études). En clair, il s’agit de comparer les dimensions réelles avec les dimensions nominales du modèle théorique. Il s’agit aussi de créer de nouveaux outillages de contrôle. 

Comme activités secondaires, mon travail s’oriente aussi de plus en plus vers le « manufacturing ». Concrètement, il s’agit de créer des programmes pour piloter certains robots de production des pièces semi-finies.

Comme autres tâches il y a aussi la réception et l'envoi des fichiers (modèles 3D ou 2D) des clients/fournisseurs ou encore le traitement de la partie administrative car en aéronautique, tout ce qui est fait doit être notifié, afin d'assurer la traçabilité.

Pouvez-vous nous citer quelques pièces que vous avez dessinées ?  

Des pièces de renfort des stabilisateurs horizontaux de certains avions (3D et 2D), des pièces de rechange (3D et 2D) devant être commandées pour remplacer les pièces défaillantes sur des machines de production, des matériaux de contrôle (2D) des pièces produites... J'ai aussi effectué la mise au point des modèles 3D/2D qui sont utilisés pour programmer un robot (Automatic Tape Layer).

Et quels logiciels utilisez-vous ? 

CATIA V5 (module Part Design ; module surfacique Generative Shape Design ; module composite ; module Assembly Design), Autocad (light), Cut Works V6, les outils de bureautique courants (Word, Excel, PowerPoint), Outlook et FTP (pour le transfert des fichiers).

Y a-t-il un aspect moins connu de votre métier que vous souhaiteriez mettre en exergue ?  

La communication ! En effet, évoluant dans une sphère (en Flandre) ou la langue de base de travail reste malgré tout le néerlandais (certes à côté de l’anglais), j’essaie de bien m’assurer que les instructions reçues ou transmises ont été bien comprises par moi ou par mon interlocuteur. 

Qu'est-ce qui vous plaît dans votre métier ?

La liberté d’organisation du travail, la diversité des tâches, le fait qu'il n'y ait pas de "deadline" qui vous mette sous pression. En aéronautique, au nom de la sécurité, vaut mieux bien finir son travail dans un délai raisonnable, que de le finir à temps mais truffé de fautes ! J'apprécie aussi le fait de pouvoir travailler avec des personnes de nationalités différentes et de cultures différentes mais là c'est bien spécifique à mon lieu de travail.  

Suivez-vous régulièrement des formations continues?  

Oui, les formations sont importantes dans ce type de secteur à la pointe de l’innovation. Jusqu'à présent, je n'ai suivi que des formations en interne, directement liées à mon travail de base (design) mais aussi au manufacturing. A terme, d’autres formations en externe sont prévues chez les fournisseurs de nouvelles machines que la société s’apprête à acquérir.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune pour le convaincre d'exercer votre métier ? 

Commencer par bien se former. Vu la concurrence accrue, les entreprises, faute de temps, préfèrent embaucher les jeunes qui ont suivi au préalable une formation adéquate. Après cette crise qui vient de frapper les pays développés, la relance de l’économie passe forcement par l’industrie sous toutes ses formes. L’aéronautique en est une mais avec l’avantage certain qu’elle offre en ce moment des emplois divers, stables et durables à toute personne sérieusement motivée ! Enfin dernière recommandation très importante : ne pas hésiter à apprendre d’autres langues (en l’occurrence l’anglais, le néerlandais, l’allemand si possible) et/ou à les pratiquer si on en a déjà quelques rudiments. Cela aide beaucoup dans la pratique du travail au quotidien ! 

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.