La mission principale du gestionnaire de portefeuille est d'obtenir le meilleur rendement pour les titres dont il est chargé, et ce en respectant les objectifs et contraintes fixées.

Ce qui signifie que le gestionnaire se tient informé sur la santé des sociétés, des cours et des événements liés à la bourse, etc. Il reçoit les informations des analystes financiers en interne, mais aussi de la part d'organismes ou de presses spécialisées en externe. Sur ces bases, le travail de gestion des portefeuilles dont il est chargé, commence. Il va choisir les titres, en vendre, en acheter pour obtenir la meilleure performance des portefeuilles, des clients, et donc bien sur dégager une marge bénéficiaire pour la banque ou la société de bourse.

Il se charge ensuite du suivi administratif de ces opérations et diffuse les informations relatives.

La clientèle du gestionnaire de portefeuille peut être externe (investisseurs privés) ou interne : la société qui l'emploie. Afin de fixer les tenants et les aboutissants de son travail, le gestionnaire passe avec la clientèle un contrat de gestion.

 

Compétences & actions

Les produits traités et les marchés suivent une évolution constante, ce qui induit un renouvellement et un approfondissement des compétences du gestionnaire. Par ce fait, la technicité accrue des opérations a scindé la profession selon les affaires à traiter et la nature des produits (SICAV, actions, obligations, etc.).

Les gestionnaires de portefeuilles sont issus de l'enseignement supérieur ou universitaire mais peuvent avoir suivi des filières différentes : par exemple une formation scientifique de pointe (ingénieurs, actuaires, 3eme cycles spécialisés), ou alors des diplômés de hautes écoles de commerce ou licenciés de l'enseignement universitaire économique. Dans tous les cas, le sens du marché s'acquiert par l'expérience.

Savoir-être

Le gestionnaire de portefeuilles doit être avant tout rigoureux, précis et honnête. Il doit pouvoir réfléchir et agir de manière rapide, ce qui demande aussi un bon sens d'anticipation. Les marchés sont tellement volatiles qu'il faut pouvoir anticiper les événements qui auront une bonne ou une mauvaise influence sur les cours.

Le gestionnaire est un commercial, avec toutes les qualités relationnelles que cela implique. Il faut pouvoir établir une relation de confiance avec le client.

Grand utilisateur de l'informatique, il doit bien sur s'y sentir à l'aise. Il doit enfin maîtriser parfaitement l'anglais, langue officielle du business et de l'informatique.

Cadre professionnel

La taille et l'organisation des services de gestion des portefeuilles varient très fortement selon différents facteurs : la taille de la société, le nombre et la nature des opérations, les montants mis en jeu... Ce qu'il faut garder à l'esprit : le gestionnaire demande une indépendance dans ses prises de décisions, pour ce faire, la structure hiérarchique où il se trouve doit être courte pour ne pas subir des pressions d'une multitude de directeurs.

Dans la palette de spécialistes fournissant la matière première du travail de gestionnaire, nous retrouvons 2 types de fonctions :

  • le soutien de décision : analystes, économistes, prévisionnistes, etc.
  • les techniciens réalisant les outils de contrôle : comptabilité, contrôleurs de risques de marchés, informaticiens, etc.

Il est bien entendu en contact avec la clientèle notamment pour expliquer les performances de sa gestion.

Débouchés

Quand on atteint le poste de gestionnaire de portefeuille, on se situe déjà haut dans l'organigramme. C'est pourquoi, habituellement, les gestionnaires restent dans cette fonction mais en s'occupant de portefeuilles plus importants par exemple. Comme nous le signalions précédemment, le métier s'est segmenté selon la nature des produits à traiter. Par ce fait, une évolution transversale est possible en intégrant un service gérant une autre sorte de produits ou s'attachant à un autre marché.


Ce site est un site d'information belge francophone sur les métiers.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.