Siep Logo

Technicien·ne en électronique / Electronicien·ne

Technique & industrie / Electricité & électronique

Métier en pénurie en Région bruxelloise Métier en pénurie en Région bruxelloise Métier en pénurie en Wallonie Métier en pénurie en Wallonie
Code Riasec IRC - Mise à jour 30/07/2015

L'électronique, par sa présentation et ses fonctions, ne dévoile ses secrets qu'aux initiés ! Pourtant, elle est présente partout dans notre quotidien tant professionnel que privé.

Le technicien en électronique, grâce à son approche logique et à son esprit de synthèse, arrive à en décomposer les structures et à en analyser le fonctionnement.

Cette catégorie de technicien, selon son niveau de formation et son expérience, peut intervenir à tous les stades de l’élaboration d’un « produit » électronique, à savoir : en bureau d’études, laboratoires d’essais, phases de production, entretien et maintenance.

  • Bureau d’étude : cet électronicien participera à la création d’un nouveau produit. Sur base d’un cahier des charges, il utilisera toute une série de logiciels spécifiques afin de réaliser des plans et schémas des circuits, des composants et liaisons à effectuer. Au cours de cette phase, toute une série de tests théoriques seront réalisés. Ces tâches serviront à établir les plans nécessaires à la production.
  • Laboratoire d’essais : avant de lancer la production d’un ensemble ou d’un sous-ensemble électronique, le laboratoire doit réaliser un prototype et effectuer une batterie de tests permettant de vérifier si le produit correspond bien au cahier des charges. Par le résultat de ces analyses, l’électronicien devra éventuellement effectuer les réglages et modifications qui s’imposent.
  • Production : selon son niveau formation et la complexité du produit, l’électronicien peut être chargé du montage, de l’assemblage, de la programmation et/ou de l’installation de l’ensemble. Les diplômés de l’enseignement supérieur dans le domaine peuvent aussi effectuer des tâches de gestion de fabrication dans le cadre d’une production à grande échelle de produits électroniques de consommation courante.
  • Maintenance : la maintenance est un gros pôle d’activité des électroniciens. Ici aussi, les tâches varient selon le secteur d’application et le niveau de formation. De manière générale, de l’appareillage simple au très complexe, il faut prévenir la panne, la localiser et l’identifier de manière précise quand elle survient, ensuite intervenir, puis remettre l’ensemble en service.

Certaines sociétés spécialisées recrutent des électroniciens afin d’effectuer des tâches de technico-commercial ou de support technique vis à vis de leur clientèle.

 

Compétences & actions

L'électronicien doit justifier un certain nombre de compétences. La numérisation et le transfert de données ainsi que les langages de programmation sont les piliers de cette fonction.

Au-delà de cela, étant donné du fait de l'omniprésence de l'électronique et de ses applications tous domaines confondus, il doit avoir des connaissances en électricité, en mécanique, en automation.

Selon la fonction occupée et le domaine d'activité, l'étendue et le niveau de connaissances connexes varient. Il doit pouvoir utiliser différents appareils de mesures spécifiques. Par rapport à certaines tâches (assemblage ou maintenance), il doit être apte à effectuer des câblages, des branchements (souvent très minutieux) et des micro-soudures et donc utiliser un matériel précis.

Il est vivement conseillé d'acquérir des connaissances en anglais (notamment le volet technique de la langue).

La lecture et l'interprétation de plans et schémas sont fondamentales. Les techniciens de bureau d'études doivent maîtriser des logiciels de Dessin Assisté par Ordinateur, de Conception et de Fabrication Assistée par Ordinateur, etc.

Savoir-être

Esprit matheux par excellence, l'électronicien doit faire preuve d'une logique sans faille et développer de bonnes capacités d'analyse et de synthèse. Son sens de l'observation lui est d'un grand secours afin de dénicher des dysfonctionnements éventuels au sein du système de la machine.

Comme il est amené à travailler sur des éléments miniaturisés, il doit faire preuve d'une grande précision, de soin et bien sûr d'une très bonne organisation. Il sait travailler de manière autonome, il doit être capable de prendre des responsabilités et faire preuve d'initiative et de dynamisme. Pour certaines tâches, il doit pouvoir s'intégrer et travailler au sein d'une équipe (pluridisciplinaire ou non).

Il est apte à communiquer de manière précise dans le cadre de la transmission de données techniques vers ses collègues, sa hiérarchie, des sous-traitants ou des clients.

Il doit faire preuve de capacités d'adaptation car l'électronique est un domaine en constante évolution. Il faut sans cesse renouveler ses connaissances. Enfin, étant susceptible de travailler au sein d'un atelier, il ne doit pas être perturbé par en environnement bruyant.

Cadre professionnel

On retrouve des électroniciens dans toute une série d'entreprises industrielles de domaines très différents (agro-alimentaire, chimie, électronique, télécoms, construction mécanique, armement, etc.), dans des bureaux d'études, des sociétés de services et maintenance. Les possibilités ne manquent pas.

Le niveau de formation peut aussi conditionner les débouchés, par exemple, des techniciens supérieurs peuvent être chargés de tâches de gestion et d'encadrement d'équipe de techniciens de maintenance. Avec l'expérience, la carrière de l'électronicien peut évoluer vers des fonctions de gestion de projets, de support technique, etc.

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.