Le métier de boucher fait de moins en moins rêver

Posté le 09/03/2016  —  Actualité précédente / suivante

Selon les chiffres publiés par le Syndicat neutre des indépendants (SNI), en collaboration avec la Fédération nationale des bouchers, charcutiers et traiteurs de Belgique sur base des chiffres du SPF Economie, le nombre de commerces de détail qui vendent de la viande ou des produits à base de viande a baissé de 10% en cinq ans. C'est mieux que les boulangers (-16%) et que les poissonniers (-15%), mais la situation reste préoccupante. Le métier de boucher figure d'ailleurs dans la liste des fonctions critiques, pour lesquels la main-d'oeuvre est difficile à trouver. 

Baisse des vocations, concurrence de la grande distribution ou encore chute de la consommation de viande, de nombreuses raisons sont invoquées pour expliquer cette situation. La Fédération nationale souligne que nombre de ses membres en activité ont aujourd'hui entre 50 et 55 ans. Une vague de reprise est donc attendue et espérée au cours de la prochaine décennie, à condition qu'il y ait suffisamment de jeunes formés au métier qui décident de se lancer en tant qu'indépendants. 

Le Soir, 9 mars 2016 

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus